Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Services publics > La Poste : casier hybride modulaire et apostrophes

La Poste : casier hybride modulaire et apostrophes

Ecrit le 28 mars 2007

Casier hybride modulaire : l’appellation est moderne ! Ca vous a un p’tit côté novateur qui laisse entrevoir de gros progrès : les facteurs qui distribuent le courrier aux habitants en sont tout retournés.

Jusqu’à maintenant ils faisaient du coupage et du piquage. Chacun reçoit son paquet de courrier, il met ensemble toutes les lettres de la rue César Franck, celles de la rue Beethoven, celles de la rue Mozart : c’est le coupage. Puis il reprend les lettres rue par rue, les classe par numéro. C’est le piquage. Au bout de 2 heures environ son tri est fait, il peut partir en tournée.

Mais ça va changer, m’sieurs-dames ! V’là le CHM, casier-hybride-modulaire avec de p’tits casiers verticaux dans les grands casiers. Il est déjà en place à Nort sur Erdre. Il devrait arriver d’ici 3 mois à Châteaubriant.

Cette fois le facteur devra mettre directement les lettres dans la case qui correspond au bon numéro de la rue. Le fameux casier pourra comporter jusqu’à 500 cases, une par Point de Distribution de la tournée. Au-delà des difficultés de mémorisation du casier, le facteur devra se déplacer constamment le long du casier, et lever le bras au-dessus de l’épaule pour atteindre les cases les plus hautes, et il n’aura plus le moyen de travailler assis comme il le faisait pour les opérations de piquage. La cadence de tri sera forcément beaucoup plus lente. Il n’empêche que la Direction a prévu de diminuer le temps de tri d’une demi-heure par tournée et par jour. Sachant qu’il y a 27 tournées à Châteaubriant, il faut s’attendre à la suppression de deux postes et demi.

A Nort sur Erdre, des facteurs craquent devant la pénibilité du travail. Une grève a affecté les bureaux de Châteaubriant, Carquefou, Nort sur Erdre et Blain le 17 mars dernier à l’appel de la CGT et de Sud qui contestent la nouvelle organisation du travail et les suppressions de postes.

Facteur social

Au bureau de poste de Royère de Vassivière (Creuse) un « organisateur-analyste » est venu observer la distribution du courrier : évaluer la durée des tournées« et »optimiser au maximum« les moyens matériels et humains de cette »nouvelle entreprise" : chronométrage, contrôle de parcours. L’un des facteurs, trop honnête, a continué, comme par le passé, à rendre de menus services : ici pour un peu de tabac et le journal, et là des médicaments ramenés de la pharmacie.

Horreur et abomination : l’organisateur-analyste a parlé de non-respect du règlement postal (qui interdit d’acheminer des objets non postaux). Il a évoqué une faute grave voire carrément du « travail au noir », et envoyé un rapport « dénonciateur » à la direction régionale de la Poste à Limoges. Celle-ci a pris alors contact avec la direction départementale de Guéret et l’agent postal a été « entendu » : il dut subir un « interrogatoire » de plusieurs heures avec demande de réponse par écrit ! Le passage devant une commission de discipline est envisagé avec toutes les conséquences possibles (blâme, mise à pied plus ou moins longue voire licenciement !).

Il n’y a pas si longtemps, un ouvrage en deux tomes, « Facteur en France » a été distribué à tous les facteurs, faisant l’éloge du « rôle social du facteur » ! Nous savions que la direction de la poste n’était pas à une contradiction prés, mais là, peut-être, a-t-elle dépassé tout ce qui pouvait être imaginé. Une manifestation aura lieu le 2 avril devant le siège de La Poste dans le Limousin mais la Poste, devant l’émotion suscitée par la lecture d’un article du Figaro, a affirmé que, non non, elle n’a jamais pensé à prendre une sanction. ..... Non non !


Ecrit le 27 juin 2007

 Deux facteurs en moins

Deux facteurs sont partis en retraite à Châteaubriant. Les deux tournées ont donc été réparties sur les 35 autres qui, déjà longues, sont plus lourdes encore et le courrier arrive plus tard chez les gens.

Conséquence de ce changement : La Mée a dû changer toutes ses bandes d’expédition (car celles-ci doivent mentionner le numéro de tournée du facteur !). Et hop, une dizaine d’heures de boulot administratif en plus. ... et 39,96 € de dépenses pour avoir le numéro de tournée du facteur.


Note du 6 octobre 2007

 Quand la Poste ne distrisbue plus les colis

Voir l’article dans Re89

Et demain : seulement deux distributions de courrier par semaine ?


Ecrit le 26 mars 2008

 Fermez la poste !

Selon Les Echos du 14 mars 2008, le Cour des Comptes vient de remettre un rapport au gouvernement, au sujet de la Banque Postale. Ce rapport estime que le réseau de bureaux de Poste travaillant pour la Banque Postale doit être allégé pour améliorer sa rentabilité. La Cour indique en effet que « s’il répond à des préoccupations d’aménagement du territoire et de préservation du tissu économique en milieu rural, le réseau, dans sa configuration actuelle de 13.000 bureaux, constitue un handicap pour l’ensemble des activités commerciales de La Poste ».

Et voilà ! Qu’est-ce qui compte le plus ? La préservation du tissu économique en milieu rural ? Ou la rentabilité des activités commerciales ??

La Banque Postale affirme qu’elle perd 88 millions d’euros chaque année sur la collecte du Livret A, en raison d’un grand nombre d’opérations de guichet effectuées par un public fragile, qui se sert de ce livret comme compte courant. Et que les livrets dont l’encours est inférieur à 800 euros ne sont pas rentables, même si aucune opération n’est effectuée sur le compte. Dame, c’est bien connu, ce sont les plus pauvres qui mettent l’économie française en péril. Salauds de pauvres !


Ecrit le 28 janvier 2009

 Mais qu’on cesse de nous embêter !

… pour tout et n’importe quoi ! Ici pour une histoire d’apostrophe !

La Poste utilise un logiciel de lecture des adresses, un logiciel américain sans doute car il n’aime ni les accents ni les apostrophes. Il faut écrire par exemple :

Mais voilà qu’un ptit cadre de la Poste en profite pour dire aux communes que le logiciel ne comprend pas le breton. M. Yves Amiard demande aux communes de donner des noms de rues et des numéros d’habitation aux villages qui n’en ont pas et « recommande de choisir le français plutôt que le breton pour les dénominations ». Faut croire que les apostrophes françaises sont plus faciles à comprendre que les apostrophes bretonnes !


Ecrit le 13 octobre 2010

 Les Postiers ne veulent pas perdre un poste

JPEG - 82.7 ko
Postiers en g

Partout « on »réorganise, avec la volonté de supprimer des emplois … sans se demander ce que vont faire les chômeurs … Cette fois c’est à La Poste où l’on parle de « Réorganisation innovante ». Que c’est bien dit !

La réalité : réorganisation, en novembre prochain, du centre-ville de Châteaubriant. De huit « facteurs » on passerait à sept. Le directeur local dit qu’il y a moins de courrier. (La faute à la communication par internet). Les facteurs disent qu’il y a plus de maisons, donc plus d’arrêts, et même plus de kilomètres quand la ville s’étend inconsidérément (par exemple du côté du lotissement de la Baguais).

Les facteurs demandent le report de cette réorganisation, sachant qu’il y en a une autre de prévue, d’ici un an, cette fois pour la ville et la campagne. « La réorganisation de novembre ne résoudrait pas les problèmes actuels et en créerait d’autres ! » disent Régis Guyomarch (CGT) et Bertrand Drouet (Sud). La grève a été massivement suivie par les facteurs de la ville et ceux de la campagne.