Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Pays (international) > Algérie > Algérie (16)

Algérie (16)

page 1891

(écrit le 2 décembre 2002)

suite de la page précédente

Plate-forme dite d’Elkseur

PLATE-FORME DE REVENDICATIONS DE LA MANIFESTATION CONTRE LA REPRESSION EN KABYLIE

Ce document a été élaboré le 11 juin 2001 dans la ville d’Elkseur par les représentants des wilayas Sétif, Bordj Bou Arréridj, Bouira, Boumerdès, Bgayet, Tizi Ouzou, Alger ainsi que par le Comité collectif des universités d’Alger et devait être déposé à la présidence de la république, à l’issue de la manifestation du 14 juin 2001. Manifestation qui rassembla 2 millions de personnes à Alger et qui fut durement réprimée :

– 1 - Pour la prise en charge urgente par l’État de toutes les victimes blessées et des familles des martyrs de la répression durant ces événements.
– 2 - Pour le jugement par les tribunaux civils de tous les auteurs, ordonnateurs et commanditaires des crimes et leur radiation des corps de sécurité et des fonctions publiques.
– 3 - Pour un statut de martyr à chaque victime de la dignité durant ces événements et la protection de tous les témoins du drame.
– 4 - Pour le départ immédiat des brigades de gendarmerie et des renforts des CNS.[l’équivalent de nos CRS, ndlr]
– 5 - Pour l’annulation des poursuites judiciaires contre tous les manifestants ainsi que l’acquittement de ceux déjà jugés durant ces évènements.
– 6 - Arrêt immédiat des expéditions punitives, des intimidations et des provocations contre la population.
– 7 - Dissolution des commissions d’enquête initiées par le pouvoir.
– 8 - Satisfaction de la revendication amazighe dans toutes ses dimensions (identitaire, civilisationnelle, linguistique et culturelle) sans référendum et sans condition, et consécration de tamazight en tant que langue nationale et officielle.
– 9 - Pour un État garantissant tous les droits socioéconomiques et toutes les libertés démocratiques.
– 10 - Contre les politiques de sous-développement, de paupérisation et de clochardisation du peuple algérien.
– 11 - La mise sous l’autorité effective des instances démocratiquement élues de toutes les fonctions exécutives de l’Etat ainsi que les corps de sécurité.
– 12 - Pour un plan d’urgence socioéconomique pour toute la région de Kabylie.
– 13 - Contre le tamheqranit (=hogra = mépris) et toutes formes d’injustice et d’exclusion.
– 14 - Pour un réaménagement au cas par cas des examens régionaux pour les élèves n’ayant pas pu les passer.
– 15 - Institution d’une allocation-chômage pour tout demandeur d’emploi à hauteur de 50 % du SNMG (=salaire minimum)

Nous exigeons une réponse officielle, urgente et publique à cette plate-forme de revendications.

Cette plate forme reste d’actualité ....


Le gendarme et le Kabyle

Un Tigzirtois au volant de sa voiture arrive à Alger. Contrôle de police. Un gendarme, uniforme bleu foncé, lui fait signe de s’arrêter mais il l’ignore et continue. 200 mètres plus loin un militaire, tenue camouflée, lui fait signe de s’arrêter. Il obéit. Le militaire lui demande :
– « Vous n’avez pas vu les gendarmes ? »
– « Si »
– « Alors pourquoi ne vous êtes-vous pas arrêté ? »
– « Mais, chez nous en Kabylie, les gendarmes... on ne les connaît pas ! »

Le militaire éclate de rire et lui dit « Allez, c’est bon, circulez ». Et, pour ce Tigzirtois, tout fut dit ce jour-là. « Histoire vraie ou légende ? Brahim m’assure la véracité de cette histoire... Je n’en sais rien mais en Kabylie, s’agissant de gendarmes, tout est possible ! » dit Pierre Urvoy