Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Foire de Béré > Foire de Béré - 2005-2006

Foires de France

Foire de Béré - 2005-2006

La foire de Béré labellisée

 2005 : Le ministre fiche la pagaille !


(écrit le 7 septembre 2005)

 Christian Estrosi

Septembre 2005 : la Foire de Béré était en panne. En panne de « grand homme » pour l’inaugurer. Y avait bien le Président du Conseil Régional (Olivier Guichard est venu, en son temps). Il y avait bien le Président du Conseil Général (Charles Henri de Cossé Brissac et André Trillard sont venus, naguère). Mais ... mais ... on n’allait pas demander à deux hommes, étiquetés à gauche, de venir jouer les personnalités. Fallait pas risquer d’attraper une mauvaise maladie.

A force de chercher, joie et délectation, v’la un ministre dis-po-ni-ble : Christian Estrosi. Autrefois le poste qu’il occupe s’appelait « secrétaire d’Etat », on dit maintenant « Ministre délégué ». L’homme, le dernier de la liste du gouvernement est « ministre délégué à l’aménagement du territoire ». Vu comme ça déménage, sûr qu’il n’a pas le loisir de faire grand chose.

Cet ex-champion de moto roule à fond pour Nicolas Sarkozy qui a récompensé sa fidélité en le faisant entrer au gouvernement

(Y en a d’autres qui sont fidèles, au moins un certain temps, et qui n’entrent pas au gouvernement. Suivez mon regard).

Donc le Ministre arrive, et Madame la Foire en est tout retournée. L’inauguration prévue à 10 h aura lieu à 16 h et les Trophées de l’ADIC prévus à 18 h sont repoussés dans le temps pour permettre au Ministre d’inaugurer le « pôle tertiaire », construit sur les Friches Huard, aux Vauzelles, où se trouvent l’ANPE, les services sociaux du Conseil Général, la Communauté de Communes du Castelbriantais , une société d’intérim, etc. Le Ministre repartira à 19 h après avoir rencontré l’ADIC (association des industriels) qui souhaite faire la publicité de notre territoire et aborder les sujets qui lui tiennent à cœur comme l’aménagement de la Nationale 171 (entre Nozay et St Nazaire), la fin du contournement de Châteaubriant et la mise en place du Très Haut Débit.

C. Estrosi est revenu

 Compagnonnage

L’exporama de la Foire de Béré est consacré au Compagnonnage. On pourra y voir des « chefs d’œuvre ». Cent-dix-sept écoles primaires, collèges et lycées de la région de Châteaubriant ont été invités à faire cette visite (entrée gratuite pour les enfants)

 Au bon bœuf
Réservations : 06 70 40 20 60

Comme l’an dernier l’Académie du Châteaubriant propose un restaurant gastronomique en complément des trois autres restaurants tenus par l’Amicale Laïque, les Voltigeurs et le Cyclo-club.

Au_bon_boeuf
Marc Foucher, Pierre Mainguet, Martine Buron, Bernard Stradi, René Archambault

Marc Foucher, Pierre Mainguet, Martine Buron, Bernard Stradi, René Archambault

Deux chefs officieront : René Archambault qui tenait un restaurant à Quiberon avant de prendre sa retraite (à droite sur la photo) et Marc Foucher, meilleur ouvrier de France 2004 (à gauche sur la photo).

Le restaurant se situera dans « la rue » de la Halle de Béré  , un lieu tranquille propre à se reposer ou à discuter affaires. Prix 24 euros (vins et café non compris) :
Salade de joues de porc confites
Châteaubriant à la Béréenne
Flan de légumes et pommes darphin
Framboisier pistache

Suite à appel d’offres, les 500 pièces de filet de bœuf, seront fournies par Leclerc (qui commercialise la viande des Maîtres Herbagers de Châteaubriant )


Ecrit le 7 septembre 2005

 Attention aux oreilles qui traînent dans le train


Fiction

Message à l’intention de nos lecteurs : le texte qui suit est une fiction. Toute ressemblance avec des personnages existants et avec des événements présents ou à venir serait purement fortuite et indépendante de notre volonté.
Vendredi 9 septembre 2005
13h00 : quai n°1 de la gare Montparnasse à Paris, l’hôtesse lance son annonce : « Mesdames et Messieurs les voyageurs, le TGV n° 8580 à destination de Nantes s’élancera dans cinq minutes. Il desservira les gares du Mans et d’Angers. Vous pourrez profiter du wagon-restaurant en voiture 15. Nous vous souhaitons un agréable voyage en notre compagnie. » Les derniers voyageurs montent tranquillement.

13h05 : le train s’élance à travers Paris puis atteint rapidement sa vitesse de croisière en campagne.

13h20 : Monsieur le Ministre Délégué au Déménagement du Territoire raccroche son téléphone portable. Il avait un point urgent à régler avant le week-end avec son directeur de cabinet. Il se tourne alors vers le conseiller qui l’accompagne dans ses déplacements.

« Alors, on va où aujourd’hui ? demande le Ministre.
– A Châteaubriant, Monsieur le Ministre ! affirme convaincu le conseiller.
– Ah, la patrie de l’écrivain !...
– Non pas du tout !
– Ah, la patrie du steack alors ?!
– Peut-être mais on n’en est pas sûr !!!
– D’accord, mais on y va pourquoi au fait ?
– Vous allez inaugurer une foire nommée Foire de Béré, Monsieur le Ministre.
– Et c’est quoi cette foire ?
– Cette foire existe environ depuis l’an 1050. Béré est le lieu où se trouve le Champ de la foire. Avant, c’était avant tout une foire agricole, maintenant c’est devenu une foire commerciale. Je peux vous lire le dossier si vous voulez.
– Oui, un peu, acquiesce le ministre en baillant.
– Vers l’an Mil, sur le coteau qui domine la vallée marécageuse de la Chère , existe la petite cité de Béré, blottie autour d’un double sanctuaire dédié à saint Pierre et à saint Jean-Baptiste. Béré est une petite ville carolingienne, certainement d’origine mérovingienne, peut-être antérieure, centre de pouvoir administratif et centre économique actif.
(le conseiller reprend sa respiration)

– La vie des habitants épouse le rythme des travaux des ch... »
– C’est bon, ça me suffit ! interrompt brutalement le Ministre. Encore des paysans qui vont me gâcher mon week-end. Moi qui comptais partir tranquillement à Deauville avec ma femme. Vous connaissez Deauville ?
– Non, répond le conseiller.
– C’est dommage pour vous, c’est très bien, Deauville : son hippodrome, son festival de cinéma, son casino, ses plages... ». Le ministre part dans ses rêves pendant quelques instants puis a un brusque éclair dans ses yeux.

« Au fait, le train va jusqu’à Châteaubriant ?
– Non, d’ailleurs c’est même une des raisons pour lesquelles nous nous y rendons, affirme le conseiller, content de lui.
– Comment ça ? Je ne comprends pas.
– Nous pourrions y aller en train, mais il faut passer par Rennes et la correspondance est un TER qui met 1h10 pour faire 55 km.

Il y avait autrefois un train pour Nantes mais il a été arrêté dans les années 80 et maintenant ils veulent que vous leur disiez qu’on va leur donner des sous pour réhabiliter cette liaison importante pour désenclaver le territoire selon eux.
– Ils sont un peu cons ou quoi ?
– Monsieur le Ministre, voyons !!!
gronde le conseiller.
– Pardon, je m’égare du nord ... »

Un ange passe, le conseiller n’a aucune réaction.
« C’était de l’humour ! » insiste le Ministre. Toujours rien.
« M’égare du nord,... gare du nord quand vous parlez de leur problème de train ! Enfin ...
– Ah oui, d’accord, soupire le conseiller pas très convaincu.
– Vous m’avez écrit mon discours. Je vais y jeter un oeil vite fait. »

Le conseiller donne les quelques feuillets. Le Ministre les parcourt d’abord rapidement.

« C’est bien, je vois que vous avez réussi à caser tous les mots-clés :
développement durable du territoire,
synergie des acteurs économiques,
développement des NTIC,
désenclavement du territoire,
importance de la place des élus de proximité dans le développement,
politique de décentralisation accrue depuis 2002,
monde rural égale base de notre société, les PME sont les piliers de notre combat contre le chômage...

Très bien, vous avez bien bossé. Au fait, est-ce qu’il y aura quelques culs de vaches à taquiner ? Histoire de piquer des voix à Ch...

Le conseiller opine du chef.
– Super, bon je le relis une fois pour m’imprégner. Ensuite, j’appelle ma femme pour savoir ce qu’elle emmène chez Nico ce soir et après je fais une petite sieste avant d’aller voir le peuple et ses vaches. Vous me réveillerez ?!
– Oui bien sûr, Monsieur le Ministre. »

The end

Note de la
rédaction

Ce petit texte est bien sûr une fiction, la réalité, chers lectrices et lecteurs, est, vous le savez, autrement plus belle que cette histoire cynique sortie tout droit du cerveau dérangé d’un de nos pauvres pigistes !!! (lire la suite plus loin dans cette page)


Ecrit le 14 septembre 2005 :

956e foire de Béré, 10 heures, vendredi 9 septembre. Les responsables de la Foire sont tendus. La venue du ministre Estrosi complique tout. Mais la Fanfare est là. Les Reines de Châteaubriant aussi, avec un peu de retard. Un certain nombre d’Elus se sont déplacés pour l’ouverture (qui n’est pas une inauguration). Il fait beau. Lâcher de pigeons. C’est parti.

Procession : le cortège prend un petit train de sénateur pour visiter les stands. Celui de Radevormwald d’abord, qui offre des petits cœurs. Tiens, il n’y a pas de stand pour Tigzirt-sur-Mer, la ville algérienne .... Que s’est-il donc passé ? Dans le défilé l’Académie du Châteaubriant arbore solennellement une bannière. Une procession de la Fête-Bœuf ?

Cosmétiques : le cortège s’arrête un instant au stand de Biosphère, bien placé, qui a choisi de présenter des produits cosmétiques naturels, sans tensioactifs, émulsifiants, conservateurs, et autres colorants ... Stand bien placé, croyions-nous. Las, tournant le dos aux allées, le stand s’est trouvé bien esseulé ......

Dégustations : au stand du Conseil Général, il y a vin, jus de fruits, petits gâteaux et berlingots nantais. Un couple de visiteurs de la Foire s’approche : « C’est pour tout le monde, les dégustations ? ». « Mais oui » répond quelqu’un. Un berlingot chacun : ils ne sont pas gourmands. Ils sont repartis contents.

 Minutage

Retard : 16h37 . Prévu pour 16h, puis 16h30, le ministre Christian Estrosi est en retard. Motards, voiture officielle, Sous-Préfet. Enfin le ministre arrive à 16h37. Son programme prévoit : « visite des stands, discours à 17 h ».
Mais des mains à serrer ... mais l’hymne allemand ... mais la Marseillaise. 16h44 le cortège officiel s’ébranle au pas de course vers le stand de Châteaubriant-Initiative  . Un vague coup d’œil aux artisans. Une halte au stand de la ville, quelques lignes sur le livre d’or, une remise de médaille au maire..... Allons, pressons, il est temps.

17 h, le ministre regarde sa montre.
Ca va, Ca va.

Chanson

Il court il court le ministre
Le copain d’Sarko mesdames
Il court il court le ministre
Le copain de Sarkozy.

Il est passé par ici.
Il ne s’arrêt’ra pas là.
Voilà

(sur l’air de : il court il court le furet)

Compagnons : 17h05 . Mais comment éviter l’exporama et l’exposition des Compagnons ?.
Le ministre rentre par une porte, sort par une autre.

Retraités de la
Ils ont serré la louche au Ministre Christian Estrosi

17h10. Une poignée de mains à cinq retraités de la MAPA en fauteuil roulant qui se trouvent là par hasard.

17h12. Une poignée de mains à deux gendarmes en faction plus loin. Faut soigner ces gens-là ça peut servir.

17h13 .Un bref arrêt au stand du Conseil Général. C’est foutu. Les retards s’accumulent..

17h17, le cortège s’engouffre sous le chapiteau officiel. Vite. S’asseoir. Envoyez les discours.

17h19 : Déjà 19 minutes de retard sur l’horaire prévu. Mais on peut discourir.

Christian Estrosi (à gauche) signe le livre d’Or de la Ville de Châteaubr
Est-ce trop parler ?
Est-ce trop courir ?
Estce trop demander ?
Estce trop espérer ?
Est-ce si compliqué ?
Est-ce trop ......si !

Vous l’avez voulu : Célestin Deroche, Président de la Foire de Béré, remonte dans le temps, ... de fils en pères, ...jusqu’à l’an mil, et .... jusqu’aux Carolingiens. Il dit le plaisir de se retrouver à Béré, la nécessaire remise en cause régulière, « nous n’avons pas le droit de nous endormir ». Dans sa tête, stoïque, le ministre compte les minutes. Les discours ne lui seront pas épargnés. Après tout, en venant à Béré il l’a bien cherché !

Enumération-répétition : Et Alain Hunault qui n’en finit pas. Le foirail, le cheval, l’hippodrome, la taxe professionnelle unique, la ligne SNCF, le contournement ouest, le Conseil Local de sécurité, la Trinité, le Pôle Unique de santé. Il semble vouloir dire : « M. le Ministre, on vous tient ! Vous ne partirez pas sans nous avoir entendus ». Dans sa tête le Ministre évalue le temps qui lui reste pour rejoindre l’aérodrome de Nantes.

Territoires : c’est le tour du Président du Conseil Général. Patrick Mareschal détaille la politique de « solidarité entre les personnes et entre les territoires ». « Le Pays de Châteaubriant  , dit-il, représente 3 % de la population du département. Nous avons choisi de lui accorder 12 % des crédits, car nous avons voulu pallier les handicaps démographiques et le faible potentiel fiscal ». Dans sa tête le Ministre se résigne : il ratera l’avion.

Nationale 171 : Patrick Mareschal s’attarde sur la Nationale 171, disant que le tronçon Nozay-Châteaubriant est désormais sous la responsabilité départementale. « J’ai l’intention de pousser les feux pour finir le contournement de Châteaubriant, et réaliser la déviation de Treffieux, et augmenter les portions de route en 2 x 2 voies. Les procédures et travaux seront lancés en toute première priorité » Il évoque aussi les liaisons SNCF : celle de Châteaubriant-Nantes et les trains Corail que la SNCF veut supprimer !

Perben
Canard Enchaïné du 7.09.05

Trains Corail : Françoise Gentil explique le rôle du Conseil Régional en matière d’Aménagement du Territoire. La Conseillère Régionale insiste sur le rôle du Conseil de Développement. Elle annonce que la réouverture de la ligne Nantes-Châteaubriant sera faite en 2009 « jusqu’à Nort sur Erdre ». Elle plaide pour que le gouvernement ne supprime pas les trains Corail à destination des Régions de l’Ouest. Le ministre lui répondra plus tard que le gouvernement n’est pour rien dans cette décision. Pour rien ? Mon œil !

Pourquoi donc est-ce le Ministre des Transports, Dominique Perben, qui l’a annoncée ?

 Sarko et moi

17h55. Enfin le Ministre parle : Christian Estrosi prend la parole. Il sait que la durée prévue pour sa visite est dépassée.

Dépassé pour dépassé, il prend son temps pour féliciter le territoire de Châteaubriant, la « volonté de ses acteurs », respectueux des « traditions ». « Et qui souhaitent entrer dans la modernité ». (c’est qu’ils n’y sont pas ? Bande de ploucs !).

Le ministre explique comment, Sarkozy et lui-même d’un côté, face à « Bercy » de l’autre, ils ont su reconnaître en France 67 pôles de compétitivité. C’est que « le génie français s’ignorait ». La démarche de mise en place des pôles a permis de révéler « des additions et des fédérations de synergies ». On n’a pas compris, mais c’est bien dit.

Une-Eliby_Louche
Dessin de Eliby - 06 23 789 305

 A la louche

Louche : « Quand on regardait la France à la louche » (sic !) « on ne voyait rien en Pays de Loire ». Cette histoire de louche c’est peut-être un loupé car, mais si ! mais si ! il y avait place, en Pays de Loire, pour six pôles de compétitivité. Mais aucun dans le Nord du Département.

 Hymne à la ruralité  

Bon prince, le ministre a une proposition à faire : « Nous réfléchissons à un produit plus adapté aux territoires ruraux : les pôles d’excellence ruraux ». « Tourisme  , culture et patrimoine, agriculture, nouvelles technologies, démographie médicale » le ministre a pensé à tout (sauf à l’emploi). Il parle incitations fiscales, réduction des charges sociales, crédits d’investissement.... Châteaubriant pourra servir de modèle, dit-il. Le ministre a le discours prolixe. Et la promesse facile.

18h05 Désenclavement : le ministre, « avec Nicolas Sarkozy », se dit hostile aux « schémas nationaux » d’aménagement du territoire. Avec Sarkozy (encore !) il annonce que, le 2 août dernier il a publié « une circulaire qui met un terme au démantèlement des services publics ». Cette circulaire a eu un tel retentissement que nul n’en a entendu parler. Les élus locaux auraient peut-être eu quelque chose à dire à ce sujet mais le ministre n’a pas eu le temps de les écouter.

18h06 : Pour la Nationale 171, il affirme que les crédits seront versés au fur et à mesure des travaux, et que la déviation de Châteaubriant devrait se poursuivre en 2006.

18h07 : pour la ligne SNCF Nantes-Châteaubriant, le ministre ne prend pas d’engagement. « Nous allons lancer les études d’avant-projet. Il va falloir trouver les moyens nécessaires. Les financements du Conseil Général et du Conseil Régional n’y suffiront pas »

18h08 : le ministre plaide avec force pour la vente des autoroutes, prévue par l’Etat. « Cela nous permettra de mettre des crédits sur l’aménagement de routes comme la Nationale 171 ». En l’écoutant on se dit que, si l’Etat vendait la Nationale 171, directement au privé, cela permettrait de faire avancer les choses. Que dîtes-vous ? C’est pas pareil ? Il y a des routes rentables et d’autres qui le sont moins ??? Ah bon.

18h09 Canard : avec force encore, le ministre confirme (sans le citer), ce qu’a déjà annoncé le Canard Enchaîné : les trains Corail à destination de l’Ouest ne seront pas supprimés puisque les Présidents des Régions ne le veulent pas. MM. les Présidents de Régions avaient sans doute mal compris. La CGT qui a manifesté à l’arrivée du Ministre à Angers, aussi sans doute. La période pré-électorale, électrisée par l’accident vasculaire cérébral de Jacques Chirac, incite à limiter les vagues.

18 h 10. Le Ministre est prêt à se rendre au « Pôle de services » de la rue des Vauzelles. L’ADIC qui espérait un tête à tête reste sur sa faim.

 Guet apens

18h15 Motards, voiture qui démarre au quart de tour. La visite des établissements Chaillous est prévue. Casques de couleur. Cortège au pas de charge. Vite, jeter un œil sur cette entreprise.

Mais le Ministre ne verra rien. En plein milieu de l’allée, l’ADIC a monté un guet-apens. Le Président Jean Paul Pierrès parle de train, de Nationale 171, de haut débit et très haut débit....

Et passe la parole à Jacques le Bouler qui présente les entrepreneurs locaux comme entreprenants, résolus, volontaires, pugnaces. « Ici nous avons de l’espace, une main d’œuvre qualifiée, une excellente qualité de vie, des PME jeunes, indépendantes, dynamiques. Nous serons déçus si l’Etat ne donne pas un coup de pouce sur les infrastructures. »

C’est davantage une question de volonté politique que de coût financier. Investissez à Châteaubriant, vous ferez un bon placement », conclut-il.

18h30. Le ministre veut répondre mais le Sous-Préfet s’impatiente. Le ministre tourne les talons, rend son casque et s’en va vers les bureaux de la Communauté de Communes du Castelbriantais..

18h40. inauguration du « Pôle Tertiaire » des Vauzelles. Le ministre ne dit quasiment rien. « J’ai déjà assez parlé comme ça » commente-t-il. Les élus locaux qui pensaient avoir le temps de lui parler un peu ... d’aménagement du territoire et notamment du repli de la Poste et de l’EDF, sont priés de rester à distance.

Il y a encore une heure de route pour aller de Châteaubriant à l’aéroport de Nantes-Atlantique. Adieu M. le Ministre !

 Fiction, suite

Après sa visite à la Foire de Béré le 9 septembre, Monsieur le ministre délégué au Déménagement du Territoire rentre sur Paris avec une heure de retard. Les nombreux discours ont bouleversé son planning.

21h30 : arrivée du ministre avec sa femme chez Nico, son pote et collègue. Bises, salutations, bonjour au chien... Les petits fours sont de sortie. La bouche à moitié pleine, Nico entame la discussion :
– Alors, ta journée ?
– Epuisante, les gens de Châteauroux m’ont mis le grappin dessus ! Ils ne voulaient pas me lâcher, ils n’ont jamais vu de ministre ou quoi dans ce trou ?! répond le ministre délégué.
– C’est pas Châteaubriant ? demande, hésitant, Nico
– Ah, si ... Mais bon, c’est pareil. Enfin bon, il a fallu que je me tape des syndicalistes à deux balles dès Angers concernant les Corails. Et après, rebelote, ils m’ont tanné tout le reste de l’après-midi.
– Et alors, tu leur as dit quoi ?
– Rien, comme prévu ! J’ai fait mon petit discours habituel en me lâchant un peu à la fin.
– Comment ça ?
– Je leur ai fait « l’hymne de nos campagnes » de Tryo en version personnelle.
– Et ça donne quoi ?
– C’est l’hymne de nos villages, d’nos pierres tombales, d’nos belles façades, c’est la vie Man, du monde libéral, crie-le bien fort, ça te fera moins mal, crie-le bien fort, ça te fera moins mal ! fredonne le ministre délégué.
– C’est pas mal ! Et la réaction ?
– Ils ont applaudi debout.
– Tu veux finir premier ministre de mon futur gouvernement toi !??
– Non, pas forcément, mais si tu me le demandes gentiment, ce sera avec plaisir !

Rires joyeux des deux compères.

– Sur ce, on va pas se laisser abattre, je veux bien un autre apéro, c’est madame qui conduit ! enchaîne le ministre délégué.

Pendant ce temps-là, le chien baillait sur la moquette à poils longs...


Ecrit le 21 septembre 2005 :

 Quelques fausses-bonnes nouvelles

Elus locaux : le ministre Christian Estrosi est arrivé avec un discours tout préparé. Où il dit que « l’aménagement du territoire doit se faire au contact ... des élus locaux ». Sauf qu’il n’a pas pris le temps de les rencontrer.

Faurecia : selon le ministre, l’un des « pôles de compétitivité » concerne les véhicules automobile haut de gamme et implique des groupes comme PSA Peugeot, Citroën Heuilliez « mais également l’entreprise Faurecia, implanté, ici, à Chateaubriand ». (orthographe respectée). Personne ne sait où est cette entreprise Faurecia, mais enfin bon, puisque le ministre le dit ......

Services publics : le ministre a dit qu’une circulaire aux Préfets, « signée le 2 août dernier avec Nicolas Sarkozy », « met un terme au démantèlement des services publics ». En fait, dans son texte, il parle de « suspendre toute fermeture pour une durée de 6 mois ». Nuance ........

Choix : dans son discours, le ministre a parlé 3 fois de Nicolas Sarkozy et pas une seule fois du Premier Ministre ou du Président de la République ... Comme s’il voulait dire « enfoncez vous bien ça dans la tête » ...

 43 110 entrées payantes

 : la Foire de Béré (édition 2005) a fait 1368 entrées de plus qu’en 2004, ce qui en fait l’une des meilleures foires depuis 1990 si l’on excepte les années 1992 (43 174 entrées), 1996 (43225 entrées), 1997 (44 955) et 2003 (45 578). La Foire peine cependant à atteindre les chiffres de 45 000 et 47 000 entrées qu’elle faisait dans les années 1977-1990. Faut-il y voir un effet de la baisse de population de la région de Châteaubriant ?

Labellisation : le Comité de la Foire espère obtenir la labellisation de cette manifestation annuelle. « Il nous faut encore améliorer la qualité, notamment l’équipement en toilettes, et les espaces de repos pour les visiteurs »

Merci : « honorer les gens qui font la renommée de la Foire » : c’est ce que fait le comité chaque année. Ont ainsi été récompensés :
– Mme Fernande Belin qui a un stand de tir à la carabine depuis 35 ans . « Et encore j’ai patienté 15 ans avant de pouvoir obtenir une place »
– M. Claudy, industriel forain qui fait la foire depuis 50 ans à Béré
– M. Patrick Pascal (meubles de Pouancé) qui a 40 ans de Foire
– M. et Mme Jaunait (voitures sans permis, la Chapelle Glain) qui viennent depuis 31 ans. A noter qu’ils vendent plusieurs milliers de voiturettes par an et qu’ils en ont vendu une à ... la Reine d’Angleterre.

Echos de la foire 2005


  La foire labellisée : une révérence poutr la vieille Dame de Béré

Accueil
Accès et Programme

Elevage]
Fête Foraine
Espace marché

Restaurants

Bilans de la Foire

Histoire de la Foire

Exporama

Racontez-moi (sous forme d’échos)
La foire 1999
La foire 2000
La foire 2001
La foire 2002
La foire 2003
La foire 2004
La Foire 2006
La Foire 2007
La Foire 2008
La Foire 2009

Site officiel de la foire : http://www.foiredebere.fr