Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Tourisme > Le Moulin du Pont Godalin

Le Moulin du Pont Godalin

Le moulin du Pont : site officiel : très beau !

  La médaille du Tourisme   pour Albert Cavé

Un homme et un moulin.
De quoi en faire tout un roman
à la manière de Jean Giono.

Le « Moulin du Pont Godalin » à Sion-les-Mines, apparaît pour la première fois dans un document de 1653, mais son existence remonte probablement au Moyen-Age. A l’époque, et jusqu’à la fin du XIXe (voire une bonne partie du XXe s.)l’énergie n’était fournie que par l’eau et le vent (voir le livre « Le Moulin du Pont », par Roger Cavé, Editions du Petit Véhicule, 1993)

Propriété seigneuriale au départ, loué à différents meuniers, le moulin fut vendu aux enchères en 1799. Après un passage dans les mains d’un « spéculateur » (comme on dit maintenant) il a été acheté par une famille de Saint-Aubin-des-Châteaux qui l’a gardé jusqu’en 1911, année où les héritiers l’on vendu à la famille Cavé (Joseph). Pour la première fois, il est dans les mains de ceux qui l’exploitent.

En 1950, lors de la succession de Joseph Cavé, il est fait deux lots attribués à deux des fils : Roger qui l’exploite comme meunier, et Albert, plus jeune, alors clerc de notaire à St Julien de Vouvantes.

Albert Cavé sera ensuite inséminateur dans la Creuse jusqu’en 1963, avant de revenir au pays. En 1965 est constituée une société entre les deux frères Albert et Roger. Des raisons structurelles, et une malheureuse tempête : la société est en dépôt de bilan en 1968. Le moulin cesse de tourner.

Le partage est fait entre les deux frères en 1971 : Roger garde une partie des bâtiments pour la production d’aliments du bétail, Albert garde la partie « inutile », « celle qui ne tournait plus », avec une idée en tête : la faire tourner à nouveau. Tout le mécanisme est en place mais l’énorme roue hydraulique est en mauvais état. Albert la fait refaire sur ses propres deniers en 1984 (en conservant l’arbre, en chêne, qui était en bon état). Puis en 1985 Roger Cavé fait remettre en état la meule à blé noir et la bluterie. Le moulin devient une attraction : il est alors ouvert aux visites organisées (scolaires) et sert de cadre à des spectacles « Sion et Lumière » à la fin des années 80.

Pendant 20 ans le moulin est le théâtre de multiples manifestations (qu’accompagne l’association du Moulin du Pont Godalin à partir de sa création en 1996). Un film vidéo est créé en 1991. Le livre de Roger Cavé paraît en 1992.

Peu à peu Albert Cavé agrandit sa collection de meules anciennes, constituant ainsi un « Musée de la boulangerie ». Il apprend à faire du pain.

A partir de 1992, le Moulin du Pont est lieu de visite pour les Journées du Patrimoine Industriel en Bretagne (1992 et 1994). De 1993 à 1995 : réfection de la toiture, construction d’un hangar et d’un musée de la boulangerie. Plus de 150 000 F d’investissements, sans compter « l’huile de coude », c’est-à-dire les travaux effectués par les propriétaires eux-mêmes.

A partir de 1995, la visite du Moulin du Pont fait partie du programme de l’opération touristique « 50 idées pour un été »

Mais hélas, en 1997, l’arbre de la roue hydraulique casse. Tout ce qui a été fait n’a donc plus d’intérêt. La dépense est forte : 75 000 F. Prohibitive pour une bourse privée. C’est là qu’intervient l’association, interlocuteur privilégié des financeurs publics.

L’association, grâce au soutien de la Commune de Sion, et d’autres subventions (Région, Département), et grâce au bénéfice des visites et fêtes annuelles, a pu faire réparer la roue. L’ouverture dans le toit du couloir menant à la roue, la réorganisation de l’entrepôt pour une exposition sur le métier de meunier et la création d’une salle avec diaporama, sont des éléments d’attraction touristique.

Albert et Roger Cavé se tiennent désormais à la disposition des visiteurs pour expliquer le fonctionnement du moulin, faire du pain à l’ancienne, tandis que l’épouse de Roger fait des galettes de blé noir pour les visiteurs. Histoire et convivialité.

Le Moulin du Pont fait partie désormais du paysage touristique castelbriantais. C’est donc à juste titre qu’Albert Cavé a reçu la Médaille du Tourisme  , attribuée par le Ministère et remise le 20 avril 2001. Moment de bonheur salué par le Sous-Préfet, la Maire de la Commune et le Président du Syndicat d’initiative   de Sion-les-Mines.

Juste récompense pour un homme qui a su consacrer son cœur, son temps et son argent à la renaissance du Moulin.


Ecrit le 23 juin 2004 :

  Une nouvelle roue pour le moulin

Un Moulin existe au Pont, à Sion-les-Mines, depuis le Moyen-Age. Le seigneur obligeait ses paysans à y moudre leur blé et percevait une taxe. Installé sur la rive gauche de la Chère, il est équipé d’une roue à aube, depuis l’origine.

Autrefois, un menuisier-amoulageur venait, sur place, fabriquer cette roue et l’ajuster. Travail considérable ! Le dernier de ces amoulageurs fut Jules Gadesaude de Louisfert.

Vers 1860 le Moulin du Pont est surélevé, ce qui lui donne son aspect actuel. C’était le début de la mécanisation. La nécessité d’améliorer la capacité d’écrasement du grain, obligea à ajouter une paire de meules, augmentant ainsi la production.

En 1911, le Moulin est acquis par la famille Cavé, qui en est toujours propriétaire. Un moteur à gazogène est installé en 1925, pour suppléer la roue en période de basses eaux. Et une troisième paire de meules.

1931 voit la modernisation du moulin avec installation d’un broyeur à cylindres, d’un plansichter et d’un magasin à farine. La capacité de production double.

1949 : remplacement du moteur à gazogène par un moteur électrique, construction d’un transformateur.

1954-1959 : construction d’un entrepôt, d’un silo pour stocker le blé, d’un broyeur à marteaux pour l’alimentation animale.

1968 : face à la concurrence des grands moulins, le moulin arrête son activité. Le meunier devient conducteur de cars de ramassage scolaire mais continue la mouture à façon pour l’alimentation animale.

1984 : restauration de la roue par des bénévoles, le bois est financé par Albert Cavé. 1985-86 : remise en état des meules et de la bluterie par Roger Cavé, réparation du barrage avec l’aide du Syndicat du Bassin versant de la Chère. 1991 réalisation d’un film-vodéo de 7 minutes. 1994-1995 : construction du hangar four à pain, mise en place du musée de la boulangerie.

1996 : réfection du déversoir par le Syndicat du Bassin Versant de la Chère. Création de l’association de Sauvegarde du « Moulin du Pont Godalin »..

Depuis 1997 : changement de l’arbre de la roue, aménagement de l’éco-musée, création d’un spectacle-exporama avec divers financements (la commune, le Département, la Région, l’Europe). Jusqu’à ce 16 juin 2004 où, sous les yeux de nombreux amis et curieux, la vieille roue, en mauvais état, est déposée par Castel-levage et remplacée par une roue neuve, en cœur de chêne, de 5,65 m de diamètre, fabriquée par les Éts Croix à La Cornuaille, près de Candé. Trente deux pales, des centaines de gros clous, trois à quatre tonnes de beau bois, un coût de 17 000 € financé par l’association avec des subventions de la Commune de Sion-les-Mines et du Conseil Général (après avis favorable du CAUE, Conseil en Architecture).

Visites et fêtes

Le Moulin (2000 visiteurs par an) est régulièrement visité par des écoles et associations. Il participe à la Journée des Moulins (en juin), aux animations de « 50 idées pour un été », à la Fête de la Musique et aux Journées du Patrimoine.

Dernier moulin à aube en état de marche, en Loire-Atlantique, il est présenté de façon très complète par les derniers meuniers, Albert et Roger Cavé qui font tourner la roue, et les engrenages, fabriquent la farine de blé noir et le pain, relatent l’histoire du Moulin et font découvrir le métier de meunier à travers l’histoire de Joseph Cavé. Le musée de la meunerie est riche d’instruments anciens liés au pain.

Visites le dimanche, et toute l’année pour les groupes : occasion de déguster de savoureuses galettes de blé noir et de bénéficier de l’ombre du saule et surtout d’un accueil simple et chaleureux.

Contact : 02 40 28 95 51

On enlève la vieille
La nouvelle roue, 5,65 m de diamètre, et 3,5 to
Albert Cavé (à g. 76 ans) et Roger Cavé (78 ans) les derniers meun
Un homme guide la nouvelle roue pour la mettre en p

Ecrit le 20 juin 2007

 Un chemin fait le tour du Moulin du Pont

Le 24 juin est une double fête : la fête des moulins et la fête du petit patrimoine de pays. Thème de cette année : rues et chemins.

Le petit pont de
Roger (debout) et Albert
Le pont de pie

Au Moulin du Pont à Sion-les-Mines, l’association a ouvert un beau petit chemin qui part du Moulin, traverse deux fois la Chère et revient par le Pont de pierres construit en 1876. Le franchissement de la Chère est sécurisé par deux passerelles en schiste avec balustrade de bois. Il donne une belle vue sur l’ensemble de l’installation. Les travaux ont été faits par l’école d’agriculture de Derval.

Dans le moulin lui-même, on peut voir la roue à aubes de 5,5 m de diamètre et tout le jeu d’engrenages qui donne la vitesse nécessaire aux machines du premier étage (qu’on ne visite plus, en attente de la construction d’un escalier extérieur moins raide qu’une échelle de meunier !). L’éclairage des lieux est assuré en « énergie renouvelable » par la rotation de la roue à eau.... Cela donne du courant en 110 Volts continu. L’installation est bien typique avec ses isolateurs d’époque en verre et porcelaine. Roger Cavé se souvient : « C’est l’électricité que nous avions dans les années 30, pour éclairer le moulin, la cour des cochons et la maison. Avant d’arrêter la roue, nous donnions un avertissement lointain et nous coupions tout pour la nuit. L’électricité c’était bien pour nourrir les cochons. Mais nous, pour manger et aller nous coucher, nous nous contentions de la lampe à pétrole ».
Le musée offre la possibilité de toucher du blé, du blé noir, de l’épeautre et différentes farines avec ou sans son. Toutes sortes de machines sont présentées, liées à la meunerie et à la boulangerie, et même un moulin à blé noir de ferme (voir photo). Des films d’archive montrent la fabrication du pain, le rhabillage des meules, le remplacement de la vieille roue par une roue neuve.

Une vieille so
Albert Cavé, près de la meule de f
Meule à blé

Visites : Rens. 02.40.28.95.51


Ecrit le 25 juin 2016

 Des petits ruisseaux pour le moulin

Ce sont de belles histoires ! Des ’’financements participatifs’’ ont été mis en place, d’une part à la Compagnie Patrick Cosnet pour la création de son spectacle ’’Les frères Lampions’’ et d’autre part pour la réfection du Moulin du Pont. La Compagnie Patrick Cosnet a levé très rapidement les 2000 € dont elle avait besoin. Pour le Moulin du Pont c’est un peu plus long car l’association avait besoin de 10 000 € pour :

  • - Remise aux normes de sécurité électrique
  • - Réparation de la toiture d’un bâtiment
  • - Mise aux normes des toilettes pour l’accueil du public
  • - Aménagement de nouveaux espaces visitables (bureau et magasin du broyeur à marteaux)
  • - Construction d’un four à pain d’une capacité de 30 pains
  • - Réparation d’une voie d’eau sous la roue

A l’heure actuelle, 158 personnes ont contribué pour 9986 €, soit environ 63 €/personne. Il reste une quinzaine de jours pour obtenir 14 € et lancer les travaux. Si les 10 000 € sont obtenus (et dépassés), l’association pourra en disposer. Sinon les contributeurs seront remboursés. Mais d’évidence, ici, l’opération est réussie.

L’association qui gère le moulin fait de nombreuses animations :

  • - Accueil de scolaires, de groupes et d’individuels
  • - Fête des moulins et fête du patrimoine
  • - Fabrication farine de blé noir artisanale
  • - Fabrication de pains et de galettes

Note du 8 juin 2016, c’est gagné : il reste deux jours et il y a déjà 212 contributeurs et 12 173 € récoltés.