Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Personnes âgées, retraités > 70 ans ... en retraite ou mort avant ?

70 ans ... en retraite ou mort avant ?

Ecrit le 3 décembre 2008

 Observatoire des espérances de santé

L’espérance de vie dans l’Union européenne (UE) augmente et la plupart de ces années supplémentaires sont vécues en bonne santé. Mais l’Observatoire européen des espérances de santé a mené une recherche à ce sujet pour mieux cerner deux notions :
– Le coût des soins de santé et
– La participation des personnes âgées au marché du travail.

« Nous avons étudié les inégalités dans l’espérance de vie et d’années de vie en bonne santé à l’âge de 50 ans pour les 25 pays de l’UE en 2005 » dit cet observatoire dans un article paru dans la revue The Lancet en novembre 2008.

Résultats : en 2005,
–  un homme de 50 ans, dans les 25 pays de l’Union européenne, peut espérer vivre jusqu’à 67,3 ans sans problème de santé.
– Pour la femme c’est 68,1 ans.

Ce qui fait 17,3 ans pour les hommes et 18,1 ans pour les femmes (au delà de 50 ans).

Mais cette espérance de vie en bonne santé varie énormément :
– Pour les hommes de 9,1 ans en Estonie à 23,6 ans au Danemark
– Pour les femmes de 10,4 ans en Estonie à 24,1 ans au Danemark.

Le produit intérieur brut et les dépenses de soins aux personnes âgées ont un rôle positif, de même que les activités intellectuelles. Le chômage de longue durée a un rôle négatif surtout chez les hommes.

L’Observatoire européen des espérances de santé conclut : « l’objectif d’accroître la participation des personnes âgées dans la population active sera difficile à mettre en œuvre dans les 25 pays de l’UE ».

Une étude analogue a été menée par l’INED (revoir le site de La Mée, article 14902). Elle montre que l’espérance de vie en bonne santé, pour un homme de 50 ans, est de :
– 19 ans pour un cadre,
– 9 ans pour un ouvrier.

Ce qui veut dire que, en moyenne, les gens ne sont plus en bonne santé quand ils atteignent 59 ans (ouvriers) ou 69 ans (cadres).

Et c’est le moment que le gouvernement choisit pour repousser l’âge de la retraite. Et personne ne moufte !

Actuellement, les salariés obtiennent leur retraite à taux plein à 65 ans avec pension complète s’ils ont cotisé 41 ans. Désormais, les entreprises demanderont chaque année aux salariés ayant plus de 65 ans s’ils désirent travailler un an de plus, et ce jusqu’à 70 ans. Pour les fonctionnaires, l’âge couperet est fixé actuellement à 60 ans, il sera donc repoussé à 65. Ceci a été voté, nuitamment, aussi bien par l’Assemblée Nationale que par le Sénat !

« Alors qu’on pouvait croire que le départ des papy-mamy boomer libérerait des emplois pour les jeunes, on constate que les salariés seront de plus en plus précarisés et que les retraités seront obligés de cumuler petite pension et emploi au rabais. C’est une fragilisation un peu plus grande du marché de l’emploi qui s’annonce.

La cerise sur le gâteau est évidemment l’ouverture sans encadrement des magasins le dimanche, alors que le pouvoir d’achat baisse » dit le Syndicat National Unifié des Impôts dans un communiqué du 18 novembre.

Ceux qui, à l’âge de la retraite souhaiteront poursuivre leur activité professionnelle, bénéficieront d’une plus-value de 5 % par année supplémentaire. Un système qui permettra à un salarié de 60 ans, qui prolongerait son activité jusqu’à 70 ans, d’augmenter sa retraite de 50 % ! Ce sera sans doute nécessaire pour les petites retraites. Et quand les gens auront 70 ans, ils auront une retraite convenable et plus le temps d’en profiter !

Source : http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(08)61594-9/fulltext#article_upsell


Ecrit le 3 décembre 2008

 Et le vieillissement psychologique ?

Selon Olivier Saint-Jean, chef de service à l’hôpital Georges-Pompidou et professeur de gériatrie (cf le Figaro du 27/11) : « la qualité du vieillissement psychologique est souvent oubliée. Il faut mener une réflexion sociale globale sur la perception du vieillissement dans notre société.

Pour vieillir en autonomie, il faut garder l’estime de soi dans cet itinéraire de vieillissement.

Le « jeunisme » de notre société, la sacralisation de la performance immédiate, le vieillissement toujours associé à la dégradation, l’image triomphante du corps jeune, tout cela n’aide pas.

Il faut, en outre, promouvoir la recherche sur le vieillissement. Alors que nombre de pays se sont dotés d’instituts nationaux du vieillissement, chargés de la conception des politiques publiques de la vieillesse et de la recherche, la France n’en a même pas le projet. Il y a bien eu, fin 2006, un plan ministériel, bien vieillir, mais il n’était pas financé et l’occasion a été manquée ».


Ecrit le 3 décembre 2008

 Une jeune retraitée

écrit :

19 novembre 2008, première journée de cessation d’activité définitive ! « La retraite » et 60 ans bientôt ! oui à 60 non à 70 ! Dans un pays où le chômage sévit dans toutes les branches professionnelles, partir à 60 ans c’est libérer une place, un CDI pour la mienne, au profit d’un jeune en CDD. Un CDI c’est permettre à un jeune de vivre son métier en sécurité du lendemain : pouvoir obtenir un logement, un prêt bancaire, prévoir des vacances, s’épanouir et s’investir professionnellement. Maintenir des anciens au travail, c’est priver la jeunesse d’exprimer et de développer son savoir, c’est étouffer son besoin de créer et d’aller de l’avant pour exister, être dans une société où la reconnaissance sociale passe par le travail.

Infirmière, même dans mon métier, il est difficile d’obtenir un poste sécurisé, le CHU de Nantes, avec sa logique financière, vient de licencier tous les CDD ! Combien de jeunes infirmières ou aides-soignantes vont se retrouver à la recherche d’un emploi ? Les demandes vont être fortes et le montant des salaires sera d’autant plus faible que le nombre sera grand. Même dans ce milieu l’exploitation des personnels existe ! Bas salaires pour eux et parallèlement dépassements d’honoraires insupportables, voire scandaleux pour les médecins et chirurgiens.

Même si à 60 ans notre maîtrise professionnelle est grande, il faut savoir partir car rester peut être un frein à la progression des plus jeunes en les bloquant dans des acquis moindres, certes, mais qui ne peuvent que grandir, se sentant pousser à aller plus loin car la voie est libérée. Les jeunes ont un potentiel riche qui ne demande qu’à s’exprimer si l’occasion leur est donnée ! Leur faire confiance.

Partir à 60 ans, c’est avoir du temps pour s’interroger, pour lever la tête du « guidon » et vivre en citoyen encore plus responsable.

Ex : Prendre le vélo, très bon pour entretenir sa forme physique etc… Découvrir son voisinage, sa ville, maintenir ou créer du lien social, de l’humanité ! Homme que nous sommes !

Ne plus acheter de légumes surgelés provenant de Chine…. ou des haricots verts tout aussi surgelés cultivés en…. Afrique. Aller au marché, adhérer à une association employant des personnes au chômage longue durée, redécouvrir le travail en cultivant un jardin dont les récoltes sont vendues aux adhérents engagés pour l’achat d’un demi ou panier entier à la semaine. En activité professionnelle, on peut comprendre que l’ouverture d’un sachet est plus simple et rapide !

Prendre le temps de lire, d’écouter, de décoder cette actualité radio ou télévisuelle qui raconte toujours la même chose, nous faisant croire à une voie unique, celle de la mondialisation. Développer son esprit critique… Etre acteur et force de proposition dans la société qui démarre au seuil de notre porte !

 

Michèle Hersant

 


Ecrit le 7 janvier 2009

 Travaillez plus, travaillez mieux

Les dernières technologies au boulot

Avec l’arrivée de la nouvelle année, les DRH (directions des ressources humaines) s‘adaptent aux nouvelles dispositions législatives. Voici un exemple, à soumettre à votre chef d’entreprise.

Pour que ça marche

Dans le cadre des mesures visant à généraliser le travail jusqu’à 70 ans, il est maintenant possible de se procurer des déambulateurs auprès du secrétariat, au titre des fournitures de bureau. Ces dispositifs devront permettre une meilleure prise en charge et une amélioration de la productivité des salariés-seniors au travail. Un bilan annuel sera établi avec les partenaires sociaux afin d’évaluer les matériels déjà homologués par le Sénat, l’Académie française, le Medef, le ministère du Travail et le ministère de la Fin de vie (ex-ministère de la Santé).

M. X., gestion des sinistres :
"J’ai choisi un
modèle avec un petit siège, c’est vraiment
pratique
lorsque
je vais à la
machine
à café !...« Mme Y., assistante de direction : »Je suis très satisfaite du déambulateur, j’ai pu choisir un modèle avec un petit panier, c’est très utile lorsque je vais au courrier ou à la photocopieuse...."

En option, ces modèles peuvent être équipés d’un GPS (pour retrouver son bureau), d’un support de perfusion et d’un urinoir suivant prescription médicale. Les modèles de base sont à la disposition du personnel subalterne. Les options de confort (coloris, sellerie. cuir, roues alu) sont réservées au personnel de direction.

Vous aussi profitez des formidables progrès de la réglementation sociale. Réclamez les dernières innovations techniques des outils de travail.

Bonne année 2009 !

L’âge de départ à la retraite dépendra des revenus