Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Municipales > Municipales 2008 > 2008-10. Journée des femmes, Danièle Catala, espoir

2008-10. Journée des femmes, Danièle Catala, espoir

Ecrit le 2 mars 2008

 Nous espérons voir tout le monde

« D’ici le 9 mars nous espérons avoir vu tout le monde » disent les équipiers de Danièle Catala qui ont fait une importante campagne de porte-à-porte. « Notre projet n’est pas celui de la tête de liste, il a été élaboré avec les citoyens et avec les co-listiers. C’est un projet partagé, issu d’une volonté collective. Il annonce le début d’une période de démocratie participative »

La liste de Danièle Catala regrette qu’il n’y ait pas eu de débat public avec Alain Hunault. « Lui et nous, nous souhaitons la démocratie mais, manifestement, il y a des gens plus démocrates que les autres. Un vrai débat, qui n’aurait pas tourné au crêpage de chignons, cela aurait intéressé tout le monde ».

« Des points nous différencient. Nous, nous avons la volonté de ne pas faire seulement des travaux, nous voulons être au plus près des citoyens pour les accompagner dans leur quotidien rendu difficile par la politique nationale. Nous avons montré notre désir d’aller voir les gens, sans attendre qu’ils viennent vers nous ».

Liste-Catala

Le projet de la liste « l‘avenir partagé » : valoriser les qualités humaines, économiques, patrimoniales du territoire, pour le rendre attractif, en partenariat avec les autres communes du Pays de Châteaubriant  . « C’est une erreur de vouloir se limiter à développer les services pour 12 500 habitants. Nous, nous nous intéressons aux 55 000 habitants du Pays de Châteaubriant  , nous voulons jouer la complémentarité. Sinon, on nous tournera le dos. Les régions de Nozay et Derval n’aiment pas qu’on joue les chefs à leurs dépens ».

 4 défis, 60 propositions

Le projet « L’avenir partagé » peut se résumer en quatre défis

– Une ville ouverte, créative et dynamique
– Une ville fraternelle, solidaire et démocratique
– Une ville modèle du développement durable, entreprenante et écologique
– Une ville moteur du territoire pour un « pays » innovant.

Ces quatre défis se déclinent en 60 propositions qu’on retrouve sur le programme. Il suffit de s’y reporter.

http://www.chateaubriant-avenir.fr


 Le soutien des Alternatifs

Les Alternatifs 44 soutiennent la liste d’union des partis et militant-e-s de gauche conduite par Danièle Catala à l’élection municipale de Châteaubriant.

Avec Gilles Barracand, candidat altermondialiste, les Alternatifs apprécient positivement les 60 propositions avancées par la liste « l’avenir partagé » : elles constituent un premier socle nécessaire pour un renouveau social, écologique et démocratique de Châteaubriant et du Castelbriantais.

Pour Gilles Barracand et les Alternatifs, cette élection locale est aussi un rendez-vous politique où doit s’exprimer avec force et détermination l’opposition à la politique injuste et inégalitaire conduite par Sarkozy et son gouvernement et soutenue localement par les frères Hunault.

Pour dire non aux franchises médicales et non à la remise en cause du droit du travail, pour défendre la revalorisation du SMIC et des retraites, pour garantir le maintien et la modernisation des services publics, pour promouvoir la possibilité réelle de vivre et de décider au pays, Gilles Barracand et les Alternatifs 44 appellent à soutenir et à voter pour la liste conduite par Danièle Catala.
Pour, ensemble, bâtir un avenir partagé et solidaire.

 Comité Palestine-Israël-Méditerranée

Le comité a attiré l’attention des candidats de toutes les listes du Pays de Châteaubriant   sur un aspect de la responsabilité municipale qui mérite d’être davantage pris en compte : l’action internationale : « les jumelages et les partenariats de type coopération décentralisée, l’action humanitaire stricte et celle comportant un versant « développement », les actions visant la reconnaissance des droits d’un peuple ».

« L’ouverture au monde n’est pas réservée aux habitants des grandes villes ». Au cours de l’année 2007 cinq jeunes du Pays de Châteaubriant   se sont rendus en Palestine et en Israël et ont rendu compte, lors de réunions publiques, du voyage peu ordinaire qu’ils avaient fait. « Or cette action s’est vue refuser tout soutien des Communautés de Communes » dit le Comité qui estime qu’ « il est indispensable de faire inscrire l’action internationale dans les compétences des Communautés de Communes et, le cas échéant, de les mutualiser au niveau du Pays de Châteaubriant   ».

Dans sa réponse, la liste de Danièle Catala précise :

(…) « l’engagement de nos concitoyens dans des actions de solidarité internationale et de défense des droits de l’homme, par le travail d’information et de réflexion qu’il entraîne, contribue - au-delà de l’aide apportée à des hommes et femmes ailleurs dans le monde – au renforcement de le démocratie et du lien social chez nous.
Nous sommes donc pleinement en phase avec votre constatation que « l’ouverture au monde n’est pas réservée aux grandes villes.. », (…) nous re-créerons, dans les services municipaux, « un poste de référent de l’action internationale qui a été malheureusement supprimé en 2001. Et s’il est vrai que ces jumelages ont été officialisés, pour des raisons historiques, entre des communes, il est évident aujourd’hui que des habitants de communes voisines, intéressés par la langue ou la culture, s’intègrent à l’activité des comités de jumelage existants : la diffusion de l’information et la coordination au niveau intercommunal deviennent indispensables.

C’est encore plus vrai pour l’action humanitaire, l’aide au développement, et la défense des droits de l’homme et de la cause de la paix – comme c’est le cas pour votre comité. Les citoyens qui s’y engagent proviennent de tout le territoire du pays de Châteaubriant  , voire au-delà – et les actions qu’ils mènent gagneraient effectivement en efficacité à être proposées en partenariat au Pays de Châteaubriant   à travers les trois communautés de communes qui le composent.

La Communauté de Communes du Castelbriantais, et c’est une excellente chose, exerce déjà la compétence « action internationale » en s’associant au partenariat entre le Conseil Général de Loire Atlantique et une région de Guinée. Il serait souhaitable, comme vous le suggérez, que cette compétence ne se limite pas à ce seul partenariat, mais soit exercée de façon générale , et le cas échéant, partagée avec les communautés de communes de Nozay et Derval.
N’oublions pas cependant que les actions de solidarité internationale sont fondées sur un engagement associatif et citoyen – et que la dimension intercommunale souffre aujourd’hui de déficit de démocratie, du fait que ses élus ne sont pas issus du suffrage universel …Il restera donc essentiel dans ce domaine de sensibiliser les élus de chaque commune. »


 A propos d’intercommunalité

Rendons à César ….

Tout à fait d’accord avec M. Boisseau, adjoint aux finances à la mairie de Châteaubriant et candidat sur la liste UMP d’Alain Hunault : la Communauté de communes ne supporte aucunement les charges financières de la ville de Châteaubriant (Ouest France du 27/02/2008). Par contre, la ville de Châteaubriant, n’est pas le principal financeur de la CCC   (Communauté de communes du castelbriantais), comme il l’affirme.

Les financeurs sont les entreprises par le versement de la taxe professionnelle, mais aussi le département et la région qui reversent une partie de vos impôts au travers des contrats de territoire (financement par exemple du gymnase Guy Môquet). Il faut signaler l’effort accepté par certaines communes de la CCC   : la taxe professionnelle au taux unique a permis de baisser les taux pour les entreprises de la commune de Châteaubriant, par contre les taux ont augmenté dans d’autres communes (Issé, Erbray…).

Les communes perçoivent chaque année le montant des taxes professionnelles correspondant à l’année 2002 (oui, 2002). En revanche, toutes les entreprises nouvelles, quel que soit le lieu d’implantation, reversent leur taxe professionnelle à la CCC  . Par exemple, la société qui a implanté les éoliennes de Soudan et Erbray paie sa taxe professionnelle à la CCC   et non aux communes concernées. Pour l’instant, ces ressources suffisent aux investissements et l’on n’a pas besoin de prélever l’impôt sur les ménages.

On peut donc remercier l’ensemble des communes d’avoir contribué au financement d’équipements collectifs tels que la médiathèque  , la nouvelle école de musique et la maison de l’enfant. Et si Châteaubriant impulse, c’est bien l’ensemble du territoire qui fournit les efforts nécessaires.

Alain Hunault promet de baisser le taux de la taxe professionnelle unique dans les six années qui viennent. Il n’est pas possible d’affirmer cela. D’abord parce que le taux unique (12.0 %) ne sera atteint sur l’ensemble du territoire qu’en 2012. On ne peut donc pas baisser ce qui n’existe pas encore. Enfin, ce choix appartient à l’ensemble du conseil communautaire, c’est-à-dire aux 47 délégués des communes (et Châteaubriant n’a que 17 % des sièges).

Nous proposerons, lorsque nous serons élus, la mise en place d’une commission intercommunale des impôts indirects, comprenant des élus, des chefs d’entreprises et des personnes issues da la société civile, afin de discuter de la fiscalité intercommunale en toute transparence.

Danièle Catala


Note du 5 mars 2008

 Petits ... Petits ...

Lors de la réunion du 5 mars 2008 qui s’est tenue à l’ancien foirail à Châteaubriant il a été question de l’intercommunalité.

M. Michel Machard, avec l’approbation de MM.Alain Hunault et Georges Garnier a déclaré que toutes les petites
communes sont représentées à la CCC  , ................. alors qu’on pourrait très bien ne pas les accepter.

 !!!

Quelle chance elles ont, les petites communes, d’être si bien considérées ! Bravo la démocratie !


Le 6 mars 2008

 Journée internationale des femmes

La journée internationale des femmes est célébrée le 8 mars. Alors que les femmes manifestaient pour réclamer de meilleures conditions de travail et le droit de vote, la socialiste allemande Clara Zetkin proposa en 1910 de leur consacrer une journée par an.

Le combat des femmes est toujours d’actualité. Dans de nombreuses régions de la planète et même parfois au plus près de nous, le poids des traditions, le contexte politique, le niveau de revenu, restent d’importants facteurs de discrimination, pouvant aller jusqu’à la soumission totale et au déni de l’être humain. Aujourd’hui encore, les femmes paient le tribut de la lutte politique : Benazir Bhutto assassinée en décembre dernier, Aung San Suu Kyi assignée à résidence en Birmanie depuis 12 ans, Ingrid Betancourt otage des FARC en Colombie depuis 2002, …

Nous, démocraties, nous devons être exemplaires. De nombreuses lois ont fait progresser la cause des femmes et celle sur la parité a permis de renforcer leur place dans la vie politique.

Autour de Danièle Catala, les candidates et les candidats de la liste « Châteaubriant, l’avenir partagé » saluent toutes les femmes qui s’engagent sur les listes pour les élections municipales dans nos communes du « Pays de Châteaubriant   ». Nous souhaitons, avec l’ensemble des élus des 9 et 16 mars prochains, tout mettre en œuvre à l’avenir pour créer les conditions favorables de l’implication des femmes dans la vie de la cité.

Note du 22 mai 2009

 Libérez Aung San Suu Kyi

http://www.avaaz.org/fr/free_aung_san_suu_kyi/96.php/?CLICK_TF_TRACK