Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Démocratie locale > 05-Quartiers

05-Quartiers

(écrit le 19 mars 2003)

Nids de poules et crottes de chien

Un lecteur nous écrit : « Les citoyens de cette cité ont largement plébiscité les élus qu’ils ont. Je ne suis pas adepte de la frustration : je leur laisse les crottes de chiens, leur sécurité protégée par les agents de médiation et leur nombril... Qu’ils y goûtent puisque c’est leur bon plaisir (...) La plupart des citoyens sont crédules et rancuniers. Ils attendent beaucoup d’en haut. Les élus le savent et promettent à leur tour beaucoup, voire n’importe quoi : il suffirait peut-être de les pousser à promettre un peu trop. Ca finira par se savoir ».

Des réunions de « secteurs » ont eu lieu les 10-11 et 13 mars 2003. Frustrant. Peu de monde (surtout si on enlève les nombreux conseillers municipaux venus faire nombre). Moyenne d’âge assez élevée. Pas les mêmes personnes qu’on voyait autrefois, sous l’autre municipalité. Sans doute parce que chacun vient chercher des réponses des élus de son bord, mais se refuse à la confrontation avec d’autres opinions. L’absence de la gauche a été particulièrement remarquée (comme était remarquée l’absence de la droite précédemment). Ces réunions sont donc trompeuses. Elles ne reflètent pas l’opinion profonde des citoyens. La démocratie participative n’existe pas.

Comme dit cependant un des lecteurs de La Mée : « Ce n’est pas parce qu’on ne voit pas de réactions que les gens ne réfléchissent pas. Je pense qu’au contraire, chacun attend le maximum d’une municipalité en place et est prêt à la lâcher quand les citrons sont pressés ».

Deux emplois par an

La séance commence par un petit film, bref mais dynamique. Du punch et un commentaire positif (normal !) sur ce qui a été fait, ou sera fait, quitte à exagérer les choses comme dans le bulletin municipal. On a pu y entendre par exemple qu’Arma-Loire et Thermicentre vont « doubler leurs effectifs ». Tu parles ! Selon les propres dires du patron de Thermicentre, venu en personne présenter son entreprise à la CCCastebriantais le 9 juillet 2002 « les effectifs vont passer de 15 à 25 sur 5 ans » Dix emplois sur 5 ans, cela fait deux emplois par an ! Merveille !

On a pu entendre aussi que la taxe professionnelle baissait, depuis la réunification des deux Communautés de Communes de Châteaubriant et de l’Est Castelbriantais. En réalité c’est faux : elle est simplement répartie autrement, les chefs d’entreprise de Châteaubriant payant un peu moins, ceux des communes extérieures un peu plus, mais le montant attribué à Châteaubriant ne bouge pas (il est bloqué) et la CCC   a pu bénéficier d’une importante DGF (dotation globale de fonctionnement). Cette prétendue baisse de la taxe professionnelle, ça fait bien dans le tableau et ça permet de dire au maire « on ne peut pas tout faire » (il n’a quand même pas osé dire que la situation financière qu’il a trouvée à Châteaubriant était mauvaise !).

On passe ensuite aux questions, dans le silence (comme à Béré), ou dans un brouhaha non-maîtrisé (comme à la Ville aux Roses). Certaines personnes disent leur nom. D’autres disent : « Je pense que tout le monde me connaît » ! (ce qui est faire preuve de bien de prétention).

O.G.M

Une seule question de fond : celle qui concerne la position de la municipalité par rapport aux OGM (organismes génétiquement modifiés). Le maire répond que cette question aura une réponse plus tardive. « Toutes les autres questions ont eu une réponse ». Ce n’est pas vrai, l’auteur de ces lignes en avait posé une série, à la dernière réunion, au Marché Couvert   et attend encore le premier mot de réponse.

Nids de poule et crottes de chien : intéressant ! on a appris que le directeur des services techniques était responsable si le trou dans le trottoir était profond de plus de 5 cm. Cela ne semble pas être le cas. Des personnes se plaignent de crottes de chien dans les rues. On a parlé de sacs à crottes, et de moto-crottes. Passionnant j’vous dis ! Une idée : si on utilisait les crottes de chien pour boucher les nids de poules ? En tout cas, pour des problèmes comme ça, il y a un « numéro vert » pour la mairie : 0 800 44 200

Je me « mare »

« Merci ! Merci M. le Maire, vous nous avez écoutés » ont dit quelques personnes, ravies d’avoir obtenu un panneau indicateur de vitesse rue du Boispéan, du goudron rue Alsace Lorraine et un passage piétons. « Comme par enchantement, tout a été fait ». Mais il manque plein de choses : un conteneur pour les papiers , des trottoirs défoncés, des mares à éliminer : « au Parc de La Lande » ... (Parc de Radevormwald, rectifie le maire) ... « Oui mais je ne parle pas l’allemand, dans ce parking, donc, le trottoir penche vers la pelouse et la pelouse penche vers le trottoir » et donc ça fait des mares d’eau quand il pleut. Tiens ! personne n’a pensé à se plaindre de la pluie !

Cimetière : quel projet pour le cimetière ? Le Directeur des Services Techniques, qui est pourtant bien au courant (mais qui sait prendre le sens du courant), dit que le projet précédent était un projet de cimetière « urbain », traditionnel quoi, tandis que le projet de l’actuelle municipalité sera paysager. Manque de chance, le projet précédent, fait par l’architecte Xavier Ménard, était aussi un projet paysager et il avait l’avantage de penser tout une mise en valeur du site de l’église de Béré. Les élus ne le savent peut-être pas. Mais le Directeur des Services Techniques le sait, lui. Enfin bref. On n’est pas à une inexactitude près, La première tranche du nouveau cimetière devrait démarrer début 2004.

Vitesse : depuis toujours c’est le leit-motiv. Une personne habitant route de St Aubin des Châteaux, hors agglomération, se plaint des voitures lancées à toute allure et du danger que cela représente pour les personnes qui viennent chez elle. « Vous allez bientôt avoir une voie verte qui viendra jusqu’à chez vous » répond le maire en évoquant la transformation de la voie ferrée Châteaubriant-Rougé en voie piétonno-cyclisto-équestre. Stupeur de la personne : « C’est que ... pour rejoindre cette voie il faudra qu’on demande au voisin l’autorisation de traverser son champ ». Et ça ne réduira pas la vitesse sur la route.

Trente : la rue Vieille Voie a été mise à trente à l’heure. « C’est ridicule, dit une personne, essayez donc de respecter ça en voiture » - « Mais ce n’est pas grave, répond le chef de la police municipale. Quand on arrête les automobilistes on tolère 45-50 km/h » - Ah bon, à quoi sert donc le panneau « 30 » ? « Juste à leur faire comprendre qu’ils doivent emprunter une autre route ». Fallait l’dire !

L’enfer : il est certain que les demandes des habitants sont satisfaites rapidement. Sans toujours réfléchir suffisamment. C’est ainsi qu’un habitant a signalé que les emplacements de stationnement matérialisés rue Anne Gautier-Grosdoy sont finalement dangereux. « L’enfer est pavé de bonnes intentions » a dit le directeur des Services Techniques en évoquant la possibilité de revenir sur cette décision.

Mais entre UNE PERSONNE qui demande et UNE PERSONNE qui critique, que choisir ?. La politique est affaire de choix collectifs, pas de satisfaction de desiderata individuels.

Villages : un habitant, toujours le même, s’est fait le porte-parole des villages dont il faudrait aménager les abords, buser les fossés, rectifier les virages, rénover les chemins. « Oui mais, en allégeant la fiscalité locale, nous ne pouvons pas tout faire ». Tiens, les promesses commencent à se heurter aux réalités.

Gare routière : la place Ernest Bréant va être réaménagée maintenant que la gare routière a disparu. Sauf que les cars s’arrêtent toujours et que des fois les voitures prennent toute la place, et que, de plus, les gens ne savent pas où prendre le car. Le Conseil Général a promis une aubette.

Stationnement payant : « Je vous félicite, Monsieur le Maire, d’avoir mis du stationnement payant du côté de la Poste » - Réponse : « Vous en aurez bientôt aussi sur la place de la Motte ». M. Hunault Alain va devoir s’accorder avec M. Hunault Michel qui avait, en sous-main, fomenté une vive manifestation contre le stationnement payant lors de son instauration en 1991. L’auteur de ces lignes en a été quitte pour deux pneus crevés.

A part ça, nulle discussion entre les citoyens et les élus sur quelques problèmes de fond . Par exemple :

Est-il bien justifié d’organiser un « espace fumeurs » lors d’une soirée de jeunes, alors que le tabac tue 4,9 millions de personnes PAR AN ?

Est-il bien justifié de créer un bowling ? A-t-il des chances réelles d’être attractif ?

Quelle politique de la ville en matière d’emploi (sauvegarder Focast, c’est bien, créer de nouveaux emplois ce serait mieux), en matière sociale, en matière de logement social ? Comment attirer des personnes à Châteaubriant autrement qu’en paroles ? Les maisons se vendent bien à Châteaubriant car ce sont des retraités de l’agriculture qui s’installent en masse. Les jeunes s’en vont et ceux qui pourraient impulser quelque chose habitent de moins en moins Châteaubriant. Chaque semaine on apprend des départs nouveaux vers la mer ou la grande ville et cela dans tous les milieux.

Les réunions de secteurs auraient pu être aussi l’occasion d’aborder les sujets qui divisent : l’accueil des gens du voyage, la perspective d’un terrain d’enfouissement des déchets ménagers, etc.

Mais il vaut mieux en rester aux nids de poule et aux crottes de chien. Avec un vin d’honneur en vin de soirée.

B.Poiraud


Écrit le 2 avril 2003 :

N’est pas riverain qui veut

Le mercredi 26 mars 2003 avait lieu, en mairie, une réunion pour les riverains de la Place Ernest Bréant, pour leur parler du bowling et de l’aménagement de la place. Une adhérente de l’Amicale Laïque, donc riveraine de la place Ernest Bréant, s’est présentée à cette réunion et s’est fait « jeter » (sans doute parce qu’elle est aussi un des rédacteurs de La Mée) : « Vous n’avez pas fini de nous emmerder ? » a dit le maire, « Si vous ne partez pas, je ne fais pas la réunion ».

Eh quoi ? les citoyens castelbriantais n’ont pas le droit d’être informés ? Et seuls les stricts riverains peuvent donner un avis ? Bien restrictive démocratie, que cette démocratie-là


NOTES:

Voir : démocratie participative