Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Environnement, écologie, pollution > La Chère et le Don > La Chère, le Don et les pesticides

La Chère, le Don et les pesticides

Ecrit le 14 mai 2008

 La Chère et le Don : la peste soit des pesticides !

JPEG - 93.2 ko
Dessin de Moon - 06 87 32 7

L’application des produits phytosanitaires à proximité des milieux aquatiques est interdite.

Alors que le printemps est de retour et que les herbes repoussent, le Syndicat de la Chère et le Syndicat du Don s’associent pour rappeler que l’utilisation de pesticides près des cours d’eau et autres points d’eau est interdite.

 Un seul gramme

En effet, l’utilisation des produits phytosanitaires peut provoquer des pollutions importantes de l’eau et de l’environnement.

Un seul gramme de substance active peut polluer 10 000 m3 d’eau, soit la consommation d’une famille de 4 personnes pendant 30 ans. Ou l’équivalent d’un ruisseau de 1 m de large, sur 1 m de profondeur et sur 10 km de long.

En Loire-Atlantique, où une part importante des ressources en eau potable provient des eaux superficielles, de fortes teneurs en produits phytosanitaires sont régulièrement relevées dans les analyses de la qualité de l’eau.

Afin de réduire cette contamination, pourprotéger notre santé et l’environnement, le Préfet de Loire-Atlantique a pris un arrêté interdisant l’application de produits phytopharmaceutiques à proximité des milieux aquatiques : à moins de 5 mètres d’un cours d’eau représenté sur une carte IGN (fleuves, rivières, ruisseaux) et à moins d’un mètre sur tout le reste du réseau hydrographique (fossés, pièces d’eau, puits, forages, zones régulièrement inondées).

Le traitement direct des avaloirs, caniveaux et bouche d’égout, dans les villes, est également interdit.

L’arrêté précise aussi que les utilisateurs (particuliers, agriculteurs, collectivités…) de produits phytosanitaires sont responsables des conséquences de leur traitement. Les agents de la police de l’eau commencent leur mission de contrôle de la bonne mise en application de cet arrêté.

La reconquête de la qualité de l’eau fait partie des objectifs prioritaires des Syndicats de la Chère et du Don, aussi devons-nous rappeler cette évolution de la réglementation depuis 2007.

De plus, depuis 2003, des actions de réduction de l’utilisation des pesticides sont réalisées auprès des communes. Celles-ci ont réduit leur consommation et mis en place des techniques alternatives au désherbage chimique (désherbeur thermique à gaz, balayage mécanique, paillage …).

Comme particuliers vous êtes aussi concernés et vous pouvez agir ; pour ne pas utiliser de pesticides vous devez adopter quelques grands principes : couvrir le sol, choisir des plantes adaptées, entretenir la fertilité du sol, intervenir avant la montée en graines ou en fleurs des plantes indésirables…

Le Conseil Général de Loire-Atlantique a réalisé un document « Pesticides : quels dangers ? Quelles alternatives ? » dressant un panorama assez complet de la question des pesticides. Disponible en téléchargement sur le site Internet du CG 44 :
– http://www.cg44.fr/cg44/upload/docs/application/pdf/plaquette_pesticides.pdf

Si vous souhaitez plus d’informations, le Syndicat de la Chère et le Syndicat du Don sont à votre disposition. N’hésitez pas à nous contacter au 02.40.07.75.37 (Syndicat de la Chère) ou au 02.40.79.51.46 (Syndicat du Don).

 

Communiqué

 


Ecrit le 21 mai 2008

 Syndicat de la Chère : un nouveau Président

JPEG - 95.1 ko
Bureau du Syndicat de la Chère

Le Syndicat Mixte pour l’Aménagement du Bassin Versant de la Chère regroupe 18 communes, depuis Soudan (Loire-Atlantique) jusqu’à Sainte-Anne-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine), qui ont décidé de s’associer pour l’aménagement hydraulique et la gestion de l’eau, sur ce bassin versant large de 450 km2.

Après 13 années passées à la Présidence du Syndicat de la Chère, M. Yves DANIEL a souhaité passer la main. C’est M. Joseph DAVID (maire de Sion-les-Mines) qui est désormais Présidente du Syndicat. MM. Bernard GAUTIER (Com’Com’   du Pays de Grand-Fougeray) et Michel GAUVIN (Saint-Aubin-des-Châteaux) sont Vice-présidents. MM.. François LAURENT (Châteaubriant), M. Rémy MARTIN (Ercé-en-Lamée), M. Thierry DAVID (Mouais) et M. Christian POULAIN (Sainte-Anne-sur-Vilaine) ont été élus membres du bureau.

Cette année, le Syndicat va mener des actions sur les milieux aquatiques afin de répondre aux exigences de la Directive Cadre sur l’Eau : mise en place de micro-seuils sur la Chère aval (communes de Pierric, Grand-Fougeray et Derval), restauration et l’entretien des marais de Sainte-Anne-sur-Vilaine, franchissabilité du moulin du Licouet et création d’une frayère à brochet sur le bief du moulin (Derval), aménagement du moulin de la Bernardais (Grand-Fougeray), intervention sur la ripisylve à Saint-Aubin-des-Châteaux, suivi et lutte contre la jussie, mise en place d’épis à l’étang de Mouais, la définition d’une zone test pour une charte de bon entretien des ruisseaux

JPEG - 18.2 ko
Pont sur la Chère, à Châteaubriant

Contact : Anne JAROS - 10, rue de Redon 44 590 Derval - Tél : 02 40 07 75 37.
syndicatdelachere@yahoo.fr


Ecrit le 2 mai 2013

 Pollution de la Chère

Pollution de la Chère

Un fond de désherbant dans un pulvérisateur que l’on nettoie, du white spirit que l’on répand à proximité du réseau pluvial … ou tout autre manœuvre malencontreuse … et hop, voilà une pollution du ruisseau voisin. C’est ce qui s’est produit les 18-19 avril dernier. Un promeneur a vu une anguille morte dans le Rollard du côté du parking Pasteur, puis un tapis de petits poissons morts dans la Chère à proximité de Super U : gardon, anguilles, chevesnes... Les perches sont mortes les premières, les brochets ont résisté plus longtemps.
Non, ils ne font pas des galipettes,
ils sont morts tout simplement

Il s’agit d’une pollution chimique car toutes les espèces ont été touchées et les jeunes pousses des herbes aquatiques ont été blanchies par le produit. Certes, ce n’est pas une grosse pollution et cela s’est arrangé tout seul d’autant plus que, lundi 22, des vannes ont été ouvertes. Mais il faudrait éviter que cela se reproduise !

Vous en bouffez, des pesticides