Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Associations diverses et partis politiques > Restau du coeur > Restau du coeur - bilan campagne 2007-2008

Restau du coeur - bilan campagne 2007-2008

Ecrit le 9 avril 2008

Ouvert depuis le 3 décembre 2007 le Restau du Cœur de Châteaubriant a terminé sa campagne d’hiver le 28 mars 2008 …. Juste avant de démarrer sa campagne d’été le 4 avril.

Au cours de l’hiver, à raison de deux distributions par semaine, il a compté 145 familles inscrites (5 de moins que l’an dernier) ce qui représente 405 personnes (17 de plus que l’an dernier). Parmi celles-ci, 93 familles sont de Châteaubriant (252 personnes, soit 32 de plus que l’an dernier). Les autres viennent d’une vingtaine de communes aux alentours, y compris 8 familles qui viennent de communes hors Loire-Atlantique (Tresbœuf, Teillay, Challain la Potherie).

Personnes inscrites ne veut pas dire : personnes accueillies. Sur 405 personnes, il en vient au maximum 85 %. « Les gens savent gérer leur précarité », dit Bernard Guéret, « ils essaient de se débrouiller par eux-mêmes. Mais, en fin de mois ... »

« Pour ne pas désorganiser la distribution nous demandons aux familles accueillies de venir régulièrement 2 fois par semaine (une seule fois pour les non-Castel-briantais). Elles emportent à chaque fois trois équivalents-repas par personne (6 repas pour les non-Castelbriantais) » . Ainsi, une famille de 4 personnes repart, le mardi, avec l’équivalent de 12 repas. Et autant le vendredi.

Restau du coeur

 Quelques éléments chiffrés :

– Beaucoup de personnes seules
– Une quarantaine de familles mono-parentales, surtout des femmes
– Des personnes au RMI, ou en fin de droits, quelques retraités, ou personnes ayant un emploi à temps partiel.
– Des jeunes qui n’ont rien

48 % des familles, en 2007, venaient pour la première fois.
26 % pour la deuxième année
11 % pour la troisième année
15 % depuis plus de 3 ans

Ainsi, comme pour le RMI, on constate que l’on sort de la grande précarité, mais que l’on y entre toujours.

« Nous avons eu la satisfaction d’avoir 5 retours à l’emploi. Les personnes viennent nous le dire avec plaisir ». Elles font preuve aussi de solidarité en faisant, gratuitement, du co-voiturage pour les personnes de leur entourage qui ont besoin du Restau du Cœur ».

 Dons

La collecte « spécial bébés » a rapporté cette année 2100 € (2400 € l’an dernier) et 3,5 tonnes de produits (4,4 l’an dernier). La collecte de mars a été fructueuse aussi. « Nous recevons un accueil sympathique, même si les gens ne donnent pas ». Le Restau a compté 18 bébés cette année (de 0 à 8 mois) et a fourni lait en poudre, petits pots, couches et autres produits d’hygiène.

65 bénévoles participent à la collecte des denrées (boulangeries, grandes surfaces), à leur présentation et à la distribution. Huit personnes accueillies viennent donner un coup de main.

Le Restau du Cœur remercie tous les donateurs et en particulier M. Daniel Martin qui, à Soudan, cultive des jardins pour offrir des produits frais : salades, pommes de terre, poireaux, navets, etc.

Inquiétude : un manque de lait est prévu et de produits surgelés.

 Autres activités

Le restau du Cœur met à disposition une machine à laver et un sèche-linge. Il propose des places de cinéma, des entrées gratuites à la piscine, une bibliothèque et un prêt de DVD, et même un accès internet. Une coiffeuse effectue 6 coupes par semaine. L’EDF a signé une nouvelle convention depuis dévrier 2008, pour éviter d’en arriver aux coupures de courant.

 Eté 2008

Pour l’été, il n’y aura plus qu’une distribution par semaine, le vendredi et le plafond de ressources n’est que 65 % de celui de l’hiver.

La responsable du Restau du Cœur est Mme Renée Terrien qui souhaite avoir un adjoint pour la prochaine saison. « En même temps je remercie tous les bénévoles : ils ont su prendre leur part de responsabilités ».

La conclusion est donnée par Bernard Guéret : « les personnes qui viennent au Restau du Cœur nous expliquent leurs difficultés. Il y a un important manque de ressources, et, chez certains, des problèmes de gestion liés aux cartes de crédit. Pour autant nous n’avons pas affaire à des gens assistés. Nous sentons des gens prêts à se battre. Des gens debout »