Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Départemental > Contrat de territoire : à quoi sert un animateur territorial

Contrat de territoire : à quoi sert un animateur territorial

Ecrit le 23 septembre 2009

A quoi sert un animateur territorial ?

Le Conseil Général de loire-Atlantique accorde une enveloppe financière aux territoires du département, en fixant quelques grandes lignes de priorité. Les territoires sont chargés, ensuite, de répartir cette somme en fonction des projets qui leur paraissent importants.

Ces sommes ne sont pas négligeables puisque, pour la seule Com’Com’   de Nozay (14 000 habitants), cela représente
3 581 941 €. Dans ce total on trouve la somme de 21 450 € pour le co-financement du poste d’animateur-coordinateur, Michel Evain.
 
La Com’Com’   de Derval et celle de Châteaubriant reçoivent, elles aussi, des fonds.
 
Pour discuter de la répartition de ces fonds, une réunion a eu lieu le 9 septembre à Nantes, entre le Conseil Général et les élus des 33 communes du Pays de Châteaubriant  . Patrick Mareschal, Président du Conseil Général, leur a fait remarquer que cette réunion était bien tardive : tous les autres territoires ont déjà finalisé leurs programmes.
 
Et surtout il a annoncé que les fonds prévus pour le co-financement du poste d’animateur-coordinateur, Michel Evain, sont … suspendus, puisque le Conseil Général considère que l’animation n’a pas été effectuée conformément aux modalités prévues dans la convention liant le pays et le CG. Le plus étonnant c’est que les Présidents des trois Com’Com’   avouent … ne pas avoir lu cette convention ! 
 
En effet le Conseil Général recherche une cohésion de « Pays » or, ici, les trois Com’ Com’ ont établi leurs projets chacune dans leur coin, sans se soucier de cohérence entre eux. On l’a bien vu lors de la réunion du Conseil de Développement du 12 mai 2009 où les trois projets présentés sont apparus très différents et où aucun des présidents des trois Com’Com’   n’est resté pour discuter avec les habitants présents.
 
Cela étant, est-ce la faute de Michel Evain ? Non sans doute. Jean Louër* et Jacqueline Ségalen* ont pris sa défense en disant qu’il travaille bien. Vu du côté de la presse, il est évident aussi qu’il abat un travail considérable. Donc ce n’est pas sa personne qui est en jeu. … mais la méthode de travail qui lui est imposée.

C’est qu’en effet Michel Evain n’a pas les mains libres, il est sous les ordres d’Alain Hunault (et de Georges Garnier de façon moindre), mais aussi voire surtout de Stéphane Adnot (directeur des services de la Com’Com’   du Castelbriantais) et ne peut pas jouer le rôle qui devrait être le sien.
 
Alors, donc, son financement est suspendu. Si les choses s’arrangent, il sera peut-être possible d’en avoir une partie.

(*) présidents des Com’Com’