Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Voeux 2010 à Treffieux

Voeux 2010 à Treffieux

Ecrit le 27 janvier 2010

 Une forte inquiétude

Houla, il y a des maires qui n’ont pas leur langue sous leur écharpe ! A Treffieux, pour la cérémonie des vœux, le maire a mis en garde ses administrés.

 La valeur du travail

« Bonne et heureuse année dans un contexte économique plus qu’incertain, un monde en mutation, qui nous font perdre nos repères et douter de nos valeurs.

Quelle est la valeur de notre travail quand aujourd’hui des constructeurs automobiles revenus aux bénéfices, appellent les employés à quitter l’entreprise contre une prime, ou délocalisent pour être encore plus profitables au détriment de nos emplois, de notre travail ?

Quelle est la valeur du travail pour les agriculteurs qui ont vu baisser leur revenu de 30 à 50% suivant les filières ?

On nous annonce que la reprise ne créera pas immédiatement de l’emploi et on sait le Pays de Châteaubriant   très touché notamment par le chômage des jeunes, des intérimaires, des emplois déjà précaires.

La réforme territoriale entreprise par l’Etat permettra-t-elle de continuer à faire jouer les mécanismes de la solidarité sur notre territoire, nous permettra-t-elle de continuer le développement de nos communes rurales, face à la puissance financière et d’attraction des métropoles urbaines ?

L’avenir de nos communes n’est pas de devenir des cités dortoirs dans un espace rural, mais bien d’y ancrer l’emploi (au travers du développement des zones d’activité et les services à la personne), et que nous puissions continuer à penser qu’il y fait aussi bon vivre » a dit le maire François Morice avant de passer la parole à ses adjoints pour expliquer les réalisations, les projets et les problématiques

 Personnel : espoir

Le maire a salué le travail et le professionnalisme des agents municipaux et expliqué que « nous avons fait appel à l’association ESPOIR, association de réinsertion et d’aide au retour à l’emploi, afin d’aider les agents techniques, de façon temporaire, lors de période où la charge de travail a été plus importante ». Un « contrat d’avenir » a même été signé.

 Cuves

Annie Philippot a rappelé l’existence du « lotissement des Chaumains » : chaque terrain a été doté d’un système de récupération des eaux pluviales comprenant une cuve enterrée et un groupe motopompe facturés à l’acheteur. Mais « les cuves se sont déjà déformées par la pression externe de l’eau durant les périodes hivernales ». La mairie est engagée dans une procédure juridique à l’amiable, et cherche un autre système.

La vente des lots ne se fait pas assez vite. Une décision sera prise en cours d’année par le Conseil Municipal.

La maison du Soleil Levant, réhabilitée avec l’association « Une Famille-Un Toit » sera disponible après les congés d’été. De haute performance énergétique, elle sera très économe en énergie.

 Chemisage et manchettes

Pascal Duchesne a parlé de l’assainissement : « le tronçon le plus ancien du réseau (d’une longueur totale de 1025 ml) est dégradé et laisse entrer des eaux claires parasites en période de fortes pluies, ce qui diminue les performances de la lagune dans le traitement bactérien des eaux usées. L’ensemble des travaux, pour 261 310 euros, a bénéficié d’une subvention de 40% par le Département au travers des Contrats de Territoire. Ils se feront par phases ».

Une étude plus approfondie, par caméra, est en cours, afin de déterminer de façon précise les tronçons endommagés, la solution proposée étant la réhabilitation du réseau par l’intérieur (chemisage continu, manchettes).

Par ailleurs l’étude de l’assainissement non collectif a montré que 60 % des installations sont non-conformes. La Com’Com’   attribue une aide financière pour les travaux des particuliers.

 La Fleuriais

Pont d ela Fleur

Sur le Don, une expérimentation vise à retrouver le lit de la rivière et à en suivre l’évolution sur plusieurs années (qualité de l’eau, végétation, populations piscicoles).

Le financement du projet est totalement à la charge du Syndicat du Don, y compris les travaux de creusement du radier et de mise en place de nouvelles vannes si le Conseil Municipal en décidait ainsi.

 Entrées du bourg

Jessica Castric a présenté les projets pour 2010 :
– Sécuriser les entrées du bourg et ralentir la vitesse (le commandant de gendarmerie a précisé à ce sujet que les contrevenants chopés par les radars sont des habitants de Treffieux !)
– Aménagement global du bourg, accessibilité aux personnes handicapées, étude paysagère et fleurissement
– Espace du temps Libre : un groupe de travail (élus, jeunes, associations) propose de créer un espace de rencontre auprès du parking : un bi-cross en 2010, puis des jeux pour les enfants, un boulodrome, des tables de pique-nique,...
– Halle de Gruellau : pour développer le potentiel touristique indéniable du site, la grande halle sera aménagée.

 Com’Com’  

Jacqueline Ségalen a présenté ensuite, en détail, l’action de la Com’Com’   pour un territoire « compétitif, durable, solidaire ».
Elle a aussi exprimé ses inquiétudes : « On va sans doute continuer à perdre des emplois alors que les banques ont refait leurs marges ! L’année 2010 sera très difficile. Cela m’angoisse d’entendre parler de travailleurs pauvres. La réforme des collectivités territoriales m’angoisse aussi. Toucher au nombre d’élus, c’est toucher à la parole du peuple, c’est réduire les idées et leur diversité. La baisse de la taxe professionnelle fera porter le poids des services sur les ménages ».

 Un long fleuve tranquille

Pour Gilles Philippot, conseiller général, « 2010 ne sera pas un long fleuve tranquille » évoquant pour cela la crise économique et son cortège de chômage et de pauvreté, et le projet de réforme territoriale déposé par le gouvernement.

« En effet la clause de compétence générale qui permet au Conseil Général d’agir dans de multiples domaines, serait supprimée ; le département serait ainsi réduit aux strictes interventions définies par la loi. Avec des risques lourds pour les associations et les collectivités rurales qui aujourd’hui bénéficient des politiques facultatives du Conseil Général et qui, sans ce soutien, seraient en grande difficulté pour financer leurs projets. ».

Si une réforme est souhaitable, « elle doit constituer un progrès et pour cela s’inscrire dans l’esprit de la décentralisation qui a permis de rapprocher le citoyen du lieu de décision en confiant plus d’autonomie mais aussi les moyens nécessaires au plus près des territoires »

  Le mur

« Souvenons nous qu’il y a vingt ans un mur tombait à Berlin. Pour demain c’est le mur des égoïsmes qu’il faudra faire tomber en s’attaquant au fossé des inégalités qui se creusent entre les plus riches et les plus pauvres. Chacun sait que notre société est traversée par une profonde mutation, elle ne s’en sortira que si elle sait organiser un partage des richesses équitable tout en étant actifs pour la protection de la planète » a conclu G.Philippot.

Que ce soit en agriculture ou dans ce qui régit la vie des collectivités ou des habitants, « Jouer collectif et solidaire », est à mon sens la seul voie porteuse d’avenir

Conclusion : beaucoup de monde (90 personnes environ pour 734 habitants), avec des personnes de tous âges et notamment des jeunes couples avec petits enfants. Et pas de poignée de mains obligée !