Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Européennes > Européennes 2004-3

Européennes 2004-3

Résultats des Européennes du 13 juin 2004

Le résultat des élections européennes a confirmé au niveau national ce que l’on attendait :
- une forte abstention
- un vote sanction quasi général

Elections européennes 13 juin

Au niveau français, l’abstention se chiffre à 57,22 %, un record historique : à côté des abstentionnistes traditionnels, il y a les eurosceptiques. En Europe, le vote n’a mobilisé personne ... sauf pour sanctionner les pouvoirs en place. Le phénomène se retrouve quasiment dans tous les pays, y compris dans 9 des 10 nouveaux membres de l’Union Européenne (Malte fait exception), montrant ainsi que les peuples n’ont aucune confiance dans ce que décident ou décideront les eurodéputés. La République Tchèque a même mis largement en tête la droite eurosceptique, tandis qu’en Suède les Souverainistes (Oui à l’Europe, non à un Etat de l’Union Européenne) ont fait une percée inattendue (14,4 % des voix). Les électeurs de Tony Blair en Angleterre ont sanctionné sa guerre en Irak et donné un score important à un jeune parti appelant au retrait de l’Union Européenne.

Dans tous les pays, le vote a sanctionné les gouvernements qui ont appliqué la politique de rigueur imposée par la Commission de Bruxelles. C’est particulièrement vrai en Allemagne où le SPD (parti socialiste au pouvoir) enregistre son plus mauvais score (21,4 % des suffrages), mais aussi en Italie (20,5 % pour Berlusconi).

En France aussi le vote sanction est manifeste puisque, malgré la multiplicité des listes, le Parti Socialiste est nettement en tête (28,88 %). L’UMP est loin derrière (16,64.%) et n’est pas parvenue à éliminer l’UDF qui fait 11,95 %. Les Verts, 6,5 % ne profitent pas d’un scrutin qui leur est habituellement favorable. L’extrême gauche ne parvient pas à percer (et fait beaucoup moins qu’aux Régionales), le Parti Communiste qui dépasse les 5 % fait le double des voix LO/LCR, le Front National passe de 5 % à 10 % aux Européennes.
(* chiffres encore provisoires : résultat définitif pas encore donné par le ministère de l’intérieur, le 14 juin à 9h30).

PS : 12,35 %

Il faut cependant se garder de se réjouir du maintien du vote-sanction : le nombre des abstentionnistes réduit considérablement l’apparence de victoire et donne des craintes pour l’avenir. Certes le Parti Socialiste est en tête en France, mais son score représente à peine 12,35 % des inscrits : il ne peut donc prétendre parler au nom de la majorité des Français. De plus la politique socialiste qui, en matière européenne, n’a jamais été vraiment en rupture avec la politique libérale de la Commission Européenne ne laisse pas d’inquiéter d’autant plus qu’il n’y a pas d’accord profond entre socialistes français et socialistes des autres pays : il suffit de voir la politique appliquée par le SPD en Allemagne, ces dernières années.

Dans les prochains jours va se prendre une décision concernant ce qu’on appelle la « Constitution européenne ». « Personne ne l’a désapprouvée » diront les Socialistes. Personne ne l’a approuvée non plus car elle n’a pas fait l’objet d’une réelle explication lors d’une réelle campagne électorale.

Ainsi, ce qui apparaît comme un succès de Gauche, n’est en réalité que l’échec de la Droite, sans garantie de succès pour les forces populaires.

Ville de Châteaubriant
Un épiphénomène

Résultats des Européennes du 13.0
(seulement sur la ville de Châteaubriant

En ce qui concerne la ville de Châteaubriant, les électeurs ont davantage voté que 1999 mais ce n’est pas brillant (abstention 50,63 % contre 52,52 % en 1999)

Quelques comparaisons sur Châteaubriant-ville :

Parti socialiste :
–  1999  : 26,10 %
–  2004  : 28,26 %

Parti Communiste :
–  1999  : 5,11 %
–  2004  : 3,74 %

Toujours sur Châteaubriant-Ville :
Verts :
–  1999  : 8,74 %
–  2004  : 5,98 %

Extrême-gauche :
–  1999  : 4,71 %
–  2004  : 2,26 %

UDF
–  1999  : 10,20 %
–  2004  : 5,63 %

Droite (UMP et Michel Hunault)
–  1999  : 16,13 %
–  2004  : 38,54 %

De Villiers
–  1999  : 11,60 %
–  2004  : 7,49 %

Chasse-Pêche, Nature
–  1999  : 4,86 %
–  2004  : 0,87 %

Miguet (moins d’impôt)
–  1999  : 2,23 %
–  2004  : 0,47 %

Front National
–  1999  : 4,33 %
–  2004  : 4,19 %

Le meilleur score à Châteaubriant est sans conteste celui de Michel Hunault, seul candidat tête de liste connu ici à double titre : d’une part en raison de sa qualité de député (et de la promotion systématique dont il a bénéficié depuis des mois dans l’hebdo géré par son beau-frère) - et d’autre part en tant que frère jumeau du maire de Châteaubriant.

Cependant, avec 1475 voix, il ne récolte que 34,73 % des voix (16,7 % des inscrits) sur son nom et deux bureaux de vote (René Guy Cadou et Claude Monet) ne l’ont pas mis en tête.

En Loire-Atlantique, Michel Hunault (député, ex-conseiller général, conseiller régional) n’a réuni que 6,27 % des exprimés. Dans la Circonscription Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes) il ne fait que 3,12 % derrière le Parti Communiste. Globalement, Michel Hunault ne recueille que 3,21 % en Bretagne, 3,77 % en Pays de Loire et 1,66 % en Poitou-Charentes. En présentant sa candidature, il a enlevé des voix à Roselyne Bachelot et a fait élire Marie Hélène Aubert (Verts). Tant mieux !

Michel Hunault n’est en tête que dans la région castelbriantaise, mais pas partout : pas à Erbray, pas à Blain, ni à Nozay, La Grigonnais, Saffré, Guéméné, Joué sur Erdre, Riaillé, Nort sur Erdre, Vay, Soulvache, Treffieux,

Toujours à Châteaubriant-ville, en comparaison avec le premier tour des Elections Régionales le 21 mars 2004 , le total PS + PCF + Verts (qui correspond à l’alliance électorale de mars 2004) est celui-ci :
–  Mars 2004  : 37,09 %
–  Juin 2004  : 37 ;98 %

La Gauche traditionnelle, sur Châteaubriant-ville, malgré une tête de liste non connue, maintient ses positions avec cependant une redistribution interne : le Parti socialiste en juin 2004 renouvelle son exploit des Régionales en attirant sur sa liste un vote-sanction « utile », dont sont victimes ses partenaires de l’ex-gauche plurielle, PC et Verts. L’extrême gauche, qui avait fait un bon score aux Présidentielles de 2002, si elle récolte toujours un courant de sympathie, ne le retrouve pas dans les urnes (manque de crédibilité ?)

Dans la circonscription Ouest (Bretagne, Pays de Loire, Poitou-Charentes) les résultats sont les suivants :

– B. Poignant - PS - 30,92 % -5 sièges
– R. Bachelot - UMP - 14,81 % -2 sièges
– Ph  .de Villiers - MPF - 12,36 % -1 siège
– Ph  .Morillon - UDF - 11,67 % -1 siège
– M.H.Aubert - Verts - 7,66 % -1 siège

– S. Maréchal - FN   - 5,62 %
– P. Le Hyaric - PCF - 4,10 %
– M. Hunault - ex UMP - 3,12 %
– H.Defrance - LO/LCR - 2,30 %
– J. Le Guen - MRG - 2,19 %
– F. Sanchez - Chasse - 1,99 %

(les autres font moins de 2 %, y compris le candidat qui promettait moins d’impôts)