Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Associations diverses et partis politiques > CSF : une forte action-logement

CSF : une forte action-logement

Ecrit le 16 avril 2008

 Défense du consommateur

Elles sont 6 ou 8 à se réunir deux fois par mois au local du 14 de la rue César Franck (1), miitantes de la CSF (Confédération Syndicale des Familles  ), une organisation qui, à Châteaubriant, a des représentants à l’OPAC (office HLM), au Conseil de Développement, au collectif d’associations et au GASS (groupe d’accompagnement au soutien scolaire), sans oublier la CRUCQ de l’Hôpital (2). Beaucoup de travail, dans l’ombre, depuis 1974 !

« Nous recevons de la documentation de Paris et de Nantes, que nous partageons, nous relayons des pétitions (par exemple contre les franchises médicales) et nous faisons des enquêtes pour nous rendre compte des différences de prix dans les magasins. Avec des surprises souvent : par exemple il nous arrive de trouver, chez Lidl ou ailleurs, des « marques », plus chères que dans les grandes surfaces ! Mais comme cela change d’une semaine à l’autre, on ne peut en tirer des généralités et on ne peut en informer les consommateurs. Une seule conclusion donc : partout le consommateur est piégé »

 9000 € pour un chauffage

« Il nous arrive souvent de débrouiller des arnaques. Nous avons vu par exemple une personne, en campagne, à qui a été vendu, par démarchage à domicile, un chauffage à 9000 €, double du prix normal ».

« Nous avons souvent à régler des conflits avec les fournisseurs de téléphonie. Par exemple, les gens, sans avoir rien signé, se retrouvent à Tele2, coupés de France Telecom sans l’avoir demandé et il leur faut payer 55 € pour une réouverture. Nous parvenons à obtenir le remboursement des frais indus »

Si nécessaire la CSF accompagne des gens à Nantes pour un rendez-vous avec un avocat.

 Logement

Une bénévole de la CSF est élue au Conseil d’Administration de l’OPAC de Loire-Atlantique et participe à la Commission d’Attribution des Logements, par un système de visio-conférence. « Les critères d’attribution sont : les ressources, le lieu de travail, les caractéristiques de l’ancien logement, les incidents de paiement des loyers. Mais nous ne voyons pas tous les dossiers : l’OPAC a fait un premier tri » dit-elle en remarquant qu’on peine à trouver des locataires HLM pour la région de Châteaubriant où 70 à 80 logements HLM sont vacants.

 Charges … chargées

La CSF constate une importante augmentation des provisions de charges. « Pour un F5 nous payions 22.54 € par mois et, en une année, c’est passé à 50,01 € soit 121 % d’augmentation. Et nous payons 5 € en plus pour l’entretien des halls extérieurs ».

Mais là encore il est difficile de faire des comparaisons : « les hausses ne sont pas les mêmes d’un immeuble à un autre, et pas appliquées à la même date ». C’est sans doute fait pour empêcher toute réaction collective des locataires.

 Froid et bestioles

Beaucoup de locataires HLM à Châteaubriant ont froid : les logements sont anciens, thermiquement mal isolés, surtout en rez-de-chaussée et au-dessus des halls extérieurs. « Pour ces derniers logements il nous a fallu 3-4 ans pour obtenir la pose de radiateurs plus importants ».
Autre problème : l’entretien. « Dans la rue Anna de Noailles à Châteaubriant, il pleut dans les logements (datant de 1974, ils n’ont jamais été réhabilités). Il y a des trous dans les linos, les volets ont cassé tout seuls, les plinthes sont décollées et il y a parfois « des bestioles » qui courent sur les murs. Les halls sont sans éclairage. Cela fait des années qu’on nous promet une réhabilitation ». Il en est question pour la fin de l’année 2008, peut-être. L’OPAC a un « Plan stratégique du patrimoine » : un titre ronflant qui ne l’empêche pas de dormir. C’est que, très endetté, il n’a pas les fonds nécessaires.

Ah ! Tenez ! Un fait nouveau quand même : l’OPAC lance la « résidentialisation » : les locataires auront des badges de sécurité pour ouvrir les portes des halls ! C’est pas beau ça ??


NOTES:

(1) Que des femmes ! C’est d’ailleurs un fait patent : pour les activités électives, qui rapportent gloire, pouvoir et indemnités, on trouve généralement des hommes ; pour les activités bénévoles on trouve surtout des femmes. Ah, la parité ! …

(2) la CRUCQ, créée par la loi du 4 mars 2002, c’est la Commission des relations avec les usagers et de la qualité.