Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Régional > Conseil Régional - Henri Baron

Conseil Régional - Henri Baron

(écrit le 5 mars 2003)

Henri Baron, compte-rendu de mandat

Henri Baron l’avait promis : si je suis élu conseiller régional, je ferai chaque année un compte-rendu de mandat. C’est ce qu’il a fait lors de la « galette républicaine » du PS le 14 février 2003

« Depuis le 21 avril 2002, tout a changé : avant nous défendions les orientations de la gauche au gouvernement à Paris, maintenant nous combattons les orientations de la droite au gouvernement, mais c’est une question d’habillage car, en réalité, nos positions n’ont pas varié »

Régression sociale

François Fillon, actuel ministre du travail, avait dit, en devenant Président de la Région des Pays de Loire, qu’il ferait de cette Région un « laboratoire » d’idées, pour la reconquête du pouvoir. « C’est bien ce qu’il a fait et nous en voyons les applications :
– refus des emplois-jeunes, mais contrat 3500 permettant de verser 3500 francs par mois, pendant 12 mois, à un patron du secteur privé qui embauche un jeune.
– refus d’intégrer les CTE (contrats territoriaux d’exploitation) dans la politique de la Région, alors que ces CTE étaient destinés à favoriser une agriculture durable et non plus une agriculture intensive.
– stabilisation des impôts directs mais augmentation des taxes indirectes qui frappent tout le monde (+ 32 % sur les cartes grises).

Même la Droite est muselée

Pour Henri Baron, comme au niveau national, « la droite est parfaitement muselée », elle doit obéir à un plan stratégique « obligatoire comme un carcan » .On l’a bien vu avec le débat sur la réforme du mode de scrutin où les rares opposants de Droite ont certes pu parler mais ont été empêchés d’agir par l’application de l’article 49-3. Alors ne parlons pas de la gauche !

« Avec François Fillon, nous connaissons depuis 10 mois une attaque en règle contre les avancées sociales :

– 10 articles de la loi de modernisation sociale ont été « gelés ». « C’est bien commode de dire « gelés » , cela permet de faire croire qu’on pourra y revenir un jour. Et les travailleurs ne protestent pas » (1)

– Tout ce qui pouvait impulser un changement de société a été remis en cause : les emplois-jeunes qui étaient destinés à faire surgir de nouveaux métiers, de nouveaux services à la population, comme les CTE qui devaient réorienter les pratiques agricoles, notamment en matière environnementale.

– La loi sur l’eau ... coulée

– baisse du financement des Contrats Emplois Solidarité pour les chômeurs de longue durée et les RMIstes, et les handicapés de plus de 50 ans

– suppression de la TIPP (taxe flottante sur le carburant) ce qui a entraîné une augmentation de l’essence de 7 à 8 centimes d’euro (et même plus depuis le 14 février)

– suppression de la gratuité de soins médicaux pour les plus pauvres alors que 5 millions de personnes dépendent de la CMU (couverture maladie universelle).

– aide au logement modifiée (dans un sens défavorable) pour les jeunes de 18 à 25 ans.

– remise en cause de l’obligation de construire un certain pourcentage de logements sociaux dans toutes les villes.

– suppression des surveillants et aide-éducateurs dans les collèges et lycées.

– Et ne parlons pas des lois sur la sécurité.

Insécurité dans le train

Au Conseil Régional des Pays de Loire, Henri Baron est intervenu dans le débat sur les Transports et infrastructures. « J’ai interrogé Michel Hunault sur le délai de réouverture de la ligne SNCF Châteaubriant-Nantes. Il m’a répondu : pour Nantes-Vertou on avait prévu 2 ans, il en a fallu quatre ». Et encore Nantes-Vertou, c’est une petite distance ! « Mais je sais qu’il a l’objectif de réouvrir en 2006, pour aider son frère qui est le maire de Châteaubriant. Cela risque d’être une ouverture « a minima », avec très peu d’allers-retours par jour, sans qu’ait été pris le temps de régler des problèmes importants, comme celui de la sécurité aux passages à niveau » (2)

« En matière de routes, j’ai des inquiétudes pour le contournement Sud de Châteaubriant » dit encore Henri Baron. Michel Hunault et la Région ne se battent pas à ce sujet. Avant, ils disaient que c’était de la responsabilité de l’Etat. Mais maintenant leurs copains sont au pouvoir à Paris. Alors ? de plus, il est notable que la Nationale 171 (Laval-St Nazaire par Châteaubriant), n’avance pas vite !

Politique des « pays »

Les élus de gauche sont « pour » les pays, mais contre ce que veut en faire la Droite. C’est là qu’on sent le poids du « plan stratégique » de la Droite. « A Châteaubriant nous avons la chance d’avoir un pays qui était déjà lancé avant les élections de 2002. Les futurs pays devront respecter des orientations très précises, conformes aux orientations de la majorité régionale. C’est la fin d’une certaine liberté respectueuse de l’histoire et des particularismes locaux. Par ailleurs les Conseils de Développement sont rejetés, parce qu’il y a des non-élus qui y travaillent » (ndlr : celui de Châteaubriant est toléré, parce que cette structure était mise en place avant 2002). « Un conseiller Régional de la Majorité et un référent technicien du Conseil Régional participeront aux travaux des futures Chartes de Pays et Contrats. La ligne politique sera « garantie », surtout si on minimise le rôle des Conseils de développement » explique Henri Baron.

Décentralisation

La Droite la veut à sa façon. La Région va avoir davantage de pouvoirs. « Avec la réforme du mode de scrutin il y a un risque de déficit démocratique, le citoyen ne connaissant pas suffisamment le rôle et les pouvoirs de la Région »

Développement économique

Henri Baron est membre de la Commission de développement économique. Il y travaille dans la discrétion (ce n’est pas lui qui fait des communiqués à tout bout de champ), n’hésitant pas, comme pour le dossier ABRF, à saisir Réseau Ferré de France, et le Cabinet du Ministre des Transports.

« Je suis intervenu, lors du vote du budget 2002, pour demander qu’on puisse anticiper sur les difficultés prévisibles de certaines entreprises, et monter des projets préventifs. J’ai eu un refus poli.

C’est sans doute lourd et coûteux, mais cela pourrait pourtant être efficace à la fois pour les salariés et les entreprises elles-mêmes »

« Je n’ai pas encore eu l’occasion de soutenir le dossier Focast, et j’ai appris par la presse les aides envisagées par la Région » [ndlr : ceci était dit le 14 février. Depuis, le dossier est passé en commission économique et passera le 10 mars en commission permanente].

Qui a peur des sociologues ?

Henri Baron participe aussi au CCRDT (comité consultatif de la recherche et du développement technologique) qui s’occupe des laboratoires de recherche, de l’accueil de nouveaux chercheurs (pour éviter qu’ils ne partent à Paris ou aux USA). « J’ai soutenu de nombreux programmes sur la santé, les sciences de la vie, Airbus, etc. mais je regrette que ne soient pas conduites des études en sciences humaines et sociales. Craint-on les remises en cause des sociologues ? On donne la priorité à l’économie, sans s’occuper des risques potentiels pour les hommes »

Bien entendu, Henri Baron est intervenu sur les questions agricoles, notamment sur une viande bovine de qualité, sur les organismes génétiquement modifiés, sur les semences de protéagineux, sur les aides à l’installation de jeunes agriculteurs). Ses connaissances de « spécialiste » rendent la droite mal-à-l’aise. « J’ai fait adopter deux amendements, à l’unanimité, mais l’un n’est pas appliqué à ce jour ».

Avec en plus la Commission d’Appel d’offres à laquelle il participe, tout cela demande du temps, en étude et suivi de dossiers, en déplacements, en présence aux réunions. « Je ne suis pas allé 100 fois à Nantes en une année, mais 99 fois exactement. Heureusement que je ne pratique pas le cumul des mandats [comme certains qui sont maire, conseiller général, conseiller régional, président de Communauté de Communes, etc].

Henri Baron est un conseiller régional accessible. Vous pouvez toujours l’appeler chez lui à Fercé au 02 40 28 87 60.


Rappel de positions, écrit le 9 janvier 2002 :

Transports gratuits

Le Conseil Régional a tenu sa session les 13 et 14 décembre 2001. Les Conseillers Régionaux Socialistes nous ont communiqué le texte de leurs interventions.

Transports gratuits

Yannick Vaugrenard (St Nazaire) a demandé, comme depuis 3 ans, la gratuité des transports régionaux pour les demandeurs d’emploi et les personnes en situation précaire. C’est possible, si le Conseil Régional le décide, puisque, depuis le 1er janvier 2002, la Région a la compétence « transports collectifs régionaux ». Cela veut dire qu’elle prend définitivement les commandes des transports ferroviaires régionaux.

Rail-Route

« Le train est une idée neuve pour aller au travail, ou se balader le dimanche, pour arriver en ville à temps. Mais le rééquilibrage rail-route est encore loin » a dit Daniel David (Vendée) demandant « l’installation réelle de comités de ligne qui permettront d’associer toutes les parties concernées, usagers, syndicats, dirigeants SNCF, élus, dans une perspective de renforcement du service public régional des transports »

Cartes grises : + 31 %

Yannick Vaugrenard s’est étonné aussi de voir la majorité régionale (dont font partie, chez nous, Michel Hunault, Jean Guyon et Christian de Grandmaison) décider une augmentation de 31 % de la taxe sur les cartes grises. Celle-ci va passer de 130 F à 170,55 F par cheval fiscal .

« Ce formidable bond en avant est un ponctionnement inacceptable sur les ménages par la fiscalité indirecte et notons qu’au lieu de jouer à visage découvert sur la fiscalité directe, vous avancez masqué en augmentant considérablement la taxe sur les cartes grises ». Yannick Vaugrenard a même parlé d’assommoir fiscal à ce sujet et demandé que cette taxe ne soit augmentée que de 6 % correspondant à l’augmentation de l’inflation prévisible pour 2002, additionnée à un rattrapage de ces 3 dernières années.

Taxe sur les Permis de conduire

Neuf Régions, de Droite comme de Gauche, ont supprimé la Taxe sur les Permis de conduire. Pourquoi pas la Région Pays de Loire ?.

En supprimant cette taxe (qui se monte à 278,80 F) et en limitant à 6 % l’augmentation de la carte grise, cela ferait « une économie de 450 francs pour un jeune passant son permis et achetant une voiture de 5 CV » a dit Y. Vaugrenard, sans être entendu. voir plus loin la décision prise en 2004

Manuels scolaires

Cela fait 3 ans aussi que le groupe socialiste réclame la gratuité généralisée des manuels scolaires dans les lycées. Si cela était réalisé, cela soulagerait les familles dont les enfants poursuivent les études après la classe de Troisième, et en particulier les élèves de l’enseignement Technique. Selon Céline Paillard (St Nazaire), la Région a essayé de contourner cette demande en soutenant les associations de location de manuels scolaires. De telles associations ne fonctionnent que dans 64 lycées sur 200 (et ne fonctionnent pas en particulier au lycée de Châteaubriant), notamment parce que cela demande une mobilisation importante des parents d’élèves. C’est pourquoi les Conseillers Régionaux Socialistes réclament la gratuité des manuels. voir plus loin la décision sur la gratuité

Développement économique

La Région a, dans ses compétences, le développement économique. « mais l’action publique ne devrait pas se réduire à la distribution de primes ou d’aides financières. Il faudrait organiser un véritable Service Régional de Développement Economique, qui, en s’appuyant sur les services économiques des collectivités locales et des intercommunalités, constituerait un véritable maillage du territoire régional, avec une mission de veille anticipatrice d’observation ; pour agir avant l’événement en non après » a dit Henri Baron (Fercé) qui propose de prendre modèle sur ce qui se fait au Québec (Canada)

Yannick Vaugrenard a par ailleurs relevé les réflexions du Président de la Commission Finances du Conseil Régional pour qui les collectivités locales n’ont pas à soutenir l’activité économique. « C’est bien là ce qui nous oppose fondamentalement. Nous pensons que dans une période où le chômage a légèrement repris en Pays de la Loire, à un moment où la consommation reste néanmoins élevée, il est indispensable que tous les leviers soient utilisés afin de soutenir l’activité économique »

Nationale 171

Geneviève Chignac (Blain) est intervenue de son côté sur la Nationale 171 (Laval-St Nazaire), qui supporte un trafic de plus en plus important, provoquant de nombreuses nuisances pour les riverains. « Les travaux programmés dans le cadre du Contrat Etat-Région ne répondent pas toujours à leurs attentes ». Geneviève Chignac signale que les opérations prioritaires annoncées en Loire-Atlantique ne portent que sur le calibrage et la mise hors gel. Elle demande que la Région intervienne rapidement auprès des services de l’Etat afin que des crédits d’études soient débloqués dès 2002 pour les déviations de Blain et La Grigonnais. Le Président de la Commission « Infrastructures et Transports » (à savoir Michel Hunault) n’est pas très vigoureux sur ce dossier, malgré ses belles paroles.

Tourisme   social

Jacques Lambert (Pornichet) a noté une baisse de 6,4 % des dépenses liées au tourisme   « ce qui paraît regrettable notamment 2 ans après le naufrage de l’Erika ». Il a regretté que la Région n’ait « toujours pas de volonté réelle en matière de tourismes social qui aurait pourtant bien pu s’inscrire dans l’action : immobiliers locatifs de loisirs. Nous savons que les ex-colonies de vacances sont maintenant inutilisées pour la plupart, et je crois que, sur ces lieux, la Région pourrait donner une impulsion déterminante afin que le tourisme   social puisse exister, notamment sur le littoral »

Action culturelle

Isabelle Galesne (Angers) a regretté la suppression de la ligne budgétaire concernant le patrimoine archéologique. Cette suppression peut handicaper la région de Châteaubriant riche en patrimoine industriel.

Elle a regretté aussi « qu’aucune proposition et aucune sensibilisation ne soient faites en direction des classes du patrimoine ». Châteaubriant n’est pas encore dotée de ces structures destinées aux écoles, et le manque de volonté de la Région dans ce domaine ne permettra pas d’accélérer les choses.

Isabelle Galesne a en outre demandé la mise en place d’initiatives « permettant d’aller vers une démocratisation du livre et de la lecture : soutien aux relais-livres en milieu rural, rencontres   entre les jeunes et les écrivains, classes lecture-découverte, bourses d’écriture, création d’un centre régional du livre et de la lecture ». Elle ne comprend pas la frilosité de la Région. Elle déplore « que la politique culturelle régionale reste encore beaucoup trop élitiste »

C’est une question importante, qui ne peut pas laisser indifférente la région de Châteaubriant avec son projet de médiathèque  .

Vie associative

Isabelle Galesne a suggéré en outre la création d’une Charte Régionale de la Vie Associative, comme dans la région Provence-Côte d’Azur. Elle pourrait aider à « financer la formation des bénévoles et des responsables associatifs, accompagner les petites associations dans leurs démarche de création et d’emploi de personnel, soutenir les droits des associations et organiser une meilleure représentation de celles-ci dans les lieux où s’élaborent les politiques publiques ».

SIDA

Le ministre Bernard Kouchner estime qu’il y a actuellement 110 000 à 120 000 personnes touchées par le Sida en France et que la maladie évolue et touche notamment beaucoup plus les femmes. La Région Pays de Loire, qui a déjà un programme « Cancer et Société » pourrait bien s’engager dans un programme « Lutte contre le Sida ». C’est ce qu’ont proposé, sans succès, les élus régionaux socialistes.

Installation de jeunes agriculteurs

Selon Henri Baron, « l’ambiance actuelle, surtout en élevage, est morose » et les installations de jeunes agriculteurs sont en baisse (jusqu’à 40 % de baisse selon les départements). Il existe pourtant « un potentiel de candidats à l’installation, qui n’ont pas de biens hypothécables, qui ont une formation de bon niveau mais non agricole, et qui manqueront de garantie devant les banques ». Pour ne décourager aucune vocation, pour entretenir un vivier de densification de l’occupation de l’espace agricole, Henri Baron a proposé, sans succès, un « Fonds de caution réservé aux installations nouvelles » pour les petites exploitations ayant un projet limité à 400 000 F. Son amendement a été rejeté mais a ébranlé l’assemblée au point que le Président François Fillon a suggéré que cette idée soit soumise à la prochaine conférence régionale agricole.

Viande Bovine

Pour conforter la confiance des consommateurs dans la production bovine des Pays de Loire ; Henri Baron a proposé une « Communication-action » sous la forme suivante :

« Tous les deux mois de l’année 2002, dans 2 lycées par département, par exemple un lycée d’enseignement général et un lycée professionnel, il sera fourni une viande dont la traçabilité, la qualification, la transparence sur l’alimentation sont connues et garanties, une viande noble, avec des pavés dans le filet, apprêtée et servie dans les règles afférentes à cette qualité, dont l’approvisionnement sera obtenu dans le réseau des boucheries artisanales de proximité ». Cette opération pourrait, selon lui, concerner 50 lycées si la Région acceptait de financer le surcoût par rapport à un repas classique de viande habituellement servi.

Cet amendement a été repris et proposé à l’unanimité de la commission de développement économique (toutes opinions politiques confondues) et a été adopté par le Conseil Régional qui a vu là une possibilité d’éduquer le goût des jeunes en associant les chefs cuisiniers, les bouchers, les parents et l’opinion publique qu’il faut convaincre de l’excellence de la viande de chez nous.
Les « Maîtres Herbagers de Châteaubriant » sauront-ils faire les démarches nécessaires pour s’intégrer dans cette action ?

Autres

A part ça, les Conseillers Régionaux Socialistes sont aussi intervenus sur l’apprentissage (augmenter l’aide aux familles dans le domaine de l’hébergement), sur la formation continue et la stratégie régionale pour l’Education et la Formation (« l’effort de formation devra concerner en priorité ceux qui, aujourd’hui, en sont les plus éloignés. Il ne s’agit pas seulement de jeunes mais aussi d’adultes engagés dans la vie active, en donnant à chacun la garantie individuelle de pouvoir se former ») , sur la politique sportive régionale (aide aux déplacement pour les clubs qui évoluent en équipe nationale), etc.

Pour plus de détails, pour savoir aussi toutes les subventions que peuvent demander les associations, les entreprises et les particuliers, auprès de la Région, contacter Henri Baron à Fercé - Tél ; 02 40 28 87 60


Des mots et du vent

Lu à la première page du Supplément du Journal des Pays de la Loire » (n° 67, janvier 2002) : « tout en accompagnant la locomotive Nantes-St Nazaire, la Région s’est engagée auprès des autres collectivités pour que le développement des Pays de La Loire reste équilibré ». dit le Président François Fillon qui ajoute : « Des contrats de ville moyenne ont bénéficié à 13 communes en 2001, Vallet, Pornic, Châteaubriant... ».

Tu parles ! Le contrat ville moyenne a été accordé le 3 décembre 2001, il n’est pas encore signé, on ne sait pas ce qu’il y a dedans et il n’a pas rapporté un sou à Châteaubriant en 2001. Mais au moins ça fait bien dans une liste ! Rappelons que ces subventions de la Région ne sont apportées que si la commune fait d’abord un certain montant d’investissement. Ce n’est pas le cas pour le moment


Ecrit le 17 septembre 2003 :

Les viandes de nos fermiers : première participation, à la foire de Béré, de l’entreprise « Les viandes de nos fermiers » qui va tout à fait dans le sens de la commercialisation de produits de qualité. Eric BLOYET, boucher qualifié, a créé cette activité de service qui s’adresse aux agriculteurs qui veulent faire de la vente à la ferme. L’agriculteur choisit lui-même ses bêtes (il sait reconnaître les meilleures !). L’atelier d’Eric Bloyet s’occupe du transport des bêtes vivantes, de l’abattage à Challans (après contrôle vétérinaire et test ESB). Il respecte le temps de maturation de la viande (nécessaire pour qu’elle soit tendre) et assure la traçabilité complète. Puis une équipe de bouchers professionnels, spécialement formés, pratiquent une « découpe respectueuse » avant de faire un emballage sous vide (c’est mieux que la congélation : cela garde à la viande toutes ses qualités). L’agriculteur est livré ensuite de sa commande, avec étiquetage personnalisé, information consommateurs, livraison en camions frigorifiques. L’atelier est contrôlé régulièrement et de manière impromptue par le laboratoire sanitaire d’hygiène alimentaire de Nantes. La qualité est totalement assurée. 02 40 82 47 86


NOTES:

(1) sont « gelés » les articles donnant un délai plus long pour consulter le comité d’entreprise - instituant l’obligation d’une étude d’impact social et territorial en cas de licenciement - obligeant à négocier le passage aux 35 heures avant tout plan social - instituant un contrôle des fonds publics accordés aux entreprises.

En revanche les aides accordées aux entreprises passant aux 35 heures, sont désormais accordées à toutes les entreprises, même sans négociation des 35 heures ! Et, de fait, en donnant la possibilité de 180 heures supplémentaires par an, les 35 heures sont quasiment supprimées.

(2) Marcelle Durand, maire d’Issé a précisé : « J’étais à une réunion avec un cabinet d’expertise sur le coût de cette réouverture, il a été question de quelque 90 millions d’euros. La représentante de la Préfecture a expliqué que ce serait alors une autre procédure administrative. Michel Hunault a donc demandé de rester en dessous du seuil de 83 millions d’euros. Mais en rognant sur quoi ? Sur les passages à niveau ? il y a en six sur la commune d’Issé ! »