Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Présidentielles > Présidentielles 2007

Présidentielles 2007

Délinquance : dérapage ?
Programme du PS pour 2007
Avons-nous besoin de Sarkolène ?
Pourquoi les 35 heures sont-elles inégalitaires ?
Le tapage médiatique

  Pourquoi les 35 h ont elles eu une application inégalitaire ? Et comment y remédier ?

Parce que 97 % des entreprises ont moins de 50 salariés
Parce que un salarié sur deux travaille dans ces entreprises-là (8 millions)

Parce que c’est là que les salaires sont les plus bas, les durées du travail les plus longues, les accidents du travail les plus nombreux, les maladies professionnelles les plus fréquentes, les conditions de travail les plus dures, le taux de temps partiel le plus élevé, il n’y a pas de délégués du personnel, pas de syndicats, le droit du travail est réduit au Moyen Age... c’est là que le nombre d’heures supplémentaires est le plus important.

Or, c’est là, dans les entreprises de moins de 20 salariés, dans un périmètre qui concerne 5 millions de salariés, que la deuxième loi Aubry a ouvert le plus de « souplesses » (comme s’il en était besoin...) et que les heures supplémentaires entre 35 et 39 h n’ont été majorées qu’à 10 % !
Les employeurs ont maintenu leurs salariés à 39 h payées 39 h 24’
Cela devait s’arrêter le 1er janvier 2005 et la majoration devait passer à 25 % ce qui aurait été une petite augmentation de salaires pour les bas salaires, soit 39 h payées 40.
Mais François Fillon a reporté cette date du 1er janvier 2005, au 1er janvier 2008...

C’est là que les Smic ont, hélas, été tassés par la loi Aubry (avec les 6 Smic... qui ont été créés et qui ont été ré alignés sur une base basse par la droite...)

Ce sont des centaines de millions d’heures supplémentaires qui ont été faites à bas coût par les salariés à bas salaires...

Lorsque les heures supplémentaires sont peu coûteuses, quel sens peuvent avoir les 35 h ?
Aucun !

La durée légale ce n’est que le seuil de déclenchement des heures supplémentaires :
comme la durée maxima du travail hebdomadaire est restée à 48 h, il y a place pour 13 h supplémentaires par semaine (au lieu de 9 h du temps des 39 h).

70 % des employeurs contournent les 35 h en faisant faire des heures supplémentaires.

si l’on veut en faire bénéficier les salariés les plus modestes des 35 h, il faut majorer les heures supplémentaires de façon à les rendre plus coûteuses que l’embauche (50 % dés la première heure)

et il faut limiter le nombre des heures supp’ : baisser la durée maxima de 48 h à 44 h proportionnellement à la baisse de 39 à 35 h,

il faut réduire les contingents annuels d’heures supplémentaires autorisés (allongés à 130 h par la loi Aubry et à 220 h par la loi Fillon) sachant que le dépassement de ce seuil est déjà source d’une majoration de 100 % pour les heures supplémentaires en sus. (Ce qui veut dire que lorsque Fillon a fixé le contingent à 220 h, il faisait perdre 90 h de salaire au pauvre salarié qui travaillait 220...)

Il faut ré introduire le paiement des heures de trajet professionnel imposées, que la loi Borloo a supprimé !

il faut ré imposer les deux jours de repos consécutifs dans le Code du travail : ce sont les salariés les plus défavorisés qui n’en profitent pas !

Il faut se donner les moyens du contrôle car la fraude principale en droit du travail, la source essentielle du travail dissimulé (“au noir”) c’est le non paiement des heures supplémentaires à taux légal par les employeurs et actionnaires, c’est l’objet de 4 plaintes sur 5 à l’inspection du travail, qui n’a pas les moyens (effectifs, sanctions pénales, suivi judiciaire) pour faire respecter actuellement, même les lois insuffisantes qui existent.

il faut sanctionner les entreprises qui font des « coupures » de plus de 2 h dans la journée aux salariés pauvres a temps partiel : il faut légiférer sur les priorités des passages a temps partiel à temps plein dans les entreprises, il faut faire une « indemnité de majoration des temps partiels » et faire que les « heures complémentaires » (non majorées pour les temps partiels) deviennent des « heures supplémentaires » (majorées)

Gérard Filoche

Ceci est extrait du “projet pour une VI° République” et fait l’objet d’amendements déposés au “projet socialiste” cet après midi au Bn du Ps du 6 juin....
Voir le site www.democratie-socialisme.org


Note du 5 juin 2006 :

Mme Ségolène Royal multiplie les provocations.
Ca finira mal pour le peuple !
Ma Royal, nous voilà !

Avons-nous besoin de Sarkolène ?

 Les principales propositions du PS pour 2007


(programme paru le 7 juin 2006)

Voici les principaux points du projet de programme du PS
pour la présidentielle de 2007, intitulé « Réussir ensemble le changement »

L’emploi

– "Retrouver le plein emploi
en ramenant le taux de chômage au-dessous de 5% d’ici 2012
et en diminuant de moitié sa durée".
– Augmenter le pouvoir d’achat
« par la négociation sociale » (patronat, syndicats, Etat),
Smic « à 1.500 euros au moins » d’ici 2012.
– Favoriser l’embauche en calculant
les cotisations patronales
"sur l’ensemble de la richesse produite
et non sur les seuls salaires".
– Encourager l’innovation
en modulant le taux de l’impôt sur les sociétés
selon que le bénéfice est distribué ou réinvesti
– Renforcer l’enseignement supérieur et la recherche
(hausse de 10% par an pendant cinq ans du budget de la recherche).
– Relance de la "négociation
pour étendre le bénéfice des 35 heures à tous les salariés« et réactivation »des emplois-jeunes dans le secteur public et associatif".

La lutte contre la précarité

– Suppression du CNE,
modulation des cotisations patronales
selon le taux de précarité de l’emploi dans l’entreprise.

– « Couverture professionnelle universelle »,
notamment grâce à « un droit individuel à la formation tout au long de la vie ».
Il « prendra la forme d’une carte vitale professionnelle ».
– Jeunes : contrat Entrée dans la vie active (EVA),
pour l’accès à l’emploi ou la formation
avec une allocation à la clé (2.500 à 3.000 euros par an).

L’éducation et les discriminations

– Service public de la petite enfance
« accessible aux enfants dès deux ans ».
– Abolition de l’apprentissage à 14 ans
et du travail de nuit à 15 ans.
– « Renforcer les moyens financiers » des Zep.
– Service civique obligatoire de six mois
pour les 18-25 ans. Il « pourrait se matérialiser par un volet Défense ».
– "Le mariage et l’adoption seront ouverts
aux couples de même sexe".

La sécurité et la délinquance juvénile

– "Pour les jeunes délinquants
des alternatives à la prison
par le développement de centres d’éducation renforcée
et de chantiers d’apprentissage et d’insertion pour éviter la récidive".
– Suppression de la possibilité
de suspendre les allocations familiales.

La retraite, le logement, la fiscalité

– La loi Fillon "sera abrogée,
son remplacement fera l’objet d’une large négociation« , »niveau minimal de pension garantie devra s’approcher du Smic".
– « Bouclier logement » :
l’Etat apportera aux plus modestes
un financement permettant de limiter à 25%
la part de leur budget logement.
– Aller vers « un impôt citoyen sur le revenu »
en rendant la CSG « progressive »,
comme l’impôt sur le revenu.
A terme, « nous fusionnerons ces deux impôts ».

L’immigration

– Restaurer « la possibilité de régularisation après dix ans de résidence » ;
"droit de vote aux étrangers aux élections locales,
après cinq ans de résidence légale".

L’environnement

– Réduire le nucléaire
par le passage "à 20% d’ici 2020, et à 50% à plus long terme,
de la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie«  ; »fiscalité écologique« en »généralisant la taxation générale des activités polluantes".

Les institutions

– Instaurer « une République parlementaire » :
rééquilibrage des pouvoirs
entre le président de la République et le Premier ministre,
mécanisme de destitution du chef de l’Etat par le parlement,
mandat unique pour les parlementaires.
– Ces réformes seront soumises à « un référendum ».

L’Europe

– Elaborer "un traité strictement institutionnel
qui organisera efficacement les pouvoirs"
et sera soumis à référendum.


Ecrit le 25 octobre 2006

 Désir d’Avenir

Un comité « Désir d’Avenir » s’est constitué à Châteaubriant en soutien à la candidature de Mme Royal.

Desir-d-avenir

Les militants qui en font partie souhaitent « donner un visage local à une campagne nationale ». « il s’agit de réhabiliter et féminiser la politique et d’associer les citoyens aux propositions de réformes ». « La campagne électorale s’appuie sur la démarche participative. Elle doit parler d’avenir au plus proche des gens ».

L’expérience de Mme Royal en tant que Présidente d’un Conseil Régional, sa capacité à affronter ses opposants, à mener de front sa vie familiale et sa vie politique, représentent pour eux « une grande espérance ».

Les militants apprécient le débat sur l’enseignement, sur le syndicalisme de masse, sur la revalorisation du SMIC, sur la façon de remédier aux causes de la violence, sur la mise en œuvre d’une agriculture durable avec application plus juste de la Politique Agricole Commune.

« Le programme du PS donnent les grandes orientations, mais la mise en œuvre concrète nécessite les avis des citoyens »

Contacts : 06 85 77 33 44 ou
desirdavenircastelbriantais@orange.fr


Ecrit le 22 novembre 2006 :

 

 C’est Royal

Les Socialistes ont tranché : Ségolène Royal sera la candidate PS. Elle a obtenu, dès le premier tour des primaires du Parti socialiste, 60,62 % des suffrages, hors Antilles et Guyane, devançant Dominique Strauss-Khan (20,83 %) et Laurent Fabius (18,54 %).

Résultat incontestable : 82,4 % des adhérents ont voté après plusieurs semaines de débats où les trois candidats ont pu exprimer leurs propositions, de façon publique. Ce qui est une excellente chose.

Les Communistes ont tranché aussi. [Leur vote a été moins médiatisé que celui des Socialistes] : 66,2 % des adhérents ont voté et 96,4 % des suffrages exprimés ont proposé Marie George Buffet comme « candidate du rassemblement antilibéral de gauche à l’élection présidentielle ». C’est maintenant à ce rassemblement antilibéral de désigner le candidat.

Ce vote des adhérents est une première, aussi bien au PS qu’au PCF. C’est une grande avancée de la démocratie.

En revanche la démocratie est en panne à l’UMP dont le Président, Nicolas Sarkozy, veut imposer la candidature du ministre Sarkozy Nicolas. Pourtant MAM (Michèle Alliot Marie) est candidate à la candidature et peut-être que Chirac aussi. Et peut-être Villepin, sans oublier Dupont-Aignan. Mais personne ne veut de « primaire ».

Il reste à souhaiter qu’un candidat (e) de Gauche puisse emporter l’élection présidentielle, en étant à l’écoute des militants (et pas seulement des appareils) et qu’il ou elle puisse faire gagner les classes populaires.

 Inquiétudes

La désignation de Ségolène Royal n’a pas fait des heureux à l’extrême gauche. Déjà pas ravie du programme du PS qu’elle

estime de pas vouloir rompre avec les politiques menées depuis 25 ans, l’extrême-gauche considère S.Royal comme la plus droitière des candidats PS.

Dans le camp socialiste lui-même il reste de nombreuses interrogations sur le populisme de S.Royal, sur son « blairisme », sur le caractère fluctuant de ses propositions. D’aucuns pensent que sa candidature donnera plus de poids à celle de ... François Bayrou. Bref l’avenir est incertain


 Le tube de la campagne

 :

Chanson : Nicolas Sarkozy, pourquoi ton père a fui la Hongrie ?


 Impôt sur la Fortune

Quel est le patrimoine des principaux candidats ? voir le site Betapolitique


Ecrit le 24 janvier 2007

 Et si j’osais Bové ?

Des lecteurs nous demandent de passer ici un appel à la candidature de José Bové :

« Nous voulons l’unité de la gauche antilibérale, alternative, solidaire et écologique. Pour tous ceux qui souffrent de l’injustice et de la régression sociale. Pour ceux qui n’en peuvent plus des bas salaires et des petits boulots précaires. Pour tous les laissés pour compte, les sans emploi, les sans logis, les sans-papiers. Pour les jeunes qui galèrent. Pour tous ceux qui ont peur du lendemain. Pour répondre à l’attente de ceux qui risquent de se tromper de colère ou de baisser les bras.. ».

Plus de 24 000 personnes ont signé une pétition en sa faveur. Il est possible de les rejoindre :
– Soit sur internet :
http://www.unisavecbove.org

– Soit par La Poste en écrivant à
Gérard Delbreil (UAB),
Bru, 46250 MARMINIAC.

Cet appel n’engage pas la rédaction de La Mée.

Pour vos souvenirs : tous les discours des candidats aux Présidentielles 2007 :
http://sites.univ-provence.fr/veronis/Discours2007/