Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Services publics > Banlieues : la bêtise et la méchanceté

Banlieues : la bêtise et la méchanceté

Courrier des lecteurs

(A propos des très graves incidents de Villiers-le-Bel)

Cette histoire est le résultat d’une conjonction : la bêtise des victimes et la méchanceté de la police.

 La bêtise des victimes.

La nature n’est ni bonne ni mauvaise mais impitoyable, chez les animaux elle élimine les faibles, les malades, ici les humains qui ne respectent pas ses lois. Rouler à deux sur une petite moto sans casque et à grande vitesse, c’est jouer à la roulette russe. Ces jeunes (et là, précision indispensable : mon analyse va sortir de l’équa -tion banlieue+rebeus etc = racaille) sont les simples membres d’une génération sans repères, sans limites, droguée au virtuel, à l’ignorance de la mort. Et à l’ignorance de l’autre : génération poussée à l’égocentrisme « libéral » (en quoi ils sont des reagano-thatchériens qui s’ignorent : pas d’État pour me fixer des règles, moi d’abord et les autres s’il en reste - et d’ailleurs il n’en restera pas), qui n’a ni passé ni avenir (voir les problèmes de l’enseignement de l’histoire).

Donc je roule à donf parce que j’aime ça et tant pis s’il y a les autres (mémés, gosses, etc) sur mon passage (voir les accidents de plus en plus nombreux où des gens sont fauchés par des « voitures folles » sur les trottoirs ou les bas-côtés). Ici, malheureusement pour eux, il y a eu un monospace, truc un peu plus gros qu’une poussette.

 La méchanceté de la police.

Que la police fasse respecter les lois (et à tout le monde, si c’est pas trop lui demander) c’est son droit et même son devoir. Mais pas en tutoyant, pas en menaçant, pas en insultant, pas en harcelant, pas en perdant ses nerfs.

Sauf que tout ça est voulu.
– D’abord on envoie là les novices, les inexpérimentés parce que les plus vieux en ont assez bouffé en début de carrière.
– Ensuite on n’a pas assez d’agents, car il en faut pour faire les cortèges, ronfler dans les guitounes et passer les petits fours dans les réceptions ministérielles.
– Enfin et surtout, « on » (= Notre Seigneur) a supprimé la police de proximité.

Aider les banlieues à aller un peu mieux (un peu : rien ne remplacera le plein emploi), à respecter qui les respecte ? Jamais ! Il lui faut des banlieues bien féroces surveillées par des pitbulls ! C’est grâce à Clichy and co qu’il s’est fait élire, pas oublier ça !

Ne jamais oublier non plus cette scène terrible à Toulouse où il a humilié en public des policiers de proximité sous les caméras de ses lèche-talonnettes de France2, images vues par les enfants de ces hommes et les copains de ces enfants ! Que celui qui a eu son père humilié en public lui jette la première pierre ! Moi je la jette, et dis que de ce jour là je me suis mis à haïr ce pauvre type d’une haine physique !

(un lecteur)

 Une Vidéo accusatrice ?

Le Monde en a parlé, et Libération, le Nouvel Obs et le Figaro et d’autres : une vidéo amateur contredit les déclarations de la police.
Les images tournées quelques minutes après l’accident montrent un véhicule sérieusement endommagé. Le capot, tordu, remonte sur la partie droite, le pare-brise avant est étoilé et enfoncé vers l’intérieur du véhicule, le pare-chocs avant est arraché, ainsi que le phare avant droit. Ces dégradations seraient dues à la violence du choc [et non à des coups de barre de fer ], ce qui peut laisser penser à un refus de priorité de la part des policiers et à une vitesse importante de leur véhicule.

La vidéo montre aussi que les secours se déroulent dans un contexte relativement calme.

Curieusement cette vidéo, qui les dérange, ne semble pas prise en compte par les autorités policières et judiciaires ! Et par la presse régionale.

 Tempête

Dans un entretien publié mercredi 28 novembre dans le quotidien Sud Ouest, l’ex-ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances, Azouz Begag, accuse Nicolas Sarkozy d’avoir semé « la haine » dans les banlieues pendant la campagne présidentielle.

« Les jeunes des banlieues ont très bien compris qu’ils avaient été utilisés comme des appâts au bout du crochet électoral de Nicolas Sarkozy. Tout ça pour racler 5% de voix au Front National. Et lorsque l’on sème la haine, on récolte la tempête », a -t-il dit en ajoutant : « je n’ai d’autre solution que d’aller vers eux pour lancer des appels au calme et leur demander de faire confiance à la justice. Sinon c’est la guerre, 10 morts, 20 morts ou 50 morts"