Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Départemental > Conseil Général : la Loire-Atlantique demain

Conseil Général : la Loire-Atlantique demain

Ecrit le 2 juillet 2008

 Diagnostic

JPEG - 51.7 ko
Dessin de Moon - 06 87 32 7

Un diagnostic du département de Loire-Atlantique a été réalisé par l’Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN). Il révèle un département dynamique mais fragile, où la population et l’emploi augmentent fortement, mais où l’étalement urbain se développe, fragilisant ainsi les espaces naturels riches et variés qui caractérisent la Loire-Atlantique.

 Un territoire dynamique mais fragile

1. Une population en forte croissance, jeune, mais qui va vieillir

2. La taille moyenne des ménages se réduit ce qui induit une forte demande en logements.

3. Le département est structuré par deux pôles (Nantes et St Nazaire) et 30 bassins de vie dont celui de Châteaubriant)

4. mais l’habitat est dispersé, avec un manque de locatifs sociaux.

5. La mobilité est obligée : beaucoup de ménages, notamment ceux aux plus bas revenus, sont contraints d’habiter de plus en plus loin de leur lieu de travail et des pôles urbains. Avec un usage important de la voiture.

6. Des espaces remarquables mais l’urbanisation est gourmande : chaque année, 1700 ha sont artificialisés (développement urbain, activités, services)

7. La gestion des ressources est insuffisante : eau, déchets, énergies renouvelables.

Les personnes qui voudraient des chiffres peuvent les trouver ici : http://www.lisez-moi.info/actua/diagnostic-LA-2008.pdf

 Et demain ?

Le Conseil Général a défini une stratégie d’aménagement, de développement et d’équilibre. Avec les principes suivants :

 Limiter la consommation de foncier

Il s’agit pour le Conseil Général d’organiser l’espace départemental afin que les différentes fonctions – habitat, services et industries, agriculture – soient judicieusement réparties.

Par exemple, pour les logements, il s’agit d’augmenter et diversifier l’offre de logements abordables dans le parc public et privé,
– en développant l’habitat dans les secteurs prioritaires ; périurbains, pôles urbains et littoral
– en renforçant son intervention pour la construction de logements à loyer modérés, économes en énergie et en foncier
– et en engageant un nouveau programme de réhabilitation du parc social et du parc privé, plus économe en énergie et adapté aux personnes à mobilité réduite.

Il souhaite aussi encourager les collectivités à acquérir des réserves foncières en faveur d’un habitat pour tous.

Le Conseil Général souhaite aussi pérenniser l’agriculture, préserver l’environnement tout en permettant les implantations industrielles et logistiques et en rapprochant les services des citoyens.

Pour des détails, voir ici : http://www.lisez-moi.info/actua/diagnostic-LA-2008.pdf

 Plan départemental de l’habitat (PDH)

Le premier Plan départemental de l’habitat (PDH) de Loire-Atlantique prévoit notamment de maintenir la production annuelle de 11 000 et 12 000 logements, dont 1 900 locatifs sociaux par an à l’horizon 2012. En particulier :

Secteur de Derval : 5 logements sociaux
Castelbriantais : 20
Région de Nozay : 10
Pays d’Ancenis : 50
Nantes Métropole : 1030  etc 

Le projet est territorialisé par intercommunalités afin de tenir compte des Plans Locaux de l’Habitat, du parc existant et des besoins identifiés.

Le PDH doit devenir un document de référence commun à tous les acteurs de l’habitat et permettre de clarifier les compétences et les financements. Pour mettre à profit ce nouvel outil, le Conseil Général s’engage notamment à conseiller et accompagner les communes et Com’Com’  . Il aura du travail à faire dans le Pays de Châteaubriant   !

 Transports

Depuis la loi de décentralisation de 1982, le Conseil Général est chargé de l’organisation des transports en commun et scolaires (écoliers, lycéens et collégiens du secteur public ou privé sous contrat d’association avec l’État), interurbains.

Le transport scolaire en Loire-Atlantique c’est 50 000 élèves transportés chaque jour, 1 000 véhicules par jour, 1 300 circuits différents, 15 000 points d’arrêts sécurisés, un budget départemental de 28,6 M€ par an.

A partir de septembre 2008 toutes les familles bénéficieront des aides départementales.

Familles recomposées, carte scolaire assouplie, multiplication des options pédagogiques… Face à ces changements de mode de vie et d’enseignement, l’assemblée départementale élargit le dispositif d’aide financière au transport scolaire à l’ensemble des élèves de Loire-Atlantique.

il prendra en charge 83 % du transport scolaire pour tous les élèves de Loire-Atlantique, écolier, collégien ou lycéen, du public ou du privé. On estime que cette nouvelle mesure concernera 200 à 400 élèves.

Le service « Lila scolaire », définit des périmètres de transport scolaire basés sur la proximité établissement-domicile. Mais la scolarité des élèves est de plus en plus dispersée géographiquement, il apparaît impossible de répondre aux demandes de créations de dessertes ou services tout azimut, qui auraient des conséquences tant sur le coût du transport que sur son efficacité (temps de trajet, fréquence…).

Désormais les élèves qui choisissent de fréquenter un établissement situé hors de leur périmètre de transport scolaire bénéficieront du tarif subventionné par le Conseil Général, mais devront rejoindre par leurs propres moyens un point d’arrêt situé sur l’une des dessertes existantes de l’autre périmètre de transport scolaire.

Le Conseil Général rappelle également qu’avec leur abonnement scolaire, les élèves ont accès à tous les services départementaux existants : lignes régulières Lila, dessertes de lycées ou dessertes de collèges, dessertes des écoles primaires.

En bref : Coût moyen d’un élève transporté : 1 030 € par an
– aide du Département : 83 % du coût, soit 860 € par élève par an
– restant dû par la famille : en moyenne 140 € par an


Ecrit le 2 juillet 2008

 Transport Solidaire  

Le RAP   (Relais Accueil Proximité), au Grand Auverné, est bien avancé dans son projet de « Transports solidaires ». Il souhaite ne pas concurrencer les transports existants (notamment Lila à la demande), et se limiter aux petits déplacements ponctuels, pour un public isolé, n’ayant aucun moyen de transport, ou ayant des ressources limitées et qui hésite à solliciter toujours sa famille ou ses voisins.

A partir du 1er juillet et à titre expérimentale, trois bénévoles sont prêtes à effectuer des trajets sur les cantons de Moisdon et St Julien de Vouvantes et vers Châteaubriant. La gestion administrative sera faite par les salariés permanents du RAP  . Une participation modique sera demandée pour couvrir les frais de carburant.

Renseignements et inscriptions :
RAP  , 7 place du 11 novembre au Grand Auverné - Tél 02 40 55 59 32


Ecrit le 6 août 2008

 Jamais sans mon 44

La guerre des plaques

Le 1er janvier 2009 entrera en vigueur un nouveau système d’immatriculation des véhicules : la plaque minéralogique sera désormais attribuée au véhicule jusqu’à sa destruction et ne devra plus tenir compte du changement de propriétaire ou de son changement d’adresse.

Pourquoi ? Parce qu’il y a actuellement 40 millions de véhicules en service et 150 millions de dossiers d’immatriculation. Là où cela pose problème : le numéro du département sera facultatif. Or 200 députés (sur 577) ont constitué un collectif intitulé « "jamais sans mon département »,

En Loire-Atlantique, les conseillers généraux, sans contester la réforme, demandent que l’État rende obligatoire, sur les nouvelles plaques, le numéro du département de la première immatriculation du véhicule. Les élus ont d’ailleurs voté à l’unanimité un vœu en ce sens car, selon l’assemblée départementale « ce numéro exprime non seulement un sentiment d’appartenance territoriale, mais constitue encore un indémodable outil d’instruction civique et géographique pour les jeunes générations ».


NOTES:

(1) Pour des détails, voir ici : http://www.lisez-moi.info/actua/diagnostic-LA-2008.pdf