Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > Règne de Sarko Premier > Sous le règne de Sarkozy Premier

Sous le règne de Sarkozy Premier

Dossier : Présidentielles 2007

Résultat des Présidentielles 2007

Ecrit le 10 mai 2007 :

 Sar-coffre

Comme c’est prévu par la loi, monprésidentadoré a communiqué son patrimoine au Conseil Constitutionnel. Sa valeur est de 2 000 000 €, ce qui, à ce niveau, n’est pas beaucoup.
En revanche, le cadeau « bolloré », qui se monte environ à 200 000 € représente 10 % de sa fortune. Cela pose question


Ecrit le 13 mai 2007

 Un article du Journal du Dimanche, censuré

Voir l’article du Monde

Cet article reprend une dépêche de Reuters :

PARIS (Reuters) - Un article du Journal du Dimanche révélant que Cécilia Sarkozy n’aurait pas voté lors du second tour de la présidentielle aurait été censuré par l’actionnaire de l’hebdomadaire, le groupe Lagardère, selon une information parue sur le site internet Rue89.

« Selon nos informations, le Journal du Dimanche a renoncé à publier un article racontant comment Nicolas et Cécilia Sarkozy avaient passé leur dernier dimanche, le 6 mai, jour du second tour », lit-on sur ce site fondé par d’anciens journalistes de Libération.

Selon eux, leurs confrères du JDD auraient « découvert », en consultant le registre du bureau de vote où était inscrite Cécilia Sarkozy que l’épouse du candidat de l’UMP « n’avait pas voté ».

Le directeur de la rédaction de l’hebdomadaire dominical, Jacques Espérandieu, a alors demandé à ses journalistes samedi, veille de la parution du journal, d’appeler Cécilia Sarkozy avant de publier l’information, indiquent les rédacteurs de Rue89.

Cécilia Sarkozy n’a pas voulu faire de commentaire, ajoute le site internet.

« A la suite de quoi, plusieurs membres de la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy seraient intervenus », affirme Rue89 qui cite notamment Claude Guéant, le directeur de campagne de Nicolas Sarkozy et Franck Louvrier, son responsable de la communication.

« Finalement, Arnaud Lagardère, patron du groupe Lagardère, a exigé que l’article soit remis dans un tiroir », affirme Rue 89.

« L’article, illustré d’une photo de la liste d’émargement, mentionnait également de vifs échanges, dans la soirée (du 6 mai), au sein du couple », précise Rue89.

Le Journal du Dimanche n’était pas joignable dans l’immédiat.

Les journalistes du JDD s’indignent

Voir ici aussi


Ecrit le 16 mai 2007

 Rumeurs

On a ouï .... la complainte des fidèles umpistes à qui Sarko 1er a déclaré que, « la fidélité, c’est pour les sentiments, l’efficacité pour le gouvernement ». Et dire que certains espéraient être ministres ...

On a vu .... Claude Allègre s’en aller vers les bureaux de Sarko 1er ....

On a vu .... Hubert Védrine revenir des bureaux de Sarko 1er ...

Mais nul n’a vu Michel Hunault sortant des bureaux de monprésidentadoré. Certains s’inquiètent déjà : serait-il resté coincé aux toilettes ? Serait-il hospitalisé au Val de Grâce, suite à une trop rapide torsion du torse ?

Si vous l’apercevez, merci de prévenir la Mée rapidement, cela nous soulagerait.

Nous ne souhaitons pas que notre dépité Ducoin sombre dans le ridicule.

 Garde à vous !

6 mai, le deuxième tour des zélections. Laissons passer l’anniversaire de la victoire de 1945. Et puis, mercredi 9 mai, un officier des Renseignements Généraux (RG) est mis en Garde-à-vue puis est mis en examen : on lui reproche d’avoir fait fuiter, vers le Canard Enchaîné, une copie de la fiche de renseignements que les RG n’auraient jamais dû actualiser sur un certain Bruno Rebelle membre de l’équipe de Ségolène Royal.
Mais on ne saura jamais qui, dans quel ministère, a donné l’ordre d’actualiser cette fiche ....

 Berluscozy

Il n’y a pas que les affreux gauchistes qui comparent Sarkozy et Berlusconi. « Sarkozy a vu Berlusconi comme un modèle » a déclaré, à la façon d’Alain Delon, le leader du centre-droit italien. Le Point a rapporté cette déclaration tenue mardi 8 mai en Lombardie. Berlusconi estime que, comme lui, Sarkozy est un « révolutionnaire » qui va changer la « vieille politique » .

 Lacrymo

A Nantes, à Rouen, comme à Paris, des gens qui avaient eu le tort de passer trop près d’une manif’, sans pour autant y participer, ont été agressés par des membres des forces de « l’ordre ». Une enquête de l’IGS (police des polices) est d’ailleurs en cours à Paris.

Certaines personnes contrôlées racontent qu’elles ont été entassées dans des bus où du gaz lacrymogène a été envoyé, sans raison. On vous l’avait bien dit : avec l’élection de Sarko nous n’aurons bientôt plus que nos yeux pour pleurer !

 La mémoire courte

Le maire de Châteaubriant a déclaré, le 6 mai 2007 au soir, que le résultat des élections présidentielles était « pas bon pour la France mais c’est un score jamais égalé pour un Président au second tour à Châteaubriant » (cf Ouest-France du 8 mai 2007). Il n’est pas au courant ? Ou il souffre de précoces troubles de mémoire ?

– 1974 Giscard : 64.33 %
– 1981 Mitterrand  : 51.74 %
– 1988 Mitterrand  : 54.01 %
– 1995 Chirac : 52.64 %
– 2002
– Sarkozy : 51.08 %

Ainsi, Nicolas Sarkozy enregistre le plus faible score jamais obtenu par un candidat vainqueur du second tour de l’élection présidentielle à Châteaubriant depuis 33 ans. (Je ne compte pas 2002 qui est une situation particulière). Le maire et délégué UMP de la ville connaît bien mal la géographie politique de son territoire et s’inquiète probablement de voir la gauche reprendre de la vigueur. D.Catala

© Reuters 2007. Tous droits réservés.


Ecrit le 16 mai 2007

 Je ne vous mentirai pas !

... avait-il dit . Eh bien c’est mal parti ! La veille du scrutin final, Le Monde annonçait : « Le possible président a fait savoir qu’il se retirerait, peut-être dans un monastère, « pour habiter la fonction, prendre la mesure de la gravité des charges qui pèsent désormais sur ses épaules » » .
Et voilà que patatras, il nous a mené en bateau maltais.(lire page 12 )

Cette luxueuse « retraite » sur le bateau de Vincent Bolloré, a fait jaser. Devant le scandale qui enflait comme une voile gonflée par le vent, Nicolas Sarkozy Premier a déclaré, le 9 mai, que tout ça ne coûtait rien aux contribuables et que le groupe Vincent Bolloré « n’avait jamais eu aucune relation commerciale avec l’Etat français ». Bravo, criait le bon peuple, aussi ravi de voir monprésident-adoré sur la Paloma, qu’il se délecte de voir les grands de ce monde dans Paris-Match et ici Paris.

Mais le 10 mai, tout change. Le Monde, Les Echos, Boursorama, Libération et même Le Figaro révèlent que « sur le site Internet des Journaux officiels de la République française, on retrouve la trace de plusieurs attributions de marchés publics », pour un montant minimum de ... 38 000 000 d’euros

Voir ici.

Je ne vous mentirai pas, a dit Sarko 1er Mais c’est mal barré !

Vincent Bolloré réplique que 38 millions d’euros c’est une broutille par rapport aux 5980 milliards d’euros de son bénéfice 2006. Dame oui ! Mais 38 millions d’euros c’est aussi le salaire annuel de 3800 SMICards.

Ah oui, c’est vrai, les SMICards gagnent trop d’argent.


 Un dîner de cons

C’est une histoire de « justiciers masqués » : le 6 mai 2007, juste après l’annonce du succès de N.Sarkozy, deux humoristes canadiens ont réussi à piéger le nouveau Président en se faisant passer pour le premier ministre canadien. Au bout d’un certain temps, le faux-premier-ministre a invité Sarkozy à déguster une « poutine » en ajoutant : « Puisque vous portez à droite, que je porte à droite et que Monsieur le Président George Bush porte à droite, je propose de l’inviter à manger au Canada en même temps que vous » ... « Depuis le temps que je rêve d’organiser un dîner de cons ! ».

Nicolas Sarkozy, visiblement outré, a laissé tomber un « non mais, attendez ... » avant de raccrocher.... Nicolas n’aime pas l’humour ?


.
Ecrit le 17 mai 2007

 La chronique du Roué

Voir le blog et son discours savoureux


 Guy Môquet et les 27 otages

Ils partiront dans la détresse


18 mai 2007

 

 Voici le premier gouvernement, avec des photos

Quinze ministres, quatre secrétaires d’Etat et un chargé de mission

Ont été nommés :

MINISTRES

Premier Ministre : François Fillon

Alain Juppé : ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, du développement et de l’aménagement durables

Jean-Louis Borloo : ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi

Michèle Alliot-Marie : ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des collectivités territoriales

Bernard Kouchner : ministre des Affaires étrangères et européennes

Brice Hortefeux : ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-développement

Rachida Dati : garde des Sceaux, ministre de la Justice

Xavier Bertrand : ministre du Travail, des Relations sociales et de la solidarité

Xavier Darcos : ministre de l’Education nationale

Valérie Pécresse : ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Hervé Morin : ministre de la Défense

Roselyne Bachelot-Narquin : ministre de la Santé, de la Jeunesse et des sports

Christine Boutin : ministre du Logement et de la Ville

Christine Lagarde : ministre de l’Agriculture et de la Pêche

Christine Albanel : ministre de la Culture et de la communication, porte-parole du gouvernement
Eric Woerth : ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique

SECRETAIRES D’ETAT

Roger Karoutchi : secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement

Eric Besson : secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé de la Prospective et de l’évaluation des politiques publiques

Dominique Bussereau : secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’aménagement durables, chargé des Transports

Jean-Pierre Jouyet : secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes chargé des affaires européennes

Haut commissaire

Martin Hirsch : Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté.

Photos : http://tempsreel.nouvelobs.com

JPEG - 59.6 ko
Sarko-gouv

 La photo du gouvernement

Commentaire : "Au festival du faubourg Saint Honoré, le sieur Fillon avait été nominé Grand Vizir, bien que le Fourbe n’eût besoin que d’un Grand Eunuque pour lui tenir la chandelle.

Mais le Fourbe eût pu tout autant nommer ministres des kangourous et des pintades, puisque en fin de compte, il tirerait lui-même les ficelles de ses petites marionnettes, ce qu’il faisait déjà avec un soin jaloux". (selon La Chronique du Roué)

 Sarkozy inquiète la presse

source : LE MONDE

La victoire de Nicolas Sarkozy pose des questions dans de nombreuses rédactions. En cause, les amitiés entretenues par le nouveau président de la République avec des hommes d’affaires présents dans les médias comme Arnaud Lagardère, dirigeant du groupe du même nom (Elle, Paris Match, Journal du dimanche, Europe 1...), Serge Dassault, propriétaire du Figaro, Alain Minc, président du conseil de surveillance du Monde, Martin Bouygues, propriétaire de TF1, Vincent Bolloré (Matin plus, Direct 8), ou Bernard Arnault, propriétaire de La Tribune...

Avant même l’épisode du retrait de l’article sur le vote de Cécilia Sarkozy, des journalistes du JDD avaient fait part de leur inquiétude. « Ce serait bien de rappeler les principes d’indépendance et de non interventionnisme », déclarait ainsi au Monde un journaliste interrogé avant que cette affaire soit révélée. « Des pressions il y a en a, les coups de téléphone du samedi matin, du samedi soir, venant souvent de la direction du groupe », confirme un salarié.

Les inquiétudes sont vives également chez Lagardère Active, Arnaud Lagardère (actionnaire du Monde) présentant Nicolas Sarkozy comme son « frère ». La société des journalistes de Paris-Match a rappelé, le 4 mai, que « la responsabilité vis-à-vis des lecteurs est (notre) seul guide ». « Cet impératif prime sur tous les autres, en particulier, sur d’éventuelles tentatives de l’actionnaire majoritaire, des politiques, des annonceurs ou des pouvoirs publics de faire pression sur le contenu ».

Cette prise de position intervient après qu’une partie de la rédaction eut manifesté son désaccord en découvrant le projet de couverture du numéro du 25 avril, après le premier tour de l’élection, montrant Nicolas Sarkozy enlaçant son fils Louis. Une délégation de journalistes avait alors rencontré Olivier Royant, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire, et Christian de Villeneuve, directeur général des rédactions du pôle magazines du groupe Lagardère, pour leur faire part de leur désapprobation, mettant en avant que Paris Match n’a quasiment jamais fait sa Une sur un candidat entre les deux tours de la présidentielle, à l’exception de 2002. C’est finalement le comédien Jean-Pierre Cassel, qui venait de mourir, qui a eu droit à la couverture, Nicolas Sarkozy exigeant que la photo de son fils soit floutée. Il y a un an, Alain Genestar, directeur général de la rédaction, avait été licencié pour avoir publié en une, le 25 août 2005, une photo de Cécilia Sarkozy au côté du publicitaire Richard Attias.

L’ambiance est tendue également à Europe 1, plusieurs journalistes reprochant une « trop grande proximité » du PDG Jean-Pierre Elkabbach avec le pouvoir. A ces inquiétudes, une porte-parole de Lagardère Active répond : « les maîtres mots dans les rédactions sont l’indépendance éditoriale, l’équilibre et le professionnalisme ».

« Tous les journalistes sont attentifs souligne François Malye, président du Forum permanent des sociétés de journalistes, qui regroupe les sociétés de 25 rédactions. Nicolas Sarkozy a montré qu’il aimait contrôler les choses. Actuellement, les journalistes ont tendance à se montrer moins résistants, et les journaux ne sont globalement pas en très bonne santé économique. L’inquiétude de fond est que les perquisitions, les instructions, les interrogatoires... deviennent la routine ». M. Malye fait référence à la tentative de perquisition au Canard Enchaîné, vendredi 11 mai. Le Forum « condamne ce type d’action dont le seul but est d’identifier les informateurs des journalistes, alors que le secret des sources est l’un des principes fondamentaux de l’exercice du métier de journaliste ».

Dans son dernier livre Une campagne off (Albin Michel, 18 euros), Daniel Carton rapporte une conversation de Nicolas Sarkozy avec la direction du Figaro Magazine, lors d’un déjeuner. « Je sais déjà ce que je ferai sitôt à l’Elysée : je m’occuperai personnellement de Jean-François Kahn (président de Marianne) », aurait, selon l’auteur, déclaré Nicolas Sarkozy. Pendant la campagne, l’hebdomadaire a publié un numéro spécial diffusé à 500 000 exemplaires et titré : « Le vrai Sarkozy, ce que les grands médias ne veulent pas où n’osent pas dévoiler ».. La direction de Marianne réagit sereinement. « Nous n’avons aucune crainte particulière, nous ne faisons pas de procès d’intention, explique Maurice Szafran, directeur du journal. En revanche, le traitement de l’élection par le groupe Hachette m’a frappé car ce n’est pas sa tradition. La campagne de Sarkozy vue par Match relève de la presse soviétique des années 1950, dans les légendes, les façons de titrer ».

Du côté de France Télévisions, la société des journalistes se souvient de la colère de Nicolas Sarkozy sur le plateau de France 3, le 28 mars, qualifiant de « malhonnête » un reportage sur la fabrication des passeports biométriques. Le retour à l’antenne de Béatrice Schönberg, la présentatrice des JT du week-end de France 2, pose aussi des questions au sein de la rédaction.

Prévu le 18 mai, ce retour coïncide avec l’annonce du nouveau gouvernement dans lequel devrait figurer en bonne place son mari Jean-Louis Borloo


 Dessins et sites sur Sarkozy

http://sarkozynews.canalblog.com

 

 La photo du Président

Analyse

JPEG - 27.1 ko
Chirac dé

Chirac déjà décroché .... à Villepôt (voir photo ci-contre prise le 10 mai 2007, soit 6 jours avant la passation de pouvoirs).

Ecrit le 30 mai 2007

 Qu’est-ce qu’un portrait officiel ?

Réponse :

C’est un portrait destiné à passer à la postérité. Après la décontraction de Giscard, après la grandeur sobre de Mitterrand, après la bonhomie de Chirac, le portrait de Sarkozy donne une image de raideur. La main gauche qui pendouille, le corps rigide, le sourire crispé et ce cadrage mal fait qui montre l’homme petit à côté des drapeaux ! Une photo ratée !

JPEG - 28.1 ko
Photo officielle du Prési

Le 21 mai 2007, en fin de journée, Sarko a invité quelques amis journalistes à qui il a confié, à propos de Chirac, son ennemi intime, « Je me suis toujours demandé pour qui il se prend le mec qui parle devant le drapeau français ». Sarkozy, lui, pose à côté du drapeau français et du drapeau européen. Il n’est pas à une contradiction près. Palinodie, disions-nous la semaine passée.


 Sarkozy place ses hommes dans la presse et dans la police

Voir blog BP


Note du 3 juin 2008

 Il faut qu’il parte !

Sarkozy : l’inculture agressive de « l’homme à la gourmette »

Un écrivain s’en prend à l’inculture de Sarkozy dans un pamphlet intitulé : « Il faut qu’il parte » (éd.Stock). Curiosité : cet écrivain, Sébastien Lapaque, est de droite. Il explique à « Bakchich » pourquoi Sarkozy doit quitter l’Elysée.

http://www.bakchich.info/article3983.html


 Indemnité Sarkozy : + 172 %

Lire ici : http://www.lemonde.fr/sarkozy-un-an-a-l-elysee/article/2007/11/06/le-president-de-la-republique-est-augmente-de-172-et-non-de-140_974995_1036775.html#xtor=EPR-32280155&ens_id=628862


NOTES:

Et Ségolène se renie ! : il ne manquait plus que cela !