Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > Règne de Sarko Premier > Sarkozy : cheval fougueux aimer Dieu et pas laïcité

Sarkozy : cheval fougueux aimer Dieu et pas laïcité

Ecrit le 23 janvier 2008

 Sarko super-plouc

« Le président Sarkozy ressemble à un pur-sang fringant et fougueux mais, comme tous les pur-sangs, il devra accepter l’épreuve des rênes pour trouver l’équilibre. » a dit le roi Abdallah d’Arabie Saoudite, 83 ans, lors de sa rencontre avec Sarkozy le 21 juin 2007. « Cheval fougueux est heureux de voir son grand ami si sage » a répondu Sarkozy lors de sa visite à Riyad le 13 janvier 2008, qui s’est déroulée au triple galop. Dans le palais royal, on vit même le Président, assis à côté du souverain impassible, sortir discrètement son téléphone portable pour répondre à des SMS ! Cheval fougueux toujours plus plouc !

 Et Dieu, là dedans ?

Et puis le chanoine Sarkozy a prononcé un discours sur les religions (1) :

« Musulmans, Juifs et Chrétiens (…) c’est bien le même Dieu auquel s’adressent leurs prières . C’est le même besoin d’espérer qui leur fait tourner leurs regards et leurs mains vers le Ciel pour implorer la miséricorde de Dieu, le Dieu de la Bible, le Dieu des Evangiles et le Dieu du Coran.

Dieu qui n’asservit pas l’homme mais qui le libère. Dieu qui est le rempart contre l’orgueil démesuré et la folie des hommes.

Dieu qui par-delà toutes les différences ne cesse de délivrer à tous les hommes un message d’humilité et d’amour, un message de paix et de fraternité, un message de tolérance et de respect ».

Ces propos font écho à ceux tenus le 20 décembre 2007, le jour où Sarkozy est devenu « Chanoine de St Jean de Latran ». Il dévalorise d’abord les valeurs humaines en disant : « L’Europe a mis ses espoirs dans l’émancipation des individus, dans la démocratie, dans le progrès technique, dans l’amélioration des conditions économiques et sociales, dans la morale laïque », « et AUCUNE de ces différentes perspectives … n’a été en mesure de combler le besoin profond des hommes et des femmes de trouver un sens à l’existence ». … Allez, du balais !

Et puis il réintroduit la religion, comme in-dis-pen-sable : « dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé » . Ben voyons !

On sait que Sarkozy veut modifier profondément la loi de 1905, concernant la séparation de l’Etat et des Eglises. Pour cela, il met en garde contre la morale laïque en déclarant :

« S’il existe incontestablement une morale humaine indépendante de la morale religieuse (…) la morale laïque risque toujours de s’épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n’est pas adossée à une espérance qui comble l’aspiration à l’infini. (…) et
Une morale dépourvue de liens avec la transcendance est davantage exposée aux contingences historiques ».
Cela revient à faire croire que la religion préserverait la morale laïque du fanatisme ! C’est oublier bien vite les guerres de religion et toutes les persécutions des « hérétiques »

 Tu causes, tu causes ...

Et puis Sarkozy manie les mots, les grands mots, introduisant la générosité, la justice « Une politique de civilisation, c’est une politique de solidarité, une politique de partage. C’est une politique qui ne veut pas seulement s’occuper des conséquences mais qui veut aussi s’attaquer aux causes de la misère, aux causes de l’inégalité.

C’est une politique qui reconnaît tous les hommes et tous les peuples égaux en droits, égaux en devoirs, égaux en dignité, c’est une politique qui place la vie au-dessus de tout. C’est une politique des intérêts vitaux de l’humanité.

C’est une politique qui veut lutter contre les dérives de la modernité, qui veut lutter

contre les excès de la technique, de l’économie, de la finance, qui veut lutter contre la pollution, contre la dégradation de l’environnement. C’est une politique du développement durable.

Mais une politique de civilisation, c’est d’abord une politique de justice. Car le sentiment d’injustice nourrit la haine ».

Et on ne peut que mesurer la distance entre ses propos et ses pratiques. La justice en France ? L’égalité en France ? Le respect des autres ? Allons donc !

Sarkozy pourrit tout. Prenons garde au loup qui se cache sous une peau de mouton !

BP  

on peut lire le discours ici :

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=4373