Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Tourisme > ADT - Bilan 2007

ADT - Bilan 2007

 La fierté de son territoire

Le Pays de Châteaubriant   regroupe sur son territoire les communautés de communes de la Région de Nozay, du Castelbriantais et du Secteur de Derval, soit 33 communes. Sur ce territoire très vaste, 1157 km2, et peu peuplé à l’échelle du département, 55 000 habitants, l’activité touristique ne joue pas encore pleinement son rôle.

En effet, l’économie touristique du Pays souffre globalement de deux maux :

–  Un déficit d’image important vis-à-vis des habitants du Pays qui n’ont que très peu conscience de la richesse de leur territoire. Ce qui entraine un manque de fierté et donc un faible effet « Ambassadeur de Pays ».

– Une mise en tourisme   des activités qui n’a pas encore basculé vers la professionnalisation. Il existe ainsi de très belles structures d’hébergement, des lieux de visite aux potentiels importants, des circuits de randonnées de premier ordre… mais pas encore les retombées qui devraient aller de pair, faute d’une exploitation optimale.

 ADT   - Organisation touristique

L’Association de Développement Touristique (ADT  ), travaille sur l’ensemble du Pays, avec pour missions :
– Développement de l’offre touristique
– Coordination des acteurs du tourisme  
– Promotion de l’offre du Pays
– Observation de l’activité
– Relais de la politique touristique départementale, régionale et nationale

Il existe aussi trois Offices de Tourisme  , dont la principale mission est l’accueil et l’information :
– Office de Tourisme   Intercommunal de la Région de Nozay
– Office de Tourisme   Intercommunal de la Région de Derval
– Office de tourisme   communal de Châteaubriant

NB : Sur les 19 communes de la Communauté de Communes de Châteaubriant, 18 communes (à part Châteaubriant) ne sont donc pas couvertes pour les missions d’accueil et d’information du visiteur.

 Le Pays en chiffres

250 000 personnes accueillies
60 000 nuitées réalisées en hébergement marchand
1,7 millions d’euros de chiffres d’affaires pour l’hébergement marchand sur le Pays
3,4 millions d’euros de chiffres d’affaires pour le tourisme   en dépense directe
JPEG - 25.8 ko
Salle de la Jahot

23 structures de chambres d’hôtes, soit 84 chambres, avec 5 labels représentés.
35 structures de gîtes ruraux, soit 474 places disponibles, plus de 80 % dans le cadre d’un label de qualité.
12 hôtels sont présents sur le territoire offrant ainsi 159 chambres
avec une très grande concentration sur Châteaubriant
(près de 90 % des chambres).
A noter la très belle restauration du château de la Jahotière (Abbaretz)

4 campings constituent l’offre hôtellerie de plein air,
offre faible quantitativement et qualitativement
pour un territoire comme celui de Châteaubriant :
102 emplacements et pas d’Habitation Légère de Loisirs (HLL).

43 restaurants sur le territoire, pas de locomotive clairement identifiée,
pas de tables labélisées restaurateurs de France ou Cuisinerie Gourmande.

La majeure partie des restaurants se situe sur le marché de la restauration du midi semaine…
avec des stratégies plus proches du « volume/prix » que d’une différenciation qualité.
Néanmoins certains ont la volonté d’adopter ou de mettre en avant
leurs atouts qualité (traçabilité des produits, qualité de la cuisine, qualité de l’accueil, …).
Un travail Marché du Chef est en cours
afin de favoriser cette logique porteuse d’image pour le territoire.

 Les produits de terroir

– Une offre très diversifiée, près de 50 producteurs en produits fermiers, allant de la volaille fermière à l’autruche.
– Un outil de transformation en commun à Puceul
– Mise en place de lieux de commercialisation communs : marché bio du P’tit Bourg, magasins fermiers à Puceul, réflexion sur Châteaubriant…
– Une association existe « Terroir de la Mée » même si elle est en sommeil actuellement

Un travail de rapprochement avec les restaurateurs du pays est en cours autour de l’idée : Marché du Chef

 Les lieux de visite

(Les chiffres indiquent le nombre de visiteurs 2007)

L’abbaye de Melleray		        29000
La carrière des fusillés		14608
Château de Châteaubriant		  7430
L’enclos du vieux bourg (Nozay)	  4578
Musée de la Sablière			  3768
La carrière du Parc (Nozay)		  1391
Forges de la Hunaudière  		  1139
La forge neuve (Moisdon)		  1028
Agri Retro (Abbaretz)			    961
Mines de la Brutz			    675
Parc du Plessis  			           563
Ecomusée des Fours à Chaux	    114 

Donc pas de site phare, moteur de l’activité touristique… Le château de Châteaubriant présenterait les caractéristiques nécessaires, mais son fonctionnement empêche un réel décollage touristique pour le moment.

 Les savoir faire du Pays

Le fer et la métallurgie, le schiste, son extraction et son utilisation (taillage et sculptage), l’artisanat, l’élevage et la gastronomie. Un travail de fond vient d’être réalisé sur le fer et la métallurgie, il convient maintenant de s’appuyer sur celui-ci pour réaliser la mise en tourisme  . Sur le schiste, un travail du même style est en projet.

Les visites d’entreprises visant à valoriser les différents savoir-faire prennent une part de plus en plus importante dans les programmes d’animations de l’ADT  . Des partenariats avec la Jeune Chambre Economique et/ou la Chambre des Métiers vont dans ce sens.

 Le patrimoine bâti

Le patrimoine bâti local est riche de fleurons en excellente qualité de conservation (les châteaux de Châteaubriant et de la Motte Glain en sont les exemples…). Il est riche de sa diversité : particularisme de construction avec le schiste, fresques murales, charpentes remarquables, …

Le petit patrimoine (calvaires, fours à pain, etc…) reste abondant sur le territoire comme témoin d’un passé proche, mais aussi d’un savoir-faire important dans le travail de la construction.

 La randonnée

240 km de sentiers pédestres
200 km de circuits voitures
150 km de sentiers VTT
120 km de voies équestres
40 km de voies vélo
11 km de bande équipée roller

L’offre est intéressante autant en quantité qu’en qualité, mais cette offre n’est pas uniforme sur le territoire et elle est à son premier stade de développement. Les sentiers sont propres, balisés et entretenus. Il convient maintenant de travailler à leur contenu faunistique, floristique et patrimonial.

Tel est le bilan dressé par l’ADT   lors de son assemblée générale du 28 novembre 2008. Il reste du travail à faire !