Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enseignement, formation > c. Collèges > Collège La Ville aux Roses

Collège La Ville aux Roses


La vachette
Le printemps de’Europe
Parking
Détournement de livres
Le turc au collège
Danse avec un fauteuil
Celui qui chante
Palmes académiques
Herzberg
Une aùmitié européenne
Premiers secours
Otto Goetz

Ecrit le 17 décembre 2003

Collège Ville aux Roses : La vachette !

Du 24 au 30 Novembre 2003, 56 élèves de 3e du Collège Ville Aux Roses de Châteaubriant sont allés en voyage linguistique en Espagne

Hébergés en familles d’accueil à Alcala de Henares, à 30 km de Madrid, ils ont alterné visites (Palais Royal et Musée du Prado à Madrid), découvertes parfois imprévues (comme ce magnifique théâtre du XVIe siècle à Alcala) et balades (vieux Madrid, quartier juif de Tolède) ...

Vendredi 28 novembre, les plus téméraires ont pu s’essayer à la corrida, en affrontant une vachette fougueuse.

Maintenant est venu le temps de l’exploitation des souvenirs et des nombreux documents rapportés.

Avec ce voyage, le Collège confirme son ouverture européenne. Prochains voyages (avec d’autres élèves : l’Allemagne et la Grande Bretagne).


Ecrit le 31 mars 2004 :

Le printemps de l’Europe

Le collège de la Ville aux Roses à Châteaubriant a fêté, mardi 23 mars 2004, le « Printemps de l’Europe » sur le thème : « Mai 2004, l’Union s’élargit à 25 membres ». Chaque classe du collège a fait des recherches sur un pays précis puis, sur un immense fond de carte, des représentants des classes ont collé une ou des images caractéristiques de chaque Etat : drapeau, personnage célèbre, photographie d’un paysage, recette de cuisine... (ndlr : l’Europe est passée de 15 à 25 membres le 1er mai 2004)

Le midi, un « repas thématique » a proposé des plats d’autres pays : roll-mops, goulash, fromage blanc...

« C’était de la géo, de l’éducation civique, de l’histoire, de l’éducation à la citoyenneté, tout mélangé, pour fêter l’arrivée de 10 pays nouveaux » a dit un élève « C’était sympa. On était tous ensemble. Ça met du désordre, mais c’était la fête ! » a dit un autre


Ecrit le 31 mars 2004 :

Il faut qu’un parking soit autorisé ou interdit.

A la suite de la réunion du quartier de la Ville aux Roses (voir page 1853), la police municipale est allée, lundi 22 mars 2004, mettre un « papillon » sous l’essuie glace des voitures stationnées sur les parkings, le long du collège de la Ville aux Roses, invitant les enseignants à se stationner ailleurs. Cela pose un problème de droit :
– . ou bien le stationnement est autorisé dans les emplacements prévus
– . ou bien il est interdit.

A défaut d’une réglementation précise, d’un arrêté municipal (comme pour les emplacements « handicapés), il est autorisé pour tout le monde, que le conducteur soit enseignant, riverain ou parent d’élève. De même qu’un stationnement réglementé l’est pour tout le monde.

Notons que les professeurs sont coopérants : une partie des voitures est déjà stationnée plus loin.


Ecrit le 7 avril 2004 :

Le turc au collège

L’enseignement de la langue et de la civilisation turques qui se faisait, jusqu’à décembre 2003, en dehors du collège de la Ville aux Roses, est désormais intégré au cursus scolaire, dans le cadre d’accords de coopération entre la Turquie et la France pour assurer l’enseignement réciproque dans les deux pays. « Il s’agit en quelque sorte d’une option au même titre que le latin, le breton ou la technologie » dit Jean-Claude Martin. Les familles du quartier, et celles qui ont leurs enfants au collège St Joseph et au collège Robert Schuman, ont été informées. En tout une vingtaine d’élèves sont concernés. Les cours ont lieu le jeudi soir de 17 h à 18h30 avec M. BILGIC Mübin, détaché par le Ministère de l’Education Turque.

Renseignements au 02 40 28 04 58


Ecrit le 4 mai 2004 :

Détournement de livres

A l’initiative   des professeurs de Français, le collège de la Ville aux Roses a vécu sa « fête de la lecture » du 26 au 30 avril 2004, en associant le Centre de Documentation, les Arts Plastiques, et ... le service de restauration collective. Chaque jour : un thème différent, un menu littéraire, un menu culinaire et un intervenant extérieur. Histoires de vie, récit d’aventures, roman policier, science-fiction : les élèves ont réalisé des petits livres destinés aux classes maternelles, avec des matériaux très variés. Feuilles de calque, couvercles de fromage blanc, livres circulaires ou en forme de tête d’ourson. « Titouen rencontre ses amis » - « Découvre les fruits avec Annabelle et Coccinelle », « Viens manger tes carottes mon lapinoux » : quand on ouvre la porte à leur créativité, les jeunes ne manquent pas d’idée !

« La légende de l’île ilafra » - « Mystérieuse plantation à Fort de France », « le collectionneur de têtes » : les élèves de quatrième ont écrit de courtes nouvelles. Ils se sont surpassés aussi dans la confection de menus en rapport avec le thème du jour . Voici celui du lundi, sur le thème des romans d’amour :
– Petites folies craquantes du printemps
– La mer en désir
– Dinde rôtie aux feux de l’amour
– Frites de la Passion
– Paradis blanc.

Le menu du jeudi, sur thème de Roman policier, était plus .... saignant :
– Assiette après meurtre à la tronçonneuse
– Mystère sanglant sur lit de mort
– Délice de l’escargot, en sang
– Traces de sang sur drap blanc
Brrr...., à vous couper l’appétit !

De classe en classe, des élèves sont allés lire des extraits de leurs livres préférés. Retombée attendue : les autres élèves ont eu envie de lire et sont venus chercher les livres signalés à la bibliothèque.

Livre_V

Enfin en arts plastiques, les jeunes ont « détourné » de vieux manuels d’histoire périmés, pour en faire des objets inattendus. Un livre-surprise, une grande boite d’allumettes, un théâtre de marionnettes. « Chacun voit en lui sa propre œuvre et donc sa propre envie » écrit l’un des artistes en puissance. Un autre détaille son intention : « Tout est lié : les feuilles du livre, les feuilles de la nature et les pages du livre qui se dégradent dans la nature ».

Un autre encore philosophe : « Je voulais représenter l’usure de l’histoire par le temps. Le temps use l’histoire et emporte notre passé et notre patrimoine, la conservation de nos monuments devient de plus en plus difficile. Il se peut que les Romains et les Grecs laissent plus de traces que nous » dit-il en évoquant les livres qui se détruisent en quelques années, les CD-Roms et les disques durs de nos ordinateurs inutilisables au bout de 10 ans


Ecrit le 19 mai 2004 :

Danse avec un fauteuil

Dans le cadre du partage et de la découverte des différences, deux classes du collège de la Ville aux Roses ont accueilli Jean Pierre Chambon, membre de l’Association des Paralysés de France que dirige Mme Yonger à Châteaubriant.

Vivre

Né à 6 mois et demi, « pas fini » dit-il lui même, Jean Pierre Chambon a survécu, après de multiples opérations, condamné au fauteuil roulant pour la vie. A force d’envie de vivre, il a pu passer, dans sa jeunesse, un diplôme de monteur câbleur en électronique. « Sans me voir, la COTOREP m’a déclaré apte à travailler en milieu protégé, mais moi j’ai refusé car je suis capable
de travailler à une vitesse normale ».

Jean Pierre Chambon a fait partie de l’équipe de
France de Basket. « Malgré nos fauteuils
roulants, les règles sont exactement les mêmes que pour les autres ».

Il a fait de la moto, il a sauté en parachute (en double). Son prochain défi : le saut à l’élastique. C’est dire que, si ses jambes sont bloquées, son « mental » le pousse toujours à aller de l’avant, à vivre pleinement tous les plaisirs de la vie.

Le regard des autres

« Le plus difficile, c’est le regard des autres. Pour moi il est très important de vivre avec des personnes qui ne m’ont jamais fait sentir que j’étais handicapé ».

Pour autant, Jean Pierre Chambon ne nie pas son handicap : « Je suis membre du groupe « accessibilité » de l’association des Paralysés de France. Ce groupe est changé de faire respecter les normes. Autrefois nous faisions des recommandations. On nous disait : oui, oui, mais rien n’était fait. Désormais nous sommes mandatés par le Préfet. Il faut que tout soit en place sinon l’établissement n’ouvrira pas au public ». Largeur des portes, toilettes et douches pour handicapés, stationnements réservés :

Jean Pierre Chambon a expliqué aux jeunes pourquoi il tenait tant au respect des places réservées en ville. Il les a aussi mis en garde contre les imprudences en voiture ou en cyclomoteur. « J’ai vu à Garches les handicaps de certains jeunes. J’en suis revenu les larmes aux yeux » leur a-t-il dit.

« A part ça, je vis normalement, j’ai une épouse, une petite fille, je vais dans les soirées dansantes et je danse avec mon fauteuil. Je ne m’interdis rien des possibilités qu’offre la vie ». Un témoignage tonique


Ecrit le 26 mai 2004 :

Celui qui chante

Sous le titre « Celui qui chante », 200 jeunes vont rendre hommage à Michel Berger lors d’un concert regroupant trois chorales de Châteaubriant (collège Ville aux Roses), Nantes (collège Stendhal) et Ancenis (collège René Guy Cadou), avec 3 musiciens professionnels et 20 élèves musiciens.

L’hommage à Michel Berger sera présenté en cinq tableaux
– 1. L’amour et la musique
– 2. Le poète
– 3. Les comédies musicales
– 4. Le chanteur rend hommage
– 5. Le chanteur engagé

En tout une vingtaine de chansons, avec sketches de présentation, poèmes et réalisation d’un puzzle. Mardi 25 mai 2004 au Théâtre de Verre   à 20h30. Entrée 5 € pour les adultes, 2 € pour les collégiens, gratuit pour les enfants du primaire. Réservations au 02 40 28 04 58 ou billetterie sur place s’il reste de la place.

----------

Ecrit le 10 juin 2004 :

Herzberg

39 jeunes Allemands de Herzberg (Basse Saxe) ont séjourné à Châteaubriant du 24 mai au 3 juin. »Nous avons reçu un accueil très chaleureux, a dit M. Otto Götz qui conduisait le groupe. En plus des 23 familles qui ont participé à l’échange l’an dernier, 16 familles françaises ont accepté de prendre en charge un jeune Allemand. Nous les en remercions particulièrement »

Rallye dans Châteaubriant, visite de la Sablière et du Château, un tour de marché, concert de chorales, découverte de Nantes, du Mont St Michel et de St Malo, visite de l’usine Promoplast, de l’école d’équitation de Saumur et du village troglodytique de Rochemenier : les activités ont beaucoup intéressé les jeunes Allemands et les enseignants qui les accompagnaient. Une jeune élève a fait elle-même un discours en un français impeccable. « J’espère que les relations humaines personnelles marqueront les élèves pour aider à construire l’Europe »


Ecrit le 14 juillet 2004 :

Palmes Académiques

Au Collège de la Ville aux Roses à Châteaubriant, le principal Jean-Claude MARTIN a eu le plaisir de remettre les Palmes Académiques à Michèle SOURICE qui, en plus de son travail d’infirmière, a mené des actions éducatives auprès des jeunes (hygiène de vie, conduites à risques, nutrition, etc)

Le collège de la Ville aux Roses, dont les effectifs sont en hausse depuis 2 ans, connaîtra une nouvelle progression à la rentrée 2004

Jean-Claude MARTIN et Michèle SOU

---------------

Ecrit le 24 novembre 2004 :

 Une amitié européenne

Grande effervescence au Collège Ville aux Roses, la semaine du 15 au 22 novembre : quatre écoles-collèges étrangères sont venues travailler autour du thème « Découvrir l’autre et travailler ensemble ». Les collèges 132 et 149 de Bucarest (Roumanie), l’école de Kosice (Slovaquie), l’école bavaroise de Bischbrunn (Allemagne) ont répondu à l’invitation du collège castelbriantais, dans le cadre du programme européen Comenius. Visite de Châteaubriant et notamment du marché, visite de Nantes, observation de classes, préparation de projets. La semaine a passé vite, à la fois studieuse et amicale, échange de façons de faire, confrontation d’idées.

« Il s’agit d’une politique volontariste pour développer la citoyenneté européenne, en mettant en commun les richesses ne nos patrimoines » explique Danièle Catala.

Enseignants et élèves ont choisi de travailler sur les légendes et les mythes de leurs différents pays. « Ils découvriront sans doute des personnages communs ». Ces recherches seront ensuite communiquées aux autres partenaires et un document écrit sera réalisé. « Nous avons l’obligation de faire quelque chose de concret . Ce projet doit créer le sentiment de partager une culture commune, et de l’inventer, tout en suscitant le respect de chacun ». « Tolérance, ouverture d’esprit, richesse de nos différences »

L’initiative   concerne tous les élèves et pas seulement ceux des classes européennes. En France il s’agit des 11-15 ans. En Allemagne il s’agit des 6-15 ans. Les langues sont différentes « Mais ce n’est pas un problème, c’est plutôt une motivation ». A en juger par l’effet de curiosité des élèves castelbriantais, les portes sont ouvertes.

---------------

Ecrit le 29 juin 2005 ;

 Premiers secours

Au Collège de la Ville aux Roses, à Châteaubriant, à l’image de ce qui se fait depuis des années au Collège Robert Schuman, huit élèves de troisième SEGPA et dix membres du personnel ont reçu du Principal, Monsieur MARTIN, les attestations de formation aux Premiers Secours..

Les personnels ont participé à deux journées de formation sous la responsabilité de Madame ESNAULT, infirmière au collège et Monitrice AFPS (formation premiers secours).

La formation des élèves s’est faite tout au long de l’année sur deux heures le jeudi, sous la responsabilité de Madame ESNAULT, infirmière et de Madame QUERE professeur de Biotechnologie à la SEGPA.

Var_Premiers_secours2
Massage cardiaque au Collège Ville aux Roses

Ce projet de formation s’inscrivait dans un des axes du Projet d’Etablissement : « ETRE CITOYEN RESPONSABLE... ». Les accidents de la vie courante (domestiques, sportifs, au cours des loisirs etc...), plus mortels que ceux de la circulation routière, montrent l’importance de la prévention et de la formation nécessaire pour savoir réagir !

Protéger, alerter, réagir face à une perte de conscience, un arrêt cardio-ventilatoire, un traumatisme, une plaie etc... ont été les points forts de l’enseignement dispensé à travers des cas concrets.

----------

Ecrit le 11 janvier 2006

 Otto GOETZ

Dans un communiqué le Collège de la Ville aux Roses regrette la disparition prématurée d’un ami allemand : M. Otto GOETZ, du collège de Herzberg dans le Harz de Allemagne, était un fidèle des échanges scolaires. Amoureux de la France et de sa langue qu’il maîtrisait avec beaucoup de finesse, il était très apprécié pour sa générosité, sa pédagogie et son humour.

Otto G

A chacun de ses voyages, il tenait à accompagner ses élèves à La Sablière. En mai 2004, il ne put lire la lettre de Guy Môquet tant était forte son émotion. Il était avant tout un humaniste, soucieux de communiquer aux jeunes un grand respect de la dignité humaine.


Ecrit le 6 juin 2007

 Ateliers théâtre

Voir page 504

 Pop reporter et Comenius

Le Collège de la Ville aux Roses participe traditionnellement au concours POP-REPORTER organisé par la Banque Populaire, l’Inspection Académique, les Centres d’Orientation et d’information, NRJ. Ainsi, cette année, toutes les classes de 4e ont travaillé par groupes de 4 élèves à la réalisation de sites internet

Jeudi 24 Mai 2007, les lauréats ont reçu leurs diplômes et lots :

1er prix : l’équipe Boys and Girls (professeur Pierrick FLEURY) avec les élèves Alex RENAUDIN, Julia BOISTEAU, Samantha VANG et Dimitri JUILLET : le métier de boulanger.

2e prix : l’équipe Pretty Angels (professeur Françoise RAUTE) et les élèves Cynthia BULEON, Marie CLERMONT, Manon GRIMAUD, Léa FOURNY : le club de gymnastique les Voltigeurs.

 Roumanie

Roum

Dans le cadre du projet COMENIUS, une délégation du Collège La Ville aux Roses de CHATEAUBRIANT s’est rendue à BUCAREST du 6 au 12 mai 2007 pour rencontrer ses partenaires roumains et allemand. Au rendez-vous, chaleur du soleil et de l’accueil. Professeurs et élèves ont pu découvrir le système scolaire roumain à travers réunions de travail et observations de cours. Ils ont été reçus dans des familles et ont découvert la vie quotidienne des jeunes roumains. Ils sont rentrés enchantés !


Remous au collège

Le collège reconstruit en 2011 ?