Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > Bénéfices, profits > Bénéfices, Profits, licenciements

Entreprises, Bonnes nouvelles,

Bénéfices, Profits, licenciements

Résultats du premier semestre 2004
Siemens, Sony, Hewlett, SMTMicro
Carrefour, General Motors, Ford, Thalès
Seb

Ecrit le 22 septembre 2004 :

Tout le monde n’est pas pauvre

Si les Français ont réduit leurs achats de produits frais (fruits et légumes) et même leurs achats d’essence, il ne faut pas en conclure au marasme économique. Les Petites et Moyennes entreprises peuvent souffrir de la hausse du pétrole et de l’euro, mais les grosses entreprises vont bien. Au mois d’août, une quinzaine d’entreprises qui constituent l’indice boursier appelé CAC 40, ont fait connaître leurs résultats du premier semestre 2004. A part Peugeot-Citroën, et France-Télécom, tous les groupes présentent des résultats excellents voire spectaculaires :

Résultat Net, c’est-à-dire bénéfice :

Arcelor(sidérurgie) + 141,6 %
EADS + 118,6 %
Michelin + 102,5 %
Aventis + 43,4 %
SMTMicroelectronics + 41,5 %
BNP Paribas + 40,3 %
Société Générale + 31,6 %
Renault + 28,5 %
Total + 22,0 %
Schneider + 18,9 %

Ces bons résultats n’ont pas empêché Arcelor d’augmenter ses prix (pour augmenter encore sa marge), et SMTelectronics de délocaliser son usine de Rennes.

Face à ces profits insolents, les salariés sont priés de se taire et d’accepter baisses de salaires et hausse du temps de travail, en regardant l’argent des investisseurs filer à l’étranger pour développer des technologies et des processus que, souvent, ils ont mis au point.

La société est mal faite.

 Bonnes nouvelles

LVMH : le groupe dépasse les attentes au 1er semestre : hausse de 49 % de son bénéfice net, à 396 millions d’€.. L’exploitation des pôles « montres et joaillerie » et « distribution sélective » redevient bénéficiaire. Celle de la « mode et maroquinerie » (deux tiers du résultat d’exploitation du groupe) affiche une croissance à deux chiffres. La pépite du groupe, Louis Vuitton, a conservé une marge de plus de 45 % ce semestre.

Banques Populaires : bons résultats semestriels, une hausse de 32 % du bénéfice net, à 495 millions d’€.

BOUYGUES : Bénéfice net presque doublé au 1er semestre, à 249 millions d’€. Progression de 65 % du résultat net de Bouygues Telecom, à 158 millions d’€. Redressement de Bouygues Construction, déficitaire l’an dernier, avec un bénéfice net de 63 millions d’€.

Le petit Noël des patrons

Pour les patrons français, c’est tous les jours dimanche et Noël réunis. Le gouvernement multiplie les cadeaux fiscaux à en rendre gâteux leurs bénéficiaires qui ne savent plus quoi demander !

– . Alors que le déficit de la France dépassera sûrement les 45 milliards d’euros en 2004
– . Alors que la dette de la France est de 1000 milliards d’euros
– Le gouvernement décide de réduire l’impôt sur les sociétés en supprimant la surtaxe mise en place par Alain Juppé, ce qui va priver l’Etat de 450 millions d’euros en 2005 et autant en 2006.

Ya pas de pauvres chez nous, d’après M. Balkany


Ecrit le 28 septembre 2005 :

 Siemens, Sony, Hewlett, SMTMicro

 Siemens : 2400

L’industriel allemand Siemens a annoncé, au lendemain des élections allemandes, de nouvelles réductions de coûts et d’emplois dans sa division SBS. Le groupe va ainsi supprimer 2.400 emplois dans sa filiale de services informatiques SBS, dans un délai de deux ans.

Avec ces mesures, Siemens, qui emploie dans le monde quelque 430.000 personnes, comptabilise 35.000 suppressions de postes en quatre ans.

 Sony ... sonné

Pour tenter de relancer son secteur électronique, le géant japonais Sony, dirigé par un Américain, a annoncé le 22 septembre la suppression de 10.000 emplois dans le monde d’ici mars 2008 : 4.000 emplois au Japon et de 6.000 autres ailleurs dans le monde tandis que le nombre des usines de la firme passera de 65 actuellement à 54.

Autrefois pionnier de l’électronique avec l’introduction des transistors ou encore du « walkman », Sony a vu sa notoriété décroître au profit d’autres concurrents asiatiques tels Samsung. Est-ce la faute des salariés ?

La firme japonaise a également pris du retard dans le secteur des écrans plats de plus en plus populaires dans le monde. Est-ce la faute des salariés ?

Côté divertissement et musique, Sony a été totalement dépassé par l’américain Apple et son phénomène « iPod ». Est-ce la faute des salariés ?

Au cours des cinq dernières années, l’action de Sony a perdu deux tiers de sa valeur. Est-ce la faute des salariés ?

Mais de toutes façons, ce sont les salariés qui paieront les restructurations au prix de leur licenciement et de leur désespoir.

 Hewlett, arrête !

Le groupe informatique américain, Hew-lett-Packard, prévoit de supprimer 6.000 postes en Europe, dont 1.240 en France, malgré ses larges bénéfices financiers..

En cette période pré-électorale, le gouvernement veut faire croire qu’il agit pour l’emploi. Jacques Chirac a demandé au gouvernement de saisir la Commission européenne . Mais le président de celle-ci José Manuel Barroso, a adressé une fin de non-recevoir aux autorités françaises, « il n’est pas de la compétence de la Commission d’empêcher Hewlett-Packard de licencier des salariés ». dit-il.

Dans la foulée, le fabricant américain informatique a décidé de racheter Compaq et de remplacer son personnel européen par ... des salariés indiens beaucoup moins chers

  SMTMicroelectronics

STMicroelectronics, lui, met le prix pour susciter 1000 départs en France d’ici juin 2006. Le document de restructuration, annoncé en mai dernier, sera remis le 28 septembre au comité central d’entreprise, à Montrouge. Des primes supplémentaires seront versées aux salariés volontaires pour partir.


Ecrit le 30 novembre 2005

 Par ici la sortie !

 Carrefour

Carrefour, numéro mondial de la grande distribution, a confirmé, le 18 novembre, les craintes de la CFDT : il a l’intention de supprimer 1700 postes en France en deux ans afin de sauvegarder sa compétitivité.

 General Motors

Dégraissage majeur chez General Motors : 30 000 postes vont être supprimés en Amérique du Nord et 12 usines vont être fermées d’ici 2008, dont « l’usine numéro 2 » à Oshawa (Canada). Et pourtant, il y a quelques mois à peine, GM clamait les mérites de ce complexe parmi les plus productifs et les mieux qualifiés de toute l’industrie sur le continent.

La surprise est mauvaise d’autant plus que GM et le syndicat des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA) ont signé, début octobre, un contrat de trois ans qui prévoyait une certaine stabilité des emplois en échange de gains salariaux à peu près nuls.
Promesses, promesses ...

 Ford

[21 novembre 2005] : Ford, dans un courrier électronique envoyé le 18 novembre à ses employés, a annoncé l’élimination de 4 000 emplois de plus parmi ses cadres en Amérique du Nord. L’été dernier, le numéro deux américain de l’automobile avait déjà supprimé 2 750 postes de cols blancs !

Ces sacrifices donnent une idée de ce qui attend des milliers d’ouvriers de Ford en janvier prochain : ils s’attendent à un autre plan de restructuration, très vaste, incluant des fermetures d’usines et la suppression de milliers de postes d’ouvrier.

 Thalès

Le groupe d’électronique de défense va supprimer 11,5% des postes dans sa filiale spécialisée dans la défense aérienne. La direction assure que les personnes touchées seront transférées ou se verront proposer des départs anticipés.
(annonce du 24 nov 2005)


Ecrit le 1er février 2006 :

 La cocotte va sauter

Le groupe Seb, “Seb c’est bien » dit sa publicité, regroupe des marques mondialement connues depuis des décennies comme Téfal, Krups, Rowenta ou Moulinex.

Créée en 1944, la Société d’em-boutissage de Bourgogne (Seb) lance en 1953 un modèle de marmite à vapeur appelée Super Cocotte qui se vendra à 150.000 exemplaires dès la première année. Ce succès est essentiellement lié à la méthode innovante de l’article et à son système de fermeture par serrage qui résout les problèmes de sécurité posés par la vapeur et le risque d’explosion.

D’autres produits feront la renommée de la marque, comme la cafetière à pression Moka ou la première friteuse électrique en 1967.

Le groupe se diversifiera ensuite grâce à des acquisitions ciblées, comme les articles culinaires anti-adhésifs Téfal en 1968, les fers à repasser et sèche-cheveux Calor en 1972, les cafetières électriques, les grille-pains et les aspirateurs Rowenta en 1988 ou encore la reprise partielle de Moulinex-Krups en 2001, qui porteront les effectifs du groupe à 14.000 personnes

La direction du groupe élec-troménager Seb a fait part le 24 janvier de son intention de fermer des usines et de supprimer près de 900 emplois.

« Ils nous disent « c’est la faute aux Chinois, c’est la faute à l’Europe, c’est la faute au marché », mais ce sont des larmes de crocodile. Pour eux, délocaliser en Chine, ce sont des soucis en moins et des bénéfices en plus », a estimé Daniel Fauvel, délégué central CFTC de Moulinex à Saint-Lô

"Nous n’avons jamais connu un jour de chômage. Nous avons réalisé 7,5% de marge en 2005. De plus, une nouvelle ligne de
montage a été ouverte en janvier pour le dernier modèle de bouilloires. La décision de fermer d’ici début 2008 est incompréhensible« , a commenté Dominique Lavry, délégué CFDT »Le groupe Seb s’est développé ces dernières années avec des acquisitions aux Etats-Unis, au Brésil et en Italie« , a expliqué Bernard Devert, responsable CGT-métallurgie, ajoutant : »la stratégie ne change pas, on garde la même logique financière et on recherche l’augmentation de la marge opéra-tionnelle".



Ecrit le 20 septembre 2006 :

Etrange ! Les ministres disent que tout va bien, et même que le chômage baisse. Et en même temps on voit se multiplier les annonces de licenciements : 10 000 chez Intel.... 2000 chez Agfa-Gevaert ... 1500 postes chez Bayer ... Un millier chez UPC-Noos .... 350 chez Winterthur ... 800 chez Flextronics ... Heureusement il va y avoir du travail aux Chantiers de l’Atlantique à St Nazaire

 Les grosses entreprises vont bien ....

JCDecaux : le groupe d’affichage dégage un bénéfice net pour le 1er semestre de 105,5 millions d’euros, en hausse de 29,3 % sur un an

GDF, Gaz de France annonce un bénéfice record de 1,7 milliard d’euros, en hausse de 44 % sur un an. Le syndicat CGT estime que les bénéfices se sont « envolés » en raison notamment d’une « hausse des tarifs du gaz ».

Suez annonce un bénéfice record avant le débat parlementaire sur GDF. Le groupe a annoncé un bénéfice semestriel en hausse de 39,5 % à 2,2 milliards d’€.

Dassault : bénéfice net consolidé de 126 millions d’€ au 1er semestre pour l’avionneur, en hausse de 22,33 % sur la même période de 2005.

Générale de santé : hausse de 67,9 % à 46,5 millions d’€ du bénéfice net au 1er semestre pour le leader européen de l’hospitalisation privée.

ILIAD, maison-mère du fournisseur d’accès Internet Free a dégagé au 1er semestre un bénéfice plus que doublé (+ 143 %) sur un an à 58,6 millions d’€.

Natexis Banques populaires, filiale du groupe Banque populaire, a réalisé un bénéfice net en hausse de 56 % à 539 millions d’€ au 1er semestre 2006.

Carrefour, le groupe de distribution, a enregistré au 1er semestre un bénéfice net de 706 millions d’€, en hausse de 10,8 % sur un an.

Vivendi : bénéfice net de 1,8 milliard d’€ au 1er semestre 2006, en hausse de 48,1 %.

En revanche, un peu partout, les salaires sont à la traîne, sauf les salaires des PDG (relire La Mée du 6 septembre)

Licenciements : la grande triche