Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > humour > Devinette > Devinettes Mai 2007

Devinettes Mai 2007

Ecrit le 2 mai 20007

 Qu’est-ce que le délit de faciès ?

C’est ce qu’on appelle encore « le délit de sale gueule ». Par un étrange phénomène de retournement, le candidat Sarkozy, ex-Ministre des Libertés Policières, s’estime victime d’un délit de faciès, accusé de tous les maux de la terre, ou presque.

C’est pour lui une excellente découverte : lui qui a si souvent pratiqué le jeu du bouc émissaire, il découvre ce que cela fait quand on est contraint de tenir ce rôle. C’est une sorte de revanche des sans-papiers, des racaillous, des Rmistes, des chômeurs, des étrangers qui se trouvent désormais moins solitaires depuis qu’un ministre, Azouz Bégag, a révélé l’ostracisme dont il a été la victime et depuis que le ministre-candidat a rejoint, malgré lui, « la cohorte des pelés, des galeux dont nous vient tout le mal ».


Ecrit le 9 mai 2007

 La vérité sur l’EPR

Qu’est-ce que la vérité ... nucléaire ?

Oh ma pauv’dame ! La Vérité est une notion fluctuante au gré du jeu politique. Lors du débat du 2 mai 2007 entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, des erreurs ont été commises par les deux candidats à la présidence, notamment en ce qui concerne l’énergie et le nucléaire. Afin de vérifier la véracité des paroles des deux débatteurs, de nombreuses personnes sont allées sur Internet, notamment sur l’encyclopédie Wikipédia. Mais ce dernier étant modifiable à tout moment, des personnes orientées politiquement n’ont pas hésité à user de leur petit pouvoir afin de tromper les internautes. Peu après le débat, sur l’article concernant l’EPR, le réacteur de troisième génération avait été modifié, afin de le muer en quatrième génération. Comme cela l’article faisait mentir Ségolène Royal, au profit de Nicolas Sarkozy. La représentante du Parti Socialiste avait pourtant raison sur ce point. Du coup, s’en est suivie une véritable valse des étiquettes : à partir de 22h34 (quelques minutes après l’erreur de Nicolas Sarkozy), 12 modifications ont été comptabilisées en seulement 25 minutes sur cet article ! Wikipédia a rapidement réagi, en empêchant tout nouvel inscrit (de moins de quatre jours) de modifier l’article sur l’EPR .


Ecrit le 16 mai 2007

 Qu’est-ce qu’un dîner de cons ?

C’est une histoire de « justiciers masqués » : le 6 mai 2007, juste après l’annonce du succès de N.Sarkozy, deux humoristes canadiens ont réussi à piéger le nouveau Président en se faisant passer pour le premier ministre canadien. Au bout d’un certain temps, le faux-premier-ministre a invité Sarkozy à déguster une « poutine » en ajoutant : « Puisque vous portez à droite, que je porte à droite et que Monsieur le Président George Bush porte à droite, je propose de l’inviter à manger au Canada en même temps que vous » ... « Depuis le temps que je rêve d’organiser un dîner de cons ! ».

Nicolas Sarkozy, visiblement outré, a laissé tomber un « non mais, attendez ... » avant de raccrocher.... Nicolas n’aime pas l’humour ?


Ecrit le 23 mai 2007

 Quel est le chant préféré de MonPrésidentAdoré ?

Réponse :

C’est la palinodie !

Un mot bien français venu de palin=à l’envers + ôdê=chant . Un poème où l’on dit le contraire du poème précédent, un changement d’opinion, et spécialement un changement d’opinion politique, réel ou apparent.

Sarkozy est l’ami des très riches, mais il parle des accidentés de la vie. Il est l’homme des rafles d’enfants dans les écoles, mais il exalte le sacrifice de Guy Môquet.

Il adore parler aux ouvriers mais il ne parle pas d’augmenter le SMIC. Il y a déjà au moins une entreprise à Châteaubriant qui a « remercié » (= foutu à la porte) ses intérimaires pour donner des heures supplémentaires aux autres. Qui donc est gagnant dans l’affaire ?


Ecrit le 30 mai 2007

Photo officielle du Prési

 Qu’est-ce qu’un portrait officiel ?

Réponse :

C’est un portrait destiné à passer à la postérité. Après la décontraction de Giscard, après la grandeur sobre de Mitterrand, après la bonhomie de Chirac, le portrait de Sarkozy donne une image de raideur. La main gauche qui pendouille, le corps rigide, le sourire crispé et ce cadrage mal fait qui montre l’homme petit à côté des drapeaux ! Une photo ratée !

Le 21 mai 2007, en fin de journée, Sarko a invité quelques amis journalistes à qui il a confié, à propos de Chirac, son ennemi intime, « Je me suis toujours demandé pour qui il se prend le mec qui parle devant le drapeau français ». Sarkozy, lui, pose à côté du drapeau français et du drapeau européen. Il n’est pas à une contradiction près. Palinodie, disions-nous la semaine passée.