Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Tourisme > Une salle de réception à Javardan

Une salle de réception à Javardan

Ecrit le 6 mai 2009

 Saint Hubert, Forêt de Javardan

JPEG - 22 ko
La salle de récep
à Javardan

A chaque assemblée générale l’ADT   fait découvrir une structure d’hébergement du Pays de Châteaubriant  . Après la Blandinais, le Grand Val et La Jahotière, c’était le tour du Relais St Hubert en plein cœur de la forêt de Javardan.
Au bout d’une allée privée de 1250 m se trouve la grande bâtisse en pierres datant de l’ancienne verrerie de Javardan, en Fercé. Le relais peut être loué pour 4 jours, pour mariages et réceptions. Une cuisine bien aménagée est à la disposition de ceux qui veulent faire leur cuisine comme de ceux qui préfèrent faire appel à un traiteur. La vaste salle en pierres, chauffée par un antique fourneau (et des radiateurs modernes !) peut accueillir 99 personnes.

Il n’existe pas vraiment de logement sur place mais Mme Mayer accepte les caravanes et les tentes sur la prairie en bordure de la forêt.

Calme absolu, fleurissement, liberté d’organisation : que demander de mieux ?

Contact : Mme Mayer - Saint-Hubert - Javardan - 44660 FERCE Tél. : 02.40.28.87.52
anne-marie.mayer573@orange.fr - http://www.sainthubert-javardan.com


Ecrit le 6 mai 2009

 Verrerie de Javardan, histoire

Brève généalogie

JPEG - 182 ko
Blason Java

Le plus lointain ancêtre au XVI ème est Philibert Massari membre de la confrérie des nobles artisans verriers « in arte vétraria », ils avaient un savoir faire et grande réputation, le roi Louis XIV les fit venir en France en grand nombre !... c’est ainsi qu’au XVIIe siècle, dans notre région s’établirent les familles : Borniolo, Massari et Sarode venant de Altare, petite ville du nord de l’Italie.

Les « Massari » du fait de leur métier « anoblissant » furent autorisés à « franciser » leur nom et à porter la particule.

On retrouve donc en 1650, Horace de Massar qui fût sans doute le premier maitre verrier de Javardan, et son fils Marc Antoine, qui exerça de 1686 à 1694.

Jean François de Massar, qui se faisait aussi appeler « seigneur de la Raimbaudière » né en 1697, exerça jusqu’à sa mort en 1762. Il est l’auteur d’un précieux document « livre de raison d’un gentilhomme verrier »

Jean-Paul de Massar né en 1778, à cette époque (1789) suppression de la particule, certains conservent encore le nom « Massar » d’autres « par tradition » maintiennent la particule à la fin du nom « Massard »

La verrerie de Javardan

JPEG - 48.4 ko
Ca
fabriquée à Javardan

Le « livre de raison » nous livre de précieuses indications (achats, dépenses, salaires des ouvriers, ventes …) sur cette époque florissante de la verrerie de Javardan ou régnait une intense activité et dont la réputation dépassait largement la région : Alençon, Orléans, Vitré…

La production était très diversifiée : carafes, bouteilles, tasses noires, encriers, verres à cidre, verres fins, gondoles, colberdes, bocaux, pommadiers, matras, figuettes… le tout en cristal, chamborin, pinette et fougère.

Toute cette activité générait de substantiels bénéfices, comme le montre le livre des comptes ou l’on trouve entre autre les dépenses détaillées concernant le péché mignon de Jean François « l’angélique de Châteaubriant » gourmandise qui lui coutait le salaire mensuel d’un ouvrier…

Liés à des faits tragiques lors de la révolution, les « Demolon » furent les derniers verriers de Javardan.

Aujourd’hui il ne reste plus grand-chose de cette époque, on y voyait il n’y a encore pas si longtemps un creuset dans lequel on fondait le verre (1500°) et surtout un précieux témoignage de ce savoir faire, dans le pavillon St Hubert, deux vitres obtenues selon la manière ancestrale dite « procédé des cylindres ».

Le château de Châteaubriant et le musée Dobrée conservent quelques pièces de ce savoir faire ancestral.