Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Municipal Châteaubriant > CM 2001 avant 15 mars 2001 > 02-2001- Conseil Municipal 2001 Voeux divers

02-2001- Conseil Municipal 2001 Voeux divers

(écrit le 17 janvier 2001)

Vœux du maire Martine Buron

Chaque début d’année ramène les cérémonies des vœux officiels. Vœux du Maire, vœux du Sous-Préfet. Aux premiers toute la population était invitée par voie de presse : dommage pour ceux qui ne se sont pas présentés. Aux vœux du Sous-Préfet, l’invitation n’était pas universelle, mais très large quand même (surtout quand on connaît l’exiguïté des locaux). Ces vœux officiels, c’est tout simplement l’occasion de retrouver, d’un coup d’un seul, énormément de personnes avec qui échanger et, parfois échafauder des projets d’avenir.

Dans l’ordre chronologique, c’est Martine Buron qui a commencé, le 8 janvier 2001. Loi électorale oblige, elle n’a pas fait un bilan des réalisations passées et futures. Après mémoire de deux personnages liés à la Résistance qui nous ont quittés (Michel de Pontbriand et Jean José España), elle a seulement dressé quelques constats sur Châteaubriant, notamment la richesse humaine de notre ville, le sens de la responsabilité des présidents d’associations et le désir des simples citoyens d’être les ambassadeurs d’un pays auquel ils sont attachés.

La situation est bonne

Pour elle la situation économique est bonne : dynamisme des entreprises locales, quelques implantations d’entreprises nouvelles, renforcement d’entreprises existantes, taux de chômage qui baisse autour de 9 % et qu’elle montre en trois chiffres (qui concernent seulement la commune de Châteaubriant )

848 demandeurs d’emploi en sept. 97
678 en septembre 1999
557 en septembre 2000

Martine Buron a proposé, comme modèle de mobilisation du monde associatif castelbriantais, la journée du 10 décembre 2000 qui a vu se dérouler à la fois un Téléthon dynamique et une randonnée Ouest-France que ses participants ont déclarée inoubliable. Et puis aussi l’entente halieutique qui rassemble enfin les sociétés de pêche qui, naguère, se tiraient dans les pattes et se regardaient en poissons de faïence.

Faisons un rêve

Comme Martin Luther King, les élus font des rêves, sur les bases les plus concrètes possibles : c’est ainsi que s’est élaborée la Charte du Pays de Châteaubriant   qui a vu travailler 200 personnes sur 33 communes pour définir le cadre de notre développement à venir. Les projets précis liés à cette Charte de Pays seront définis après les municipales mais sont déjà en préparation. Martine Buron a évoqué le contournement de Châteaubriant, la relance de la desserte Nantes-Château-briant par voie SNCF, la route nationale 171, et le projet Notre Dame des Landes.

Dans ses propos, on a senti passer le désir de faire reconnaître l’attractivité de notre territoire, la qualité de la vie dans la ville-centre et dans son pays. Les fonds européens, qui sont axés sur cette qualité de la vie, devraient pouvoir, une fois de plus, aider au financement des projets locaux.

Martine Buron a redit, ce que tout le monde sait désormais, que les finances de la ville ont été largement assainies : il aura fallu du temps pour cela car, vérité de La Palice, « les emprunts faits sur 15 ans nécessitent 15 ans pour les rembourser » . La baisse importante de l’endettement en 2003 pourra donner à la ville un souffle nouveau. On peut rêver à une amélioration des places de la ville (la Place de la Motte en aurait de plus en plus besoin), des entrées de la ville, et de nouveaux services à la population. Martine Buron a particulièrement évoqué la future médiathèque   et le projet d’un cinéma digne de Châteaubriant

« Ces rêves nous les réaliserons ensemble. J’ai confiance en l’avenir » et, pour reprendre le texte de la carte de vœux envoyée par Jean Seroux, chef de l’opposition municipale, à Martine Buron : « je souhaite la victoire de Châteaubriant dans les prochains mois ». a-t-elle conclu.

Vœux du Sous-Préfet :
Mangez du bœuf !

Le Sous-Préfet, lors de ses vœux du 10 janvier 2001, a considéré lui aussi que l’année 2000 avait été particulièrement féconde et il a insisté sur un sujet principal : l’intercommunalité. « Les communes, cellules de base des institutions de la République, ne peuvent néanmoins aujour-d’hui seules répondre aux défis auxquels elles se trouvent confrontées. Sans vous, Mesdames et Messieurs les maires, rien n’est possible, mais face aux enjeux multiples et aux besoins économiques et sociaux de leurs concitoyens, les communes ont tout intérêt à conjuguer leurs efforts dans le cadre le mieux adapté : une coopération autour d’une logique de projets communs de développement harmonieux de leur territoire. C’est d’ailleurs dans cette voie que les Communautés de Communes de l’arrondissement se sont engagées et je m’en réjouis »

Vers la TPU

« De nouvelles perspectives s’offrent maintenant : le passage à la taxe professionnelle unique (TPU) en constitue une. Je ne peux que vous encourager dans cette démarche en insistant sur les avantages que procure ce régime : la TPU doit être considérée comme un vecteur de développement harmonieux, une garantie d’équité fiscale, et aussi l’expression d’une solidarité spatiale évitant la gourmandise de piquer au voisin l’implantation d’une entreprise »

Evoquant lui aussi la Charte de Pays qui vient d’être élaborée, le Sous-Préfet a estimé que notre arrondissement dispose de nombreux atouts. « Soyez assurés que les services de l’Etat et en premier lieu votre Sous-Préfecture, vous accompagneront dans la réalisation de vos projets »

Il a formulé toutefois deux vœux particuliers :

– que l’eau du ciel cesse d’accabler les maires et leurs concitoyens sinistrés

– et « mangez du bœuf car, si vous êtes déjà contaminés il n’y a pas de risque à continuer, et si vous ne l’êtes pas, c’est qu’il n’y a pas de risque »

Remerciant les personnels de la Sous-Préfecture, les chefs des petites et moyennes entreprises industrielles, artisanales et commerciales, les associations, les Syndicats, les Pompiers et les Gendarmes, il a conclu en s’inscrivant en faux contre Mark Twain qui disait :

« C’est par une grâce de Dieu que nous possédons dans notre pays, trois choses indiciblement précieuses : la liberté de parole, la liberté de conscience et la sagesse de ne jamais mettre en pratique ni l’une, ni l’autre ».

Vœux du Premier Ministre, Lionel Jospin

Pouvoir d’achat, retraites, sécurité, Corse, bioéthique, société de l’information, modernisation sociale, décentralisation... Lionel Jospin s’est livré, lors de la présentation de ses voeux à la presse, à une revue de détail de tous les dossiers que son gouvernement comptait traiter en 2001. Une manière de répondre à Jacques Chirac qui a décoché quelques flèches contre l’action gouvernementale ces derniers jours. Le président de la République, accusant le gouvernement d’immobilisme pour des raisons électorales, avait notamment souhaité que 2001 soit « une année utile » et non pas une « année sabbatique ». Ces déclarations ont visiblement nourri les réflexions du Premier ministre. Dans ses vœux à la presse, Lionel Jospin a affirmé que l’année 2001 n’était « pour le gouvernement et la majorité, ni une année d’attente, ni une fin de période ». Il a ajouté que 2001 « sera une pleine année de travail au service des Français ».

De ses propos, nous retiendrons essentiellement ce qui concerne la future « prime pour l’emploi »

Pour les ménages aux revenus modestes

Pour les ménages disposant de revenus modestes, le Gouvernement avait présenté une mesure d’allégement de la CSG qui a été votée par le Parlement. Cette disposition devait apporter à plus de huit millions de personnes - salariés, agriculteurs, travailleurs indépendants - un supplément significatif de pouvoir d’achat, dès le mois de janvier de cette année. Cette disposition devait en outre favoriser l’emploi des ménages les plus modestes, en réduisant la fiscalité pesant sur les revenus du travail. Cette mesure répondait ainsi à l’attente de nombreux Français.

Saisi par les parlementaires de l’opposition, le Conseil constitutionnel a annulé cette disposition. Le Gouvernement a pris acte de cette décision. Dès l’annonce de celle-ci, les ministres concernés ont travaillé activement pour rechercher un nouveau dispositif qui puisse satisfaire les mêmes objectifs.

Le choix du Gouvernement s’est arrêté sur la création d’une « prime pour l’emploi ».

Un projet de loi en ce sens sera soumis au conseil des ministres d’ici la fin du mois. Ce dispositif prendra la forme d’un remboursement de prélèvements qui sera versé par l’administration fiscale dès le mois de septembre prochain. Il permettra de mieux rémunérer le travail et de redistribuer les fruits de la croissance en faveur de ceux qui en ont le plus besoin.

Les modalités de ce dispositif seront précisées mardi 16 janvier par le ministre de l’Economie et des Finances et la ministre de l’Emploi et de la Solidarité.

Pour tous les salariés, le Gouvernement présentera au Parlement plusieurs projets de loi qui marqueront également un progrès social.

Les députés ont commencé leurs travaux par l’examen du projet de loi sur la modernisation sociale. Ce texte ouvrira, avec la validation des acquis de l’expérience professionnelle, une quatrième voie d’accès aux diplômes, aux côtés de la formation initiale, de l’apprentissage et de la formation continue. C’est là une « petite révolution » qui permettra à des milliers de travailleurs de voir enfin leurs compétences reconnues par un titre. En outre, ce texte pénalisera le recours au travail précaire, renforcera les droits des salariés et améliorera l’accès à la formation professionnelle. Il bannira certaines pratiques inacceptables en matière de licenciements économiques. Ainsi, avec les textes concernant l’égalité professionnelle et les discriminations au travail, seront approfondis les droits des salariés

Aide personnalisée à l’autonomie (APA)

Lionel Jospin a annoncé la création d’une aide personnalisée à l’autonomie. Il s’agit d’aider les personnes âgées qui le peuvent à vivre de façon autonome, dans leur foyer. Cette nouvelle prestation sera juste, parce qu’elle sera versée de façon égale sur l’ensemble du territoire, en fonction du degré d’autonomie et du niveau de ressources des personnes bénéficiaires. Elle sera gérée dans un souci de proximité, les conseils généraux jouant là un rôle important. La nouvelle prestation devrait être effective au 1er janvier 2002.

Retraites

Préparer l’avenir, c’est aussi consolider le système de retraite. En 2000, le Gouvernement a installé le Conseil d’orientation des retraites. Ses travaux ont déjà permis d’avancer dans la voie de diagnostics partagés. De même, il a créé le fonds de réserve des retraites. Le Gouvernement continuera de l’abonder tout au long de 2001 avec pour objectif d’atteindre 50 milliards de francs à la fin de l’année. Le Gouvernement s’attache donc à traiter ce dossier important. Il le fait sérieusement, lucidement, mais sans céder à aucune sorte de catastrophisme ni aux injonctions intéressées.

Environnement

Préparer l’avenir, c’est construire un développement durable. La priorité accordée par le Gouvernement à l’environnement se traduira

– par l’adoption de schémas de transports collectifs,
– la poursuite de l’action en faveur de la maîtrise de l’énergie
– et la lutte contre l’effet de serre.