Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > humour > Professeur Padtraka > Padtraka et la folie ordinaire

Padtraka et la folie ordinaire

Ecrit le 2 avril 2008

 Padtraka et la folie ordinaire

Padtraka déjante

Certains parmi vous se demandent où va cette chronique qui perd de plus en plus pied. Je veux ici les rassurer : la nage en eaux troubles est un exercice difficile mais toujours intéressant.

Si cette chronique est folle, le monde l’est aussi. Pendant que des ouvriers grecs sont obligés de faire une grève de la faim à Saint-Nazaire pour avoir un bulletin de paie et un salaire, d’autres discutent de la robe de la taupe modèle à Londres. Qui sont les fous ?

Alors que les citoyens ont sanctionné la droite, l’objectif de celle-ci aujourd’hui est d’aller plus loin dans les réformes - c’est-à-dire supprimer un peu plus de services publics. Qui sont les fous ?

Alors qu’on attend un sursaut de la gauche, chaque jour un nouveau « leader » apparaît qui aimerait bien être calife à la place du calife. Qui sont les fous ?

En tant que fondateur du solutionnisme, école de pensée novatrice du XXIe siècle, je propose aux plus fous d’entre nous de prendre leurs responsabilités. Assumez votre folie tant qu’elle est au service du bien-être collectif !


Ecrit le 9 avril 2008

 Padtraka récolte son pétrole

Certains lecteurs assidus se souviennent peut-être de mon appel - non concluant - du début de l’année quand j’étais à la recherche d’un petit producteur local de pétrole pour faire avancer moins cher ma voiture ou ma voiture moins chère, je ne sais plus.

J’ai trouvé la solution ces derniers jours grâce à un lecteur clairvoyant qui m’a fait remarquer qu’un gros producteur local - TOTALement connu - avait dans sa grande générosité laissé un peu de sa production à la disposition - gratuite, le geste mérite d’être souligné - de la population sur les bords de Loire.

Je me suis rendu fièrement - à vélo, je n’allais tout de même pas gâcher du pétrole pour en récolter - sur les bords de Loire armé d’un seau de 12 litres et d’une paille pour aspirer le précieux produit. Je vous préviens tout de go : ne faites pas comme moi. A la paille, c’est trop dur. Et en 2 jours de boulot, je n’ai aspiré qu’un petit litre et surtout je tousse beaucoup et je crache tout noir. Prenez une pelle et une masse pour leur taper sur le crâne. Ils ont salopé tout le paysage.


Ecrit le 16 avril 2008

 Padtraka savoure son succès

En commençant cette chronique en septembre dernier, je ne pensais pas avoir une résonance aussi impressionnante au niveau national.

Pour ceux qui me lisent depuis le début - les autres, je n’ai qu’une chose à vous dire, abonnez-vous ! - le résultat apparaît clairement. Non ?

Le président Sarkozy a choisi d’appliquer la pensée solutionniste pour la communication gouvernementale : regardez ce qui s’est passé la semaine dernière. « La SNCF va supprimer la carte famille nombreuse », c’était une annonce. Puis on dit non, peut-être, chaque ministre, sous-ministre y va de son petit refrain et Sarkozy arrive en solutionniste n° 1 : « la SNCF va garder la carte famille nombreuse ».

On a fait beaucoup de bruit pour rien et pendant ce temps-là on a évité de se pencher effectivement sur les mesures annoncées dans le cadre de la révision générale des politiques publiques. Je dis bravo !

Au niveau local, c’est la même chose. Pas de problème, que des solutions. Demandez à notre maître adoré et vos problèmes se résolveront tout seuls.


Ecrit le 23 avril 2008

 Padtraka aime le blé

Reprenons le cours habituel de cette chronique
en répondant aux questions toujours
avisées de nos nombreux lecteurs.

Question de Monsieur Yaplu Desoudanlakèsse
 : "Le pétrole augmente, le prix des
matières premières explose. Je n’ai plus de
sous à partir du 15 du mois. Que me
conseillez-vous ?« Réponse : »Ce souci est vrai pour beaucoup
de nos concitoyens. De nouveaux
métiers vont voir le jour. Total pense à
recruter des gens pour savoir comment
payer moins d’impôts en gagnant toujours
plus. Vous pouvez aussi faire faucheur
volontaire de blé (la céréale) pour le revendre
au noir, ou alors aspirateur volontaire
de gazoil sur les parkings. Nous tenons
tout de même à vous rappeler que ces
deux dernières activités sont illégales.
Monter sa boîte de soutien scolaire devrait
devenir rentable aussi très rapidement
avec la privatisation rampante de l’enseignement.
Beaucoup de choix s’offrent à
vous, faites les bons et surtout du blé car
seul le blé compte."


Ecrit le 30 avril 2008

 Padtraka apprend la règle de trois

Question de Monsieur Lekon Tèbon de Soulvache : « Sachant que Sarkozy dit que sa tranche de jambon a augmenté de 40%, sachant que c’est la seule denrée qu’il est capable d’acheter tout seul et qu’il paye, sachant que son indemnité a augmenté de 170% et qu’il ne paye pas ses vacances luxueuses, sachant enfin que son indemnité était d’environ 7700 € et que sa tranche de jambon coûte 90 centimes d’€uro, combien peut-il se payer de tranches de jambon par mois et se baffrer pendant que les émeutes de la faim explosent ? »

Réponse : "Commençons par l’indemnité :
170% de 7700 € (bruts) : ça fait à peu près 20 000 eurs par mois. Je sens qu’il doit manger beaucoup de tranches de jambon ou alors l’éleveur de porc est son ami et c’est une subvention déguisée à un ami dans le besoin...

Pour la tranche de jambon, profitons du calcul pour expliquer à Monsieur Darcos la règle de trois. Nous avons le prix de base de la tranche de jambon : 0.9 € qui correspond à 100 (ceci est un indice qui nous sert à croiser les nombres pour trouver l’inconnue, le nouveau prix. J’explique car Darcos a la comprenoire un peu dure !), le nouveau prix est appelé x (c’est le nom habituel en maths, ça n’a rien à voir avec le fait que Darcos s’appelle Xavier).

Le nouveau prix est donc à l’indice 140 (100 pour l’ancien prix + 40 pour l’augmentation). Et maintenant, on fait le croisement
visuellement :

0,90--- ------->100
x ------------->140

x=0,90*140/100, pour aller plus simple et quand on a compris on fait juste l’ancien prix multiplié par 1,4 (Oh, Xavier, tu suis au lieu de te décrotter le nez en lisant Paris-Match !!!) et ça fait 1,26 € la tranche de jambon.

Et donc 20 000 divisé par 1,26 (bon, Xavier, tu m’la fais cette division plutôt que de compter le nombre de postes que tu as supprimés depuis qu’t’es ministre !!!). Cela fait approximativement 15 800 tranches de jambon et des poussières, mais bon les poussières de jambon, il ne connaît pas Sarkozy, les poussières il les jette aux pauvres qui sont encore assez bons pour ne pas confondre ses mollets avec de la nourriture bon marché ..."

Monsieur Darcos et la règle de tois