Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > humour > Professeur Padtraka > Padtraka et l’intelligence

Padtraka et l’intelligence

Ecrit le 7 mai 2008

 Padtraka et l’intelligence

Question de Monsieur Louis Bosson de Ruffigné : « Qui a dit : Vous avez la main d’œuvre, nous avons l’intelligence et la formation. » (1)

Réponse : « Très bonne question, s’agirait-il d’une remarque de mon voisin éleveur de moutons à son nouveau cheptel ? Je crois qu’il leur parle comme ça... Zut, on me souffle que c’est Sarkozy qui a dit ça aux Tunisiens. J’avais oublié que l’esclavage avait été rétabli depuis un an. Excusez-moi, vraiment, c’est difficile d’abandonner les idées de liberté qui prévalaient depuis les Lumières à mon grand âge ... »

Des lecteurs pointilleux z-et avertis (je note les liaisons pour les enfants à qui on fait la dictée à partir de mes textes fabuleux qui connaissent un succès grandissant) me disent que mes chroniques ont cessé d’aborder les problèmes locaux. Vous avez raison, mais souvenez-vous bien : à Châteaubriant, il n’y a pas de problème (ce qui en devient un à force !).


Ecrit le 14 mai 2008

 Padtraka et les ponts

Une rumeur court dans la rédaction depuis quelques jours. Sarkozy aurait intercédé auprès de notre actionnaire principal pour que je remplace directement la directrice de publication actuelle. Cette rumeur est fausse (2). Et Elkabach n’y est pour rien cette fois-ci.

Sinon, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes : la Chine est un grand pays démocratique, la Birmanie est un joli pays ouvert à tous les vents, le Liban réapprend les joies de la communication par les armes, le pétrole dépasse allègrement les 125 dollars le baril. Je tiens à préciser que l’adverbe « allègrement » n’a rien à voir avec Claude Allègre, grand tueur de mammouth, bien qu’il s’évertue à penser que le réchauffement climatique est une fumisterie.
Heureusement en France, tout va bien. Les ponts et viaducs du joli mois de mai nous sauvent de la morosité grâce aux joies du trio, soleil, apéro, barbecue.

La voilà, la solution à tous nos problèmes : soleil, apéro, barbecue. Tiens, je m’en vais créer ma nouvelle secte pour promouvoir ce produit alléchant.


Ecrit le 21 mai 2008

 Padtraka en service minimum

La Mée étant toujours à la pointe de l’actualité, nous avons décidé à la majorité absolue de nous appliquer le service minimum. En cas de grève, nous sortirons tout de même le journal : le nombre de mots y sera mais le sens peut-être point.

Voici donc ma contribution en ces temps perturbés.

Aujourd’hui, il ne fait pas très beau. Les petits oiseaux chantent quand même, semblant peu perturbés par l’absence de soleil. Moi qui pensais me faire un week-end spécial barbecue, c’est raté. Bon tant pis, je vais me faire une sortie en 4x4 et aller écraser une compagnie de vers de terre qui m’embête depuis longtemps. Avec un peu de chance, je vais aussi augmenter ma collection de moucherons et autres moustiques sur ma calandre avant. Est-ce que ceci jouera pour mes points de retraite ou devrais-je cotiser plus longtemps en allant au Macdrive chaque semaine ?

Qui m’aidera à finir cette chronique sans queue ni cheveux ? Cher lecteur, vivement la semaine prochaine qu’on arrête la grève ! A bas la grève et le service minimum, vive le travail pour tous tout le temps. Plus de RTT, plus de congés, ma tête ne sera plus obligée de vagabonder dans les méandres compliqués de mon esprit alambiqué ! Au secours ....!


Ecrit le 28 mai 2008

 Padtraka joue avec les mots

Il est urgent d’agir en France et je compte apporter ma pierre à l’artifice. Ce qui se passe actuellement avec l’Education Nationale est juste un problème de mots (maux ?).

Prenons par exemple le Petit Littré, le dictionnaire à ne pas confondre avec le petit illettré qu’est Sarkozy. Que dit-il, donc, ce petit Littré du mot réforme ?

La première définition concerne les moeurs, donc nous intéresse peu ici. La seconde peut nous être utile : Réforme : « Action de ramener à l’ancienne forme ou de donner une forme meilleure ». Le malentendu est tout trouvé : les profs ne lisent que la deuxième partie : donner une forme meilleure. Le gouvernement seulement la première : ramener à l’ancienne forme.

Et en huitième point : réforme : « Réduction à un moindre nombre des employés d’une administration ». Voilà, chers amis de l’Education Nationale, il n’en tenait qu’à vous de lire le Littré jusqu’au bout. Vous vous obstinez à définir vos mots par le petit bout de votre lorgnette pendant que notre bien-aimé Darcos Vador, lui, lit le Littré à fond et EXPLOITE chaque acception (Petit Littré : Manière de prendre un mot, sens qu’on lui donne).

Chers amis, après avoir contribué de façon si brillante à un problème prégnant du moment, n’hésitez pas à me contacter de nouveau si vous ne comprenez pas totalement notre bon gouvernement.


NOTES:

(1) Ndlr : ces propos ont été tenus par N.Sarkozy, mardi 29 avril 2008, lors de sa visite en Tunisie. Ils n’ont choqué personne. Nous, nous croyions que les Tunisiens étaient aussi intelligents que nous. Il faut croire que ce n’est pas vrai.

(2) Ndlr : la directrice, qui n’a pas d’instinct de propriété, est prête à laisser la place. Et ça c’est vrai.