Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Michel Boisseau, maire d’Issé

Michel Boisseau, maire d’Issé

Ecrit le 3 septembre 2008

Michel Boisseau, maire d' {JPEG}

Les équipes municipales ont été très renouvelées en mars 2008. C’est peut-être l’occasion d’aller faire le tour des nouveaux Conseils Municipax sur le territoire des trois Com’ Com’ du Pays de Châteaubriant  . Ce mois-ci … Issé.
 
Michel Boisseau, tout jeune retraité, nous accueille dans sa mairie où il a succédé à Marcelle Durand. « J’étais adjoint précédemment, chargé de la jeunesse, des écoles et de la communication » dit-il en expliquant tout son intérêt pour les affaires publiques.

 
Question : maire, ce n’est pas rien. Cette tâche nouvelle vous a-t-elle effrayé ?.

 
« Non. De par mon mandat précédent j’avais la connaissance de l’ensemble des dossiers. J’ai accepté d’être maire, pour poursuivre le travail commencé, pour accentuer le développement de la commune. Et je savais que, pour cette responsabilité lourde, je serais assisté d’une bonne équipe d’adjoints et de conseillers municipaux ».
 
La seule chose un peu délicate : la gestion des 16 membres du personnel. « Cela demande un suivi important, pas pour contrôler mais pour gérer tous les petits soucis, en souplesse ! » dit Michel Boisseau qui, pour l’ensemble des dossiers, note l’important travail à accomplir. « Avant j’étais au courant des dossiers, maintenant il me faut préparer à fond les Conseils Municipaux ».

JPEG
 

Q. - Quels sont donc les dossiers en cours ?

 
La rénovation de la route départementale 35, qui traverse le bourg, est terminée depuis novembre 2007, après 5 ans de travaux. « Cela a contribué à donner au bourg un aspect plus riant (effacement des réseaux, fleurissement) et plus sécurisé. Et cela a représenté un investissement financier important pour la commune ». Mais ce n’est plus à faire.
 
Le lotissement du Grand-Clos, sur la route de Moisdon, prévoit 12 lots. « Six sont déjà réservés dont 5 par des jeunes de la commune. Cela prouve que les gens d’Issé ont envie de rester ici. »

Le plus gros projet sera celui de la salle multifonctions, qui se trouvera au Clos-Prête, face au terrain de sports. C’est une réalisation attendue depuis 20 ans. « Une commission s’est réunie depuis plus de deux ans, du temps de Marcelle Durand. Nous avons visité des réalisations dans d’autres communes. Nous avons travaillé avec le CAUE pour préciser la distribution interne et la qualité environnementale. L’architecte est choisi. Nous allons prochainement présenter le projet aux riverains puis aux habitants »
 
« Nous avons aussi un projet de construction d’un bâtiment pour l’accueil périscolaire qui se faisait dans une salle de l’école publique. Mais une 6e classe a été ouverte depuis la rentrée 2007 dans cette école et n’est donc plus disponible ». Il nous faut du terrain pour cela ! La commune a l’opportunité d’acquérir du foncier juste à côté des écoles. « Nous pourrions y adjoindre un parking et même un local pour les services techniques de la commune, plus vaste qu’actuellement ».

 
Q. - La mairie va prendre, dit-on, la gestion du restaurant scolaire

 
« Le restaurant était géré par une association (4 parents de chaque école et 3 membres du Conseil Municipal). L’encadrement du personnel (4 personnes) est une tâche difficile pour des bénévoles, les membres de l’association se sont découragés. Nul n’a voulu reprendre le manche, ce qui a entraîné la dissolution de l’association et le licenciement du personnel. La municipalité a décidé de faire une gestion communale. »
 
La réorganisation est en cours avec le projet d’embaucher un cuisinier responsable de la gestion et deux personnes pour le service. « Jusqu’à maintenant le restaurant accueille 120 enfants. La cuisine est traditionnelle (c’est meilleur !). Quelques parents demandent des repas bio. Nous verrons ceci avec le cuisinier ».

 
Q. - Et les personnes âgées ?

 
« C’est bien d’avoir une maison de retraite à Issé. Cela rend de nombreux services, y compris pour les personnes âgées de la commune qui viennent y prendre leur repas ». Mais 32 lits c’est insuffisant pour occuper quelqu’un à temps complet. L’association de gestion est toujours à la recherche d’un médecin. « Nous réfléchissons à un projet de foyer-logement auprès de la maison de retraite ».
 
Le CCAS   gère un service d’aides ménagères et il existe un club des Anciens. Une société peut apporter des repas à domicile.

 
Q. - A-t-on la Santé à Issé ?

 
En matière de santé, Issé est bien desservi (médecin, infirmière, pharmacie, kiné) mais que va-t-il se passer quand le médecin va partir en retraite (prochainement). « Nous réfléchissons à une maison médicale réalisée avec l’aide du Conseil Général ».

 Q. - D’un point de vue industriel ?

 
« Nous avons une grosse entreprise, la SARIA, avec laquelle nous avons d’assez bonnes relations. Cette entreprise de collecte, traitement et valorisation de coproduits d’abattoirs a toujours des problèmes d’odeurs même si elle investit, en 2008, l’équivalent de la moitié de son chiffre d’affaires. L’élimination, par cuisson, des viscères, du sang, des plumes … a subi le renchérissement du coût de l’énergie, même si l’entreprise brûle des graisses en guise de combustibles. Nous suivons toutes ces questions-là, de même que le projet de production d’énergies renouvelables monté dans le cadre du Pôle d’excellence rurale ».

« Nous avons aussi un tissu commercial dynamique et des industries innovantes comme la SIMM (modèles et outillages) et Geltran (qui traite les matières premières consommables pour chiens et chats) ». dit Michel Boisseau. Le souci c’est Atlas où les bâtiments sont inoccupés depuis la fermeture de l’usine. La zone est inondable mais c’est moins grave depuis que toutes les retenues d’eau sont ouvertes. « Rien n’est encore décidé pour la réhabilitation de cette friche industrielle en plein bourg dont nous ne sommes pas propriétaires : la commune n’a pas de budget à y mettre » explique le maire qui voudrait bien pouvoir faire quelque chose à ce sujet . « Nous réfléchissons sur l’avenir de ce site avec la Com’Com ».

 
Q. - Les jeunes ?

 
« Il y a des jeunes dans la commune, heureusement. Nous bénéficions d’un contrat éducatif local (avec Jeunesse et Sports et avec le Conseil Général) et des animations mises en place par la Com’Com’   . C’est une association qui gère le Centre de Loisirs de l’été. ».
 
Pour les adolescents, il y a un foyer de jeunes géré par JIFA (Jeunes Issé Foyer Animation) qui actuellement a besoin de se réorganiser.

 
Animations

 
Soirées, compétitions sportives, loisirs artistiques, poterie, bibliothèque, échange de savoir-faire : la commune d’Issé comporte une trentaine d’associations dynamiques. « Il y a cependant un manque en matière culturelle. Nous espérons que la future salle multifonctions fera naître des vocations ! ». Nous avons par ailleurs l’étang de Beaumont d’une superficie de 25 ha et sur son parcours de 2,4 km on peut se promener, découvrir la riche faune et pêcher.

 
Et la Com’ Com ?

 
« Globalement cela se passe bien. Je me sens bien accueilli, écouté dans les réunions de bureau. On se réunit souvent et on voit tous les dossiers ».

Bref tout va (presque) bien dans la commune d’Issé. Souhaitons bonne chance à ses 1800 habitants et à son équipe municipale.