Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Politique économique, soutien à l’emploi > ADIC > Entreprises : Les Trophées de l’ADIC 2008

Entreprises : Les Trophées de l’ADIC 2008

Ecrtit le 17 septembre 2008

 Acco, Epagri, Team Plastiques

La Foire de Béré présente toujours un important volet économique à travers les Trophées de l’ADIC, le stand de Pays-de-Châteaubriant-Initiative   et le stand du Conseil Général.

Trophées de l’ADIC, 15e édition : trois entreprises distinguées : Acco (Jacky Halotel et ses associés), Epagri (Guy Roland) et Team-plastiques (Didier Elin). Ces trois entreprises ont déjà eu le trophée en 1999-2000-2001. Cela permet de voir leur évolution

 ACCO

J.Halotel, en panne sur la r

ACCO, créée en 1985 avec 8 salariés, atteint maintenant
32 salariés.

Etablie sur 500 m2 au départ, l’entreprise a maintenant une surface de production 10 fois plus impor-
tante. Son problème : la livraison des grands bateaux qui l’oblige à barrer les
routes, démonter les panneaux de signalisation. Lors de la réunion du 28 juin
2006 de la Com’Com’   du Castelbriantais, il a été question de construire une route directe reliant l’entreprise à la D 771. Mais rien n’est commencé !

 EPAGRI

Guy Ro

L’entreprise EPAGRI a été créée en 1993 avec 0 salarié. Elle en comptait 6 en 2001 avec 92 agences-points de vente. Elle arrive maintenant à 24 salariés avec 140 agences. Elle vient de construire une plateforme logistique LD3E inaugurée en février 2007. G.Roland insiste lui aussi sur l’importance des routes dans notre région.

 Team

Didier

L’entreprise Team-Plastiques a été créée en avril 1988 avec 2 associés et une secrétaire polyvalente qui faisait aussi bien de la comptabilité que du thermoformage. L’entreprise compte maintenant 70 salariés (qui ne se plai-
gnent pas de leurs conditions de travail et de salaire). « Nous connaissons actuellement une petite baisse, c’est le moment de faire de la formation pour nous permettre d’aller de l’avant » dit D.Elin.

Ces trois chefs d’entreprise ont mis en avant la qualité de leur personnel, et l’excellence de la formation de base acquise à Châteaubriant avec l’aide du Lycée Etienne Lenoir. « Il nous faut en permanence dialoguer avec notre personnel, insister sur la formation et sur l’embauche de jeunes » disent-ils en souhaitant avoir du personnel motivé. Prime, partage des bénéfices, évolution de carrière sont des moyens de motivation,

Bravo à ces chefs d’entreprise et à tout leur personnel.


Ecrit le 17 septembre 2008

 Innover

Un point n’a pas été abordé : celui des salaires, qui reste tabou dans notre région. S’il est vrai que certaines entreprises savent la nécessité de payer correctement leur personnel, d’autres sont largement en retrait. C’est pourquoi, globalement, les revenus moyens dans la région proche de Châteaubriant sont 27 % inférieurs à la moyenne départementale.

Il y a là une prise de conscience nécessaire de la part des chefs d’entreprise. Les structures politiques auraient aussi un rôle à jouer : en effet, elles se contentent de proposer des terrains, voire des ateliers-relais, (sans grand succès pour la Com’Com’   du Castelbriantais), alors qu’elles devraient avoir un rôle financier incitatif en matière d’organisation de co-voiturage et de crèche d’entreprise.

Au lieu de se lamenter sur leurs difficultés à trouver du personnel qualifié, au lieu de payer bien cher des intérimaires venus parfois de loin (et à qui on paie le logement voire le transport), il serait utile de réfléchir à la politique salariale dans les entreprises locales pour que, enfin, on puisse dire : « Châteaubriant ? J’y vais, le travail est intéressant et ça paie bien ».