Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > humour > Professeur Padtraka > Padtraka et la crise, sept-oct 2008

Padtraka et la crise, sept-oct 2008

Ecrit le 24 septembre 2008

 Padtraka et la crise

Certains parmi vous m’ont reproché de parler de la pluie à la foire dans la précédente édition. Je m’excuse platement, je me suis planté : il n’y a eu que la malheureuse averse de vendredi après-midi.

En restant sur le sujet de la foire, j’ai une question pour vous : quel est le lien entre la foire de Béré et le crash boursier qui a commencé le même wek-end ? La plupart d’entre vous n’y ont vu qu’une concomitance aléatoire. Eh bien vous avez tort !

Sachez que tout le gratin de Wall Street était invité sur la foire (c’est une information exclusive de notre journal d’investigation). Et, tout occupés qu’ils étaient à loucher sur les jambes de Miss Bretagne, les culs des vaches et les beaux tracteurs, ils en ont oublié de regarder leurs messageries instantanées sur leurs portables Ailleteque. Et paf, la crise !

Cette analyse - que la plupart des grands media nationaux et internationaux reprendront rapidement - va bouleverser tout le capitalisme financier.

Morale de l’histoire : la foire est bien un événement hors du temps, où le monde réel est laissé de côté. C’est sans doute ce qui fait son succès. Bon en prime, ça va coûter 1000 milliards de dollars aux Ricains. Ca fait un peu cher mais la foire en vaut bien le coup, non ?


Ecrit le 1er octobre 2008

 Padtraka sait que ...

C’est la crise ! Vous l’avez compris. Les raisons : je vous ai donné ma version la semaine dernière. Les grands média à la botte du capitalisme financier ont sournoisement ignoré mon analyse, dommage pour eux.

J’ai une nouvelle exclusivité pour vous : les éléments censurés du
discours de Sarko à Toulon :

« En temps de crise, il faut faire des réserves. Achetez du riz, des pâtes, du sucre, faites vos réserves car vos économies ne vaudront bientôt plus rien. Ma Carlita à moi l’a déjà fait : elle a dévalisé le Franprix du coin et elle en a mis plein la cave de l’Elysée, notre intendant a eu du mal à tout ranger. »(...)

« Une crise, on sait quand ça commence, on ne sait pas quand ça s’arrête. Le premier qui est capable de me le dire, je lui file ma rolex !, celui qui se trompe, je lui offre une nuit d’hôtel avec Larcher, ah,ah,ah (rires) » (...)

« Ceux qui en chiaient déjà un peu pour joindre les deux bouts vont morfler, ceux qui ne s’en sortaient pas trop mal vont morfler, ceux qui étaient à l’aise le resteront - c’est ça la réforme, désolé. Les fonctionnaires : j’irai les buter jusque dans les chiottes. C’est à ce prix que nous retrouverons la croissance qui n’existait déjà pas ! »


Ecrit le 8 octobre 2008

 Padtraka donne un cours

Je vous avais promis du sang et des larmes pour la rentrée. Nous avons la crise financière.

Pour expliquer cet événement à ceux qui n’ont pas suivi, voici mon premier cours d’économie. Prenons un citoyen lambda appelé « Robert » et un banquier d’affaires nommé « X » (merci Desproges ...). Le citoyen Robert travaille et comme tout bon citoyen perçoit son salaire sur son compte bancaire. Sur son compte, il paie en plus des frais et comme il est un bon citoyen, il paye des impôts. Le banquier d’affaires X, quant à lui, joue avec l’argent du citoyen Robert.

Depuis quelques années X jouait sur n’importe quoi et n’importe comment dans un monopoly géant. Dans ce jeu, quand vous déconnez, vous perdez tout. Notre X a déconné et va se renflouer sur les impôts du citoyen Robert - en lui ponctionnant plus de frais au passage.

Et en plus, le citoyen Robert va sans doute perdre son boulot grâce aux déconnades de X, puis deviendra interdit bancaire car il ne pourra plus payer ses traites...

Pendant ce temps-là, X continuera à jouer avec l’argent des autres Robert.

Quel beau monde !!! Et on dit merci qui ? Merci le capitalisme !

Pour ceux qui ne sont pas sûrs d’avoir tout compris, cours de rattrapage la semaine prochaine !


Ecrit le 15 octobre 2008

 Padtraka a LA solution

Alors que la crise financière continue, que la crise de l’économie « réelle » va bientôt commencer et que nous allons nous battre comme des chiffonniers dans la rue pour un quignon de pain, que nous reste-t-il ?

Bon à Châteaubriant, nous avons de la chance, notre respectable et adoré maître nous a annoncé dans la presse que « la communauté de communes nous protège ». Pour les autres, ceux qui n’ont pas la chance d’habiter le castelbriantais, que faut-il espérer ?

Je vous rappelle tout de même que je suis le professeur Padtraka, fondateur de l’école du solutionnisme, pressenti pour le Nobel de Pataphysique – injustement battu par les experts économistes de tout poil (souvent très propre chez eux d’ailleurs) qui nous vantaient depuis des années les formidables qualités du MARCHÉ. Bref, je ne vais pas vous laisser tomber.

Je vais tout d’abord vous indiquer ce qu’il ne faut pas faire. Ne regardez pas les films de Charlie Chaplin qui montrent l’Amérique après la crise de 29, ça vous foutrait le moral en l’air. Ne regardez pas votre compte toutes les demi-heures en vous demandant si votre banque n’a pas disparu. N’écoutez pas votre belle-mère qui a déjà caché ses sousous sous son matelas (c’est un peu lourd comme formulation « sousous sous » mais pas forcément plus qu’une belle-mère – en temps de crise, de toute façon, il faut un bouc-émissaire et évidemment si tout le monde fait comme la belle-mère, tout le système se casse la gueule !).

Ce que vous pouvez faire, c’est en vous levant chaque matin, vous regarder dans la glace et dire : « Je suis belle (beau pour les garçons) et le capitalisme est bon pour moi ! » sur un ton enjoué. Je vous conseille de le répéter au moins 5 fois avant le café et à chaque fois que cela vous semble nécessaire dans la journée.

Si cette méthode fonctionne, merci de m’envoyer un courrier par la rédaction. Si cela ne fonctionne pas, je vous conseille l’île déserte avec suffisamment de végétation pour vous nourrir le restant de votre vie ... Problème, il n’y a pas assez d’île déserte pour chacun de nous….


Ecrit le 22 octobre 2008

 Padtraka se marre

La crise est là. Qu’allons-nous devenir ? Vous, je ne sais pas, mais moi ma vie est toute bouleversée. Chaque matin au réveil, je sifflais tranquillement la Marseillaise debout devant mon café chaud. J’ai appris cette semaine que ce n’était pas bien – de siffler la Marseillaise. J’en suis encore tout esbaubi. A partir de maintenant, je ne sifflerai plus que mon chien…

La crise est là mais vous savez qu’à Châteaubriant, nous sommes protégés. Nous pouvons donc en rigoler. Il est temps de lancer un grand jeu concours : « Châteaubriant ne connaît pas la crise et se marre ! »
Pour y participer, rien de plus simple. Vous pouvez envoyer sur papier libre 2 chiffres :
– la hausse du taux de chômage sur l’année 2008 en pourcentage
– les pertes de la Bourse (ou les gains, on ne sait plus si ça monte ou ça descend) en pourcentage pour l’année 2008. L’indice de référence sera bien sûr le COUAC 40.

Les heureux gagnants se verront remettre la médaille de la ville par notre maître adoré et auront droit à un abonnement gratuit à Châteaubriant Magazine à vie.

Envoyez-vite vos chiffres à :

« Châteaubriant ne connaît pas la crise et se marre ! »
Hôtel de Ville
44110 CHATEAUBRIANT

Je vois déjà les esprits ronchons s’exclamer : « on n’rigole pas avec ça, m’sieur !!! ».

Eh bien si, m’sieur ! Mes actions Société Générale ont perdu 51% depuis le 1er janvier alors je rigole.


Ecrit le 29 octobre 2008

 Padtraka vous lâche

Chers amis lecteurs,

Comme prévu, je vous ai lâchés. les périodes de crise sont trop absurdes pour moi. Je n’ai plus rien d’intéressant à vous dire car la réalité est largement plus idiote que l’ensemble de mes propos (parfois douteux). Je me suis donc installé sur mon île déserte où j’ai assez de fruits pour manger. Quelques animaux acceptent de temps en temps de se faire chasser.
La vie est belle ici. Je ne vois plus rien de cette crise qui va vous mettre à la rue.

Je communique avec vous uniquement par télépathie pour rédiger ce papier. Plus de téléphone, plus d’ordinateur. Rien que le calme de la nature, le soleil, les nuits étoilées, le rêve en somme …

Je cherche en vain une citation absurdement intelligente pour expliquer la situation du moment mais rien ne vient. Si certains d’entre vous pratiquent la télépathie, prière de m’envoyer quelque chose. Sinon j’écrirai la même chose la semaine prochaine, ce serait ridicule.

Comme prévu, je vous ai lâché, mais je ne suis pas le seul ...