Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Energie > Le jour où la Terre se dépassa

Le jour où la Terre se dépassa

Ecrit le 1er octobre 2008

 Le jour du dépassement

Mardi 23 septembre 2008 s’est produit le « Global Overshoot Day », littéralement « le jour du dépassement global ». Cela veut dire que, entre le 1er janvier et le 23 septembre 2008, l’humanité a consommé les ressources que la nature peut produire en un an.

A partir du 24 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, l’humanité vivra en quelque sorte au-dessus de ses moyens. Pour continuer à boire, à manger, à se chauffer, à se déplacer, elle surexploite le milieu naturel et compromet sa capacité de régénération. Elle entame donc son capital.

Le « jour du dépassement » a été inventé par les créateurs du concept d’empreinte écologique en prenant en compte les surfaces biologiquement productives nécessaires pour construire villes et infrastructures, pour fournir les ressources agricoles, aquatiques et forestières que nous consommons et pour absorber les déchets que nous produisons, y compris le CO2 issu de la combustion des énergies fossiles.

Selon les calculs de Global Footprint Network, les besoins de l’humanité ont commencé à excéder les capacités productives de la Terre en 1986. Depuis, sous l’effet de l’augmentation de la population mondiale, la date à laquelle l’humanité a épuisé les ressources théoriquement produites en un an n’a cessé d’avancer. En 1996 le « jour du dépassement » tombait en novembre. En 2007, c’était le 6 octobre. En 2008 c’est donc le 23 septembre.

 Hectare global

L’unité de mesure utilisée pour calculer l’empreinte écologique d’un individu, d’une ville, ou d’un pays est l’« hectare global »,

Les habitants des Emirats Arabes Unis ont l’empreinte écologique la plus élevée : chaque habitant consomme chaque année l’équivalent de 12 hectares globaux.

Les Américains les suivent de près, avec 9,5 ha.

La France se situe au 12e rang mondial, avec un peu moins de 6 ha.

Les habitants du Bangladesh, de la Somalie et de l’Afghanistan avec moins d’un demi-hectare, sont ceux qui gaspillent le moins.



Ecrit le 13 avril 2011

 Pic atteint

Une information fondamentale publiée par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) est passée totalement inaperçue : le pic pétrolier s’est produit en 2006. Alors que la demande mondiale continuera à croître avec la montée en puissance des pays émergents (Chine, Inde et Brésil), la production de pétrole conventionnel va connaître un déclin inexorable après avoir plafonné.

Outre que les prix de l’énergie ne peuvent ainsi que s’affoler, le silence et l’ignorance d’une grande partie de la classe politique sur ce sujet ne sont guère plus rassurants. Et cela sans tenir compte du fait que nous aurons relâché et continuerons à dissiper dans l’atmosphère le dioxyde de carbone stocké pendant des millénaires... Chocs pétroliers à répétition jusqu’à l’effondrement et péril climatique. Voilà donc ce qui nous attend.

Pénurie de pétrole : le pic de Hubbert

Nucléaire

Energie éolienne

Comment on bouffe du pétrole dans les fraises et les langoustines