Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Municipales > Municipales 2008 > Conseil Municipal - Saffré - Octobre 2008

Conseil Municipal - Saffré - Octobre 2008

Ecrit le 15 octobre 2008

Composition du Conseil Municipal

 Réunion d’octobre 2008

La Mée continue à faire le tour des communes où le maire a changé en mars 2008, sans idée préconçue puisque notre journaliste n’a aucune idée, en arrivant, de ce que sera l’ordre du jour. C’est réellement une découverte.

°°°
Un vieux bâtiment avec une charpente somptueuse : c’est la mairie de Saffré, dans la Cour du Séquoia. 20 h les conseillers municipaux arrivent en se dépêchant pour être à l’heure et s’installent sans façon autour de la table carrée. La maire, Jocelyne Poulin, a été élue en mars dernier. Il y a un Conseil Municipal environ tous les mois. On y discute !

Le Conseil commence par la présentation du « Document unique de Sécurité » qui s’impose aux entreprises et associations depuis le 5 novembre 2001. Il s’agit de répertorier les risques possibles pour les salariés, d’en évaluer la probabilité et de proposer des solutions dans la mesure où c’est possible. Par exemple il n’est pas évident de supprimer le bruit à la cantine ! Le document unique doit être personnalisé (c’est pas à Paris qu’on relèvera le risque lié à la traversée d’un tracteur !) et remis à jour tous les ans. A Saffré le document sera étudié dans la Commission du Personnel (renforcée de trois membres).

Lotissement : la commune a un projet de lotissement de 52 lots mais est obligée de freiner les acquisitions car sa station d’épuration n’a pas la capacité suffisante. Une dizaine de lots sont déjà retenus et, en limite du lotissement, des rénovations de maisons anciennes sont en cours. Une note sera faite au moment du permis de construire, insistant sur la nécessaire qualité de l’environnement. La nouvelle station d’épuration de Saffré sera mise en service en 2010.

Réseau pluvial : lors des fortes pluies des 2-3 juin derniers, une maison de la commune, au lieu-dit la Gréhandaie, s’est trouvée entourée d’eau. Un busage devrait arranger les choses à l’avenir. La commune aurait pu obtenir une subvention du syndicat du bassin versant de l’Isac , mais elle n’est pas encore adhérente. Elle a l’intention d’adhérer … mais le busage est plus urgent. Il sera fait pour 2000 €.

Logement de dépannage. Dans l’ancienne mairie il existe un logement T3 tout-à-fait convenable, qui pourrait servir de logement de dépannage (à ne pas confondre avec un logement d’urgence), par exemple pour les familles qui, en attente d’une maison en construction, sont obligées de quitter prématurément leur logement actuel. La location est fixée à 400 € sans les charges.

En ce qui concerne le logement d’urgence, la gestion en est confiée à l’association Les Eaux Vives, pour 27 €.

Festival Graines d’automne. La commune soutient cette initiative   en ne faisant pas payer les charges.

Marché de papier : la commune participe au groupement d’achat de la Com’Com’   ce qui lui permet d’avoir des prix intéressants 2,29 € HT   la ramette A4 et 4,68 la ramette A3. Elle pense utiliser du papier recyclé et demande à chacun de faire attention à la consommation.

Astreinte ? Les services techniques de la commune sont appelés en cas de besoin, le week-end, sans que rien soit écrit à ce sujet. Le Conseil Municipal réfléchit à une possibilité d’astreinte, avec indemnité. Les agents réagissent en rappelant qu’ils sont déjà d’astreinte régulièrement pour les pompiers. Réflexion en cours : et si les agents étaient à la fois d’astreinte de pompier et de service technique ?

Calvaire des Buffets : faut-il le réhabiliter ? Faut-il le déplacer ? Le Conseil suggère aux habitants du village de se constituer en groupe compétent et motivé pour faire le travail. La commune paierait les matériaux.

Chambre funéraire : à un Conseil précédent la commune avait exprimé ses réticences et souhaité la cacher dans le fin fond d’un lotissement. Mais le temps a passé, la réflexion s’est faite : la commune accepte que l’implantation se fasse en bord de route, mais demandera un aménagement paysager.

Mobil-home : un habitant, victime d’un incendie, avait pu obtenir le droit de se loger sur son terrain dans un mobil-home. Mais la maison est construite, le mobil-home est toujours là, d’autant plus qu’il est … plus large ...que le chemin restant !

Commission communication : elle a du pain sur la planche ! Refaire le guide pratique de la commune (l’actuel date de 2004, il est épuisé : la commune fait des photocopies), réactualiser le plan communal, suivre le site internet, prévoir des cadeaux pour les mariages et les nouveaux habitants (stylos, porte-clefs ?)

 Service minimum à l’école

Dernier sujet, et non des moindres : le service minimum institué par la loi en ce qui concerne l‘accueil des enfants lors des grèves dans les écoles publiques (loi du 20 août 2008).

Les instituteurs doivent prévenir, 48 h avant, de leur intention de faire grève. La commune doit assurer la garde des enfants lorsqu’il y a 25 % de grévistes. Mais, auparavant, la commune doit établir une liste de personnes susceptibles de faire ce travail, sous contrôle de l’Inspection Académique. Pour Saffré il y a 21 personnes à trouver. Personnel communal ? Autres personnes ? Quelle formation ? Quelle couverture par les assurances ? Faut-il faire une déclaration d’embauche à l’URSSAF ? S’occuper d’une quinzaine d’enfants pendant 6 heures, ce n’est pas donné à tout le monde ! L’Etat accorde 110 € par groupes de 15 enfants, mais cela ne résout pas tous les problèmes. « Et puis, n’est-ce pas une façon de remettre en cause le droit de grève » s’est interrogé le Conseil Municipal sans aller plus avant. La grève du 7 octobre n’a pas posé de problème.
Quelques observations pour terminer :

Conseil Municipal
intéressant
dans la mesure où il est évident que les dossiers sont partagés. Les élus expliquent vraiment la situation,
sans se contenter
de lire une décision pré-établie, et il y a une réelle
discussion.

Quelquefois le débat se prolonge. Fallait-il débattre en commission ? La maire précise, avec raison : « C’est bien en commission, mais c’est bien aussi que tout le monde entende ».

En revanche, les élus discutent entre eux (ce qui est normal), de façon parfois trop confidentielle, en oubliant qu’il y a du public et qu’un Conseil Municipal doit servir, entre autres, à l’information voire à la formation des citoyens. Il serait bon, dans certains dossiers, de détailler un peu plus les difficultés et les raisons du choix fait.

Les compte-rendus des Conseils Municipaux figurent dans « Saffré-Infos »
et sur le site http://www.saffre.fr. _ ainsi que le calendrier des activités, des informations intercommunales et la date du prochain Conseil Municipal


Ecrit le 29 oct 2008

 Amabilités

A Villepôt le maire a fait passer un ordre du jour à la presse. A Louisfert le maire a donné quelques explications supplémentaires, parce que la presse était présente. A Erbray la presse a été invitée à la table du Conseil pour pouvoir mieux suivre le plan projeté sur écran. C’est bien sympa tout ça.

Que les maires n’oublient pas d’en faire autant pour leurs administrés, si des fois ils viennent au Conseil. C’est comme ça qu’on fait l’éducation des citoyens et qu’on forme les futurs conseillers municipaux.