Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Divers > Sécurité routière : campagne 2008

Sécurité routière : campagne 2008

Ecrit le 15 octobre 2008

 Sécurité routière

JPEG - 66.2 ko
Jeu sécurité rout

La 9e édition de la Semaine Nationale de la Sécurité Routière s’intéresse plus particulièrement aux enfants.

► Les enfants de moins de 14 ans sont directement concernés par le risque piéton : 44 % des accidents qui les touchent se produisent sur le trajet entre leur domicile à l’école

► Les 14-17 ans représentent 4 % de la population et 4,5 % des tués sur la route. Ils sont concernés par le risque cyclomoteur.

► Les 18-24 ans représentent 9 % de la population mais 21 % des tués. Ils sont concernés par la phase d’apprentissage de la conduite.

Du lundi 13 au vendredi 18 octobre, la police municipale effectuera des contrôles préventifs aux abords des écoles et examinera les vélos et cyclos.

Lundi 13 oct. une séance de prévention concernera des jeunes de 16 à 19 ans : simulateur alcoolémie, simulateur auto, …

Jeudi 16 octobre aura lieu une soirée-débat avec la Gendarmerie à la Halle de Béré  . Des conducteurs pourront en profiter pour faire sauter un PV décerné pour un délit mineur (ceinture, téléphone, etc). On appelle ça une « alternative aux poursuites »

Vendredi 17 octobre, lors de la soirée DJ un quiz questions/réponses sera organisé sur le thème de la sécurité routière.

Enfin une soirée Code de la Route aura lieu jeudi 20 novembre à la Halle de Béré  

Une expo sécurité routière est visible toute la semaine au CCAS   de Châteaubriant - de 9 h à 17h30 - 02 40 81 52 40

 Quelques chiffres

165 contrôles de vitesse ont été faits par la police municipale en 2007. Ils ont donné lieu à 160 verbalisations. En soi c’est peu compte-tenu du nombre de passages de voiture. Mais, en fait, 30 % des automobilistes roulent à plus de 80 km en agglomération, la nuit surtout. Comment le sait-on ? Parce que les panneaux clignotants « vous roulez à ...km/h » enregistrent tous les passages et permettent d’indiquer les lieux et heures où la police doit faire les contrôles nécessaires.

Il y avait, jusqu’ici, 7 panneaux clignotants de cette sorte. Il y en aura bientôt 13. Les « coussins berlinois » finalement, n’ont pas donné la satisfaction escomptée.

Sur 9 mois de l’année
	      2007		    2008
	66 accidents	  50 accidents	
	80 blessés	          59 blessés
	12 tués	          11 tués

Globalement, sur le champ d’action de la Gendarmerie, cela fait moins d’accidents, moins de blessés mais presque autant de morts. Ce sont souvent des personnes seules, sur des déplacements assez proches de leur domicile, et sur de petites routes. Il n’y a pas de point noir particulier sur le territoire. L’alcool est en cause dans 40 % des cas.

La combinaison alcool+stupéfiants inquiète la Gendarmerie. Celle-ci disposera de tests salivaires dès le 1er trimestre 2009 et les utilisera aussi systématiquement que les alcootests.


Ecrit le 22 octobre 2008

 Contrôle de Sécurité Routière

JPEG - 63.3 ko
Contrôle sécurité à Châteaubr

7 h 30, lundi 13 octobre : la police municipale fait un contrôle de sécurité des deux roues. Tout y passe : freins, avertisseur, dispositifs réfléchissants avant et arrière, lumière, vêtements des jeunes. A dire vrai, peu de vélos sont en règle. Quand on observe l’arrivée des cyclistes (au demeurant peu nombreux), on voit … qu’on ne les voit pas ! Vêtements sombres dans la rue encore sombre au petit matin ! Il faudrait au moins des vêtements clairs avec, si possible, des bandes réfléchissantes (comme celle que l’on voit sur l’uniforme du policier). Certains vélos sont dépourvus de tout dispositif d’éclairage. Ou bien la lumière ne marche pas. « Elle vient de griller » affirme un jeune avant de reconnaître qu’il n’a pas les piles nécessaires !

Tout équipement de sécurité manquant correspond à une amende de 11 €. Ce lundi-là la police faisait seulement de la prévention, se contentant de signaler aux parents les réparations à faire, avec présentation obligatoire du vélo, au poste de police, les jours suivants. Le contrôle s’est bien passé, avec une atmosphère cordiale.

Juste une question cependant : est-il normal que les policiers municipaux demandent le carnet de correspondance des enfants ? Ces carnets sont des liens entre la famille et l’école et ne sont pas des papiers d’identité. Certes, les policiers le demandent pour la bonne cause, pour la sécurité des enfants mais, tout de même, c’est un (bon ?) moyen d’habituer les jeunes à accepter n’importe quel contrôle


Ecrit le 29 octobre 2008

 Grosse délinquance à Châteaubriant

La semaine dernière lors de la semaine de la prévention routière, mon fils a été arrêté en début de semaine par la police municipale, il allait à vélo au Lycée, il était 7h45, le vélo était réglementaire. La même semaine il est à nouveau arrêté par le même agent municipal et là on lui précise que le vélo manque de graisse sur la chaîne. Franchement je ne vois pas le danger dans ce cas, d’autant plus que ce n’est pas de la graisse mais une huile pour chaîne que l’on met.

Cette semaine, lundi matin, mon fils est de nouveau arrêté, toujours à 7h45 et par le même agent municipal. Et là, gros problème : une amende de 11 € sur le champ, car son éclairage avant, qui fonctionne, est jugé un peu moins puissant que la normale ! Les piles ont le droit de se décharger un peu je crois ! J’avais moi-même vérifié son éclairage le samedi car il avait cassé son support d’éclairage le vendredi.

L’agent lui a demandé son carnet de correspondance pour être sûr d’avoir son nom et son adresse exacte ! Je ne savais pas qu’on pouvait se servir d’un carnet de correspondance comme justificatif d’identité, je pense qu’il y a abus de pouvoir.

En arrivant au lycée ce même matin son camarade qui vient de Mayotte pour faire ses études a été également arrêté par le même agent. Il était à pied mais il avait une capuche sur la tête car il faisait froid. Quand on vient de Mayotte on est habitué à une température souvent très agréable toute l’année. Cet agent lui a dit « Enlève cette capuche, tu n’es pas un voyou ! » : ce sont là des propos inadmissibles ! Faut-il interdire les capuches à nos enfants ! Elles ne font pas plus « voyou » que les casquettes des policiers municipaux !

Je suis passé au commissariat le 21 octobre après midi pour avoir plus d’explications mais l’agent était en vacances paraît-il et personne ne pouvait me recevoir. Ce n’était pas pour 11 €, c’était pour dire que je trouve cela lamentable cet acharnement policier. Je connais un jeune homme, turc, qui est arrêté lui aussi systématiquement alors qu’il est toujours en règle. Je comprends mieux la rébellion des jeunes dans certains quartiers ! il faudrait peut être faire faire un stage à cet agent dans les coins sensibles de certaines régions, pour le calmer un peu.

 

Jp-c