Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Politique économique, soutien à l’emploi > Un parrain ... un emploi à Châteaubriant

Un parrain ... un emploi à Châteaubriant

Ecrit le 22 octobre 2008

 Tout bouffer et laisser crever

Une offensive est menée à Châteaubriant pour discréditer l’ANPE (qui va mourir), la Mission Locale (qui est en sursis) et d’autres structures. On sait par exemple que la Maison de l’Emploi, déjà, suggère aux entreprises de déposer les offres d’emploi chez elle, et non pas à l’ANPE. Pour un peu, demain, on verra la Maison de l’Emploi concurrencer le Pôle Emploi !

Mais voilà autre chose.
On sait que, pour l’instant, chaque chômeur est suivi par l’ANPE, ou la Mission locale, ou C3 consultants ou le Conseil Général, ou l’ACPM  , ou Retravailler, ou d’autres organismes qui aident à faire CV, lettre de motivation, projet professionnel etc.

Mais, nouveauté, la municipalité de Châteaubriant lance un projet de parrainage.

Bulletin Municipal Châteaubriant octobre

Il existe en effet un adjoint, chargé de l’insertion. On ne le voit guère sur ce terrain, d’ailleurs ! Et il n’a pas réuni une seule fois sa commission municipale depuis 7 mois : il n’y a donc pas de problème dans l’insertion ou le handicap ?

Mais il faut bien donner l’impression qu’il fait quelque chose chose. Alors le magazine municipal lui prête quelques phrases autour d’un projet de parrainage pour chaque personne en difficulté : « il y aura une aide technique adaptée à chacun : travail sur le CV, lettre de motivation, définition d’un projet professionnel. Le parrain procurera aide et soutien moral et impulsera la motivation nécessaire à son filleul en l’aidant à percevoir de façon réelle les exigences de toute entreprise ».

On peut rêver : « en foule compacte, les « parrains » se manifestent pour aider les chômeurs. Un élan puissant soulève l’enthousiasme à Châteaubriant. La crise financière et économique ne nous touchera pas. Vite, TF 1 ! Et que la France entière se pâme d’admiration ». (zut ! C’est qu’un rêve !)

On peut aussi décrypter le discours tenu : les personnes en difficulté manquent de motivation ! Elles ne perçoivent pas de façon réelle les exigences des entreprises ! Elles ne sont que demandeuses d’emploi. Bref, si elles sont en difficulté, c’est-de-leur-faute ! C’est tellement commode : en rejetant « la faute » sur les autres on se sent, soi-même, « un type bien » !

La réalité est tout autre : les personnes en difficultés cumulent les problèmes que la situation de chômage aggrave : problèmes de santé, compréhension limitée pour certains, et les autres sont trop vieux, ou trop jeunes, ou femmes, ou handicapés, ou pas assez formés, ou trop formés, ou pas mobiles, ou depuis trop longtemps au chômage. Il y a des personnes qui ont plein de capacités mais qui, pour autant, ne trouvent pas le travail qu’elles méritent !
Ah si chacun avait des milliards à mettre dans les banques ! Moyen de gagner des millions en jouant les soucis des autres.

 Concrètement :

La Mission Locale Nord-Atlantique a passé une convention avec « Un parrain - Un emploi » à Nantes, qui suit les jeunes diplômés (baccalauréat et plus), les personnes handicapées (convention avec Cap Emploi) et les femmes (tout niveau). L’adjoint de Châteaubriant n’a rencontré cette association que le 15 octobre, pour voir comment faire. Ce qui prouve bien qu’en 7 mois il ne s’est pas fait grand chose, et que l’annonce dans le journal municipal est très prématurée.

Si la mairie a l’intention de passer une convention avec « un parrain un emploi », ou avec un organisme qui a l’habitude de ce genre d’aide, ce peut être une bonne idée. Mais il ne s’agit pas de bricoler n’importe quoi. Et de toutes façons cela aura un coût (au moins pour former les parrains)

Mais s’il s’agit de piquer le boulot de structures existantes, pas d’accord !

 

bp