Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Louisfert, octobre 2008 : refaire la rue de la Gare

Louisfert, octobre 2008 : refaire la rue de la Gare

Ecrit le 29 octobre 2008

La Mée continue sa tournée des Conseils Municipaux. …

Mairie Louis

Louisfert, 21 octobre 2008. Les conseillers arrivent une ou deux minutes avant l’heure de la réunion. Le groupe manque un peu de chaleur. Est-ce parce que les municipales ont été difficiles ? L’atmosphère sera plus cordiale à la fin de la réunion.

Les Conseillers disposent d’un ordre du jour détaillé, sur 4 pages. Le maire, Alain Guillois, expose, seul, les questions. La réunion durera 4 heures, non sans intérêt.

 Compte-rendu d’activités de la Com’Com’  

La séance commence par le compte-rendu d’activités de la Com’Com’  . Problème de filtre à air, vidéo non détectée. La technique trahit parfois les grands hommes. Mais enfin, ça fonctionne. La présentation, dynamique, ne permet pas de s’attarder sur un point ou sur un autre. Les images se déplacent à l’écran. Si l’on ne prend pas de notes à la volée, on ne retient rien. Heureusement un document papier complète la belle mais inutile vidéo.

Les Conseillers Municipaux posent la question du SPANC (assainissement autonome) : 133 études de sols et 49 contrôles en 2007. « Cela paraît infime » dit le maire. M. Adnot, représentant de la Com’Com’   annonce que le service va être délégué à un organisme spécialisé et que, dans l’immédiat, les contrôles s’intéressent plus particulièrement aux constructions proches des cours d’eau, puits, et zones de protection faune-flore. « Un certain nombre d’installations risquent d’être jugées défectueuses » dit M. Adnot, « Mais les personnes ne pourront pas payer les travaux. Nous nous trouvons parfois devant des cas de détresse sociale ».

Un conseiller estime que la politique culturelle de la Com’Com’   est trop centrée sur Châteaubriant. M. Adnot tente de lui démontrer le contraire. « Mais ce qui est ressenti dans les communes, c’est qu’il n’y a pas assez de décentralisation des spectacles » dit A.Primault. « Il faudrait des spectacles plus adaptés à un public populaire et âgé » dit B. Provost. Mais la Com’Com’   a un argument im-pa-ra-ble : « S’il y avait dans les communes une salle de 700 places, nous y serions plus souvent ». Et voilà, c’est la faute des communes !

Un conseiller demande : « Nous aimerions avoir les ordres du jour avant les réunions pour qu’on puisse en discuter et donner des indications à nos délégués ». Réponse de la Com’Com’   : « Tous les ordres du jour sont inscrits dans les comités consultatifs. Vous pouvez vous y inscrire ». Autrement dit les conseillers doivent aller à 6 réunions pour grappiller des morceaux d’ordre du jour et reconstituer l’ensemble.

Le même conseiller observe : « Le compte-rendu du dernier Conseil, qui s’est tenu le 30 septembre, n’est pas encore sur le site internet » - Vérification faite, on ne trouve que le conseil du 26 juin. Réponse de M. Adnot « C’est à vous d’aller chercher l’info où elle se trouve ».

Un conseiller demande en outre que les bacs de collecte sélective soient mieux intégrés dans le paysage en campagne (habillage arbustes ?)

 Dimanche

Alain Primault intervient sur l’ouverture de magasins à Châteaubriant le dimanche matin. « Nous avons décidé de faire une étude pour un commerce multi-services à Louisfert. L’ouverture de Champion-Carrefour-Market le dimanche matin va mettre ce projet en difficulté. Le commerce ici c’est à la fois un service et un facteur d’animation. Je vous demande, monsieur le Maire, de créer un débat avec vos collègues des autres communes à ce sujet. Si les élus de la Com’Com’   disaient qu’ils ne sont pas favorables à cette ouverture cela ferait pression sur le dirigeant ». Le maire promet de porter ce problème.

Rencontrer un élu : Bernard Provost aurait souhaité que ce soit un élu qui vienne présenter le rapport d’activités de la Com’Com’  .

 Assainissement

Jusqu’à maintenant, à Louisfert, le tarif assainissement était le suivant : 30 € d’abonnement et 0,60 € du m3. Désormais ce sera 20 € d’abonnement et 0,70 €/m3. La facture sera ainsi moins élevée jusqu’à une consommation de 100 m3/an. Ceci est fait pour inciter les habitants à économiser l’eau. Cela concerne 182 branchements et une consommation moyenne de 70 m3 par branchement.

 Cantine

La cantine scolaire à Louisfert est gérée par le Foyer Rural Jeunes (FRJ) : 5886 repas avec un coût de 3,76 €/repas alors que le repas est facturé 3 €. La commune accepte de couvrir le déficit, 4500 €, en reconnaissant le service apporté aux familles. Sans doute la cuisine est-elle bonne car, en 5 ans, il y a eu 34 % d’augmentation du nombre des repas fournis ! [Ndlr : Peut-être faudrait-il réfléchir à une municipalisation de la cantine, comme à Issé ?].

Le FRJ propose de mutualiser l’achat des produits d’entretien entre l’école et la cantine et de payer une formation à la cuisinière. Il est question aussi d’installer un lavabo eau chaude avec commandes non manuelles et une machine à trancher. De son côté l’Amicale Laïque paiera la confection des tickets et les chocolats de Noël.

 Rue de la Gare

Dernier point important à l’ordre du jour : l’aménagement de la rue de la Gare. Après une longue discussion chiffrée, il a été décidé d’aménager cette rue, pour des raisons de sécurité (soit 212 000 € HT   total dont il faut déduire 33 000 € de subvention), et, en même temps, d’engager une étude globale pour l’aménagement de la rue RG Cadou et de la Rue de l’Espérance.

Juste un petit point : le reversement des amendes de police apportera 12 000 €uros à Louisfert. « Merci aux automobilistes qui y participent » !

Affaires diverses

Un promoteur demande à acheter des terrains à Louisfert pour pouvoir les revendre à un autre promoteur en prenant une commission de 13 %. C’est pas ça qui fera baisser le prix des maisons ! La commune demande donc à réfléchir [Ndlr : ou à vendre directement au deuxième].

Un bassin de rétention a été aménagé auprès d’un lotissement. Avec le temps il est envahi de roseaux et les riverains craignent un danger pour les enfants. Plutôt que de le clore, la commune fait des modifications pour un coût de 4136 €.

Mac Do : les personnes qui vont acheter des sandwiches au Mac-Drive s’arrêtent au bout des chemins communaux et jettent des papiers gras partout.

Contrats de territoire avec le Conseil Général et le Conseil Régional. La Com’Com’   demande aux conseillers de réfléchir aux projets qu’ils pourraient y inscrire. Avant le 2 novembre.

Panne de courant : ERDF (qui s’occupe des réseaux d’électricité) a coupé le courant toute une matinée. Sans même prévenir ! Ce qui a occasionné des dégâts dans les entreprises locales. « Les entrepreneurs n’ont qu’à faire marcher leur assurance » a dit le responsable. Cavalier, non ?

Voilà, Conseil Municipal fini à minuit. Intéressant. Le maire a préparé ses dossiers, les conseillers ont posé des questions pertinentes. Juste un « détail » : le maire n’a pas remis à la presse les documents correspondant à la séance du jour. Ca viendra !


Note du 29 oct 2008

Inquiétudes

Sarkozy prend prétexte de la crise pour supprimer la taxe professionnelle versée aux Com’Com’   par les entreprises pour leurs nouveaux investissements. Voilà donc une recette fondamentale qui disparaît, alors que la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) va être limitée en 2009. L’Etat, où les caisses sont vides, assèche aussi les collectivités locales. Mais à Châteaubriant, la Com’Com’   nous protège de la crise, comme dit A.Hunault.


Ecrit le 29 oct 2008

 Amabilités

A Villepôt le maire a fait passer un ordre du jour à la presse. A Louisfert le maire a donné quelques explications supplémentaires, parce que la presse était présente. A Erbray la presse a été invitée à la table du Conseil pour pouvoir mieux suivre le plan projeté sur écran. C’est bien sympa tout ça.

Que les maires n’oublient pas d’en faire autant pour leurs administrés, si des fois ils viennent au Conseil. C’est comme ça qu’on fait l’éducation des citoyens et qu’on forme les futurs conseillers municipaux.

Elections municipales