Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Personnes âgées, retraités > Vivre mal pour vivre moins ! La retraite à 70 ans

Vivre mal pour vivre moins ! La retraite à 70 ans

Ecrit le 12 novembre 2008

 Il sera permis de mourir à 70 ans

Dessin de Eliby 06 23 789

Sarkozy c’est le mal en tout dans ce pays. Il gouverne pour 2 % des privilégiés, ses amis du Fouquet’s, les banquiers et les gros capitalistes, pour les 500 premières familles qui s’en mettent plein les poches. Il prétendait être le président du « pouvoir d’achat », et « aller chercher la croissance avec les dents ». En fait, il faisait l’apologie des prêts hypothécaires, des produits dérivés, de la déréglementation tout azimut, et nous a amenés en pleine récession.

Le monde des amis de Sarkozy implose dans une crise géante, son idéologie éclate dans un tsunami mondial, les conséquences de ses choix nous mènent à la déroute, le chômage ré-augmente, les pauvres s’appauvrissent, les salaires sont bloqués mais les profits continuent d’augmenter massivement, la spéculation continue de plus belle.

Et voilà qu’il veut nous imposer la retraite à 70 ans !

Il veut nous ramener au 19e siècle, avant le code du travail, avant le Smic ; il privatise la sécu, ferme les hôpitaux, détruit l’école publique, affaiblit nos équipements collectifs, nos banlieues en plein effondrement, il fait reculer les derniers services publics qui fonctionnent, la SNCF (où il n’y a plus ni les investissements ni les personnels suffisants) l’EDF-GDF (les prix augmentent de façon injustifiée pour les seules exigences des nouveaux actionnaires), La Poste (où le manque de personnel et de moyens devient un véritable sabotage).

Et voilà que, nuitamment, (nuit du 31 octobre au 1er novembre) il fait voter par l’Assemblée Nationale un “cavalier parlementaire”, sans débat, en force, qui impose la retraite à 70 ans.

Quand on sait que les Français continuent de travailler en moyenne, dans les faits, dans la vie réelle, 37 annuités, quand on sait que deux Français sur trois sont sans emploi à partir de 57 ans, quand on sait que 2 maladies sur 5 sont dues au travail à partir de 55 ans, et 3 sur 5 à partir de 60 ans... toute prétention à reculer l’âge de la retraite n’aboutit qu’à plonger des millions de retraités dans la misère, ou à faire reculer l’espérance de vie...

 

Gérard Filoche

 

Du côté du gouvernement on se défend d’avoir de mauvaises pensées. On dit que le patron ne pourra pas imposer à un salarié de partir à 65 ans et qu’il devra, chaque année, interroger son salarié pour savoir s’il désire continuer à travailler. Mais les syndicats sont méfiants : « Il s’agit de nous habituer à la situation qui va être celle de la majorité des salariés, à savoir : une retraite si faible qu’il faudra continuer à travailler au delà de l’âge normal »

Mais non ! Mais non ! Ces syndicats sont d’une mauvaise foi !

 Ironie septua-imaginaire

L’âge légal de la mort est donc avancé à 70 ans.

Cependant, comme le précise le ministre du Travail Xavier Bertrand, chacun sera libre de mourir avant. Il s’agit simplement d’imposer des limites drastiques afin de juguler les déficits des caisses de retraite. Ainsi, la généralisation du travail le dimanche, les heures supplémentaires, la suppression des 35h et des vacances, sont autant de dispositions visant à diminuer progressivement l’espérance de vie, en tuant à la tâche les salariés.

Par ailleurs, les réformes successives de la sécurité sociale, avec notamment le déremboursement des médicaments et les franchises médicales, accompagnent ce mouvement de fond de la société française. « Vivre mal pour vivre moins », tel semble être devenu le nouveau leitmotiv du gouvernement. « A ce rythme, on espère que les comptes sociaux reviendront à l’équilibre en 2012 » affirme le ministre.

Suicides au boulot

Par ailleurs, le gouvernement compte rapidement mener à terme les discussions sur le stress au travail avec les partenaires sociaux. « Il faut avancer vite sur ce dossier. Le nombre de suicides au boulot est encore trop faible par rapport à un pays comme le Japon. Nous devons amplifier le processus et nous inspirer pour cela du travail remarquable mené par Rachida Dati dans les prisons » exhorte François Fillon.

En revanche, le premier ministre s’est montré satisfait des chiffres des accidents du travail, et a adressé un satisfecit aux entrepreneurs en général, et à ceux du bâtiment en particulier.

Même si la droite française dans son ensemble salue cette mesure « courageuse », certaines voix dissidentes se font entendre au sein de l’UMP. Un cadre du parti confiait même : « On est en train de scier la branche sur laquelle on est assis. C’est nos électeurs qu’on élimine. Si la population rajeunit excessivement, l’UMP peut dire adieu au pouvoir. »

 

Jean Pierre Martin

 

Source : http://onsefechier-anatic6.blogspot.com/

 Ah ! Une bonne guerre ...

Que tout cela est timide et sans ambition : grappiller quelques morts, de ci, de là, comme de petits boutiquiers en pompes funèbres. Il faut voir plus grand, plus vite, plus fort : une bonne grosse guerre générale, voilà ce qu’il nous faut pour le redressement national. Et mondial. On casse les cités putrides à coup de missiles achetés à nos amis Lagardère et Dassault, on construit de nouvelles cages à poules avec l’ami Bouyghes.

Et entre temps, les cafards, les pauvres, les vieux, les femelles gravides ont été enterrés sous des tonnes de gravats et cessent de plomber les comptes de la Nation glorieuse qui aura su éradiquer le chômage et l’oisiveté de la jeunesse à la racine !

Enfin un projet d’avenir !

 

Agnès Maillard

 

Ne dites pas : retraite des vieux« , dites : »travail des seniors" :
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1424


Ecrit le 21 janvier 2009

 L’âge de départ à la retraite se fera en fonction des revenus

De nombreux sites en ligne permettent de calculer le montant des retraites. Par exemple sur le site (www.marel.fr), un homme né en 1960 avec un salaire mensuel net de 1600 euros bruts à la fin de sa vie active percevra :
– 1 040 euros s’il prend sa retraite à 60 ans
– 1 280 euros s’il part à la retraite à 65 ans
Et davantage s’il part à 70 ans (et s’il n’est pas mort !)(en principe c’est 5 % de plus par an, à compter du 1er janvier 2009).

Enfants : pour les retraites prenant effet à compter du 1er avril 2009, la surcote sera désormais calculée sur la retraite de base avant application de la majoration de 10 % pour enfants (majoration accordée aux assurés ayant eu au moins trois enfants). Ce qui est moins favorable que par le passé.

Retraites complémentaires : - 22 %

Reste une grande inconnue en ce début d’année : les retraites complémentaires (Agirc-Arrco). Des salariés de Huard, qui arrivent à 60 ans et ont droit normalement à un complément de retraite de 1900 €/an, s’inquiètent car l’accord entre syndicats et patronat, qui gèrent ces régimes, expire bientôt. Faute de nouveau texte signé d’ici à fin mars, les salariés prenant leur retraite avant 65 ans, à partir de mai, se verraient appliquer une décote de 22 % maximum sur leurs pensions complémentaires.

Le Medef a ravivé la crainte d’un échec en expliquant qu’il comptait bien profiter de la négociation pour reposer la question de l’âge légal de la retraite, qu’il voudrait voir repoussée à 61 ou 62 ans.

Donc les soldes continuent. On ne peut qu’encourager les gens à se rendre à la permanence de la CRAM pour évaluer leur future retraite. Le gouvernement veut que les personnes retardent leur départ et soient usées au maximum. Dans quelques années on apprendra que l’espérance de vie des ouvriers a diminué.