Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Syndicat mixte du Pays de Châteaubriant - après 2003 > Débat d’orientation budgétaire : un glaçon dans un verre d’eau

Débat d’orientation budgétaire : un glaçon dans un verre d’eau

Ecrit le 1er avril 2009

 24 mars 2009 : réfrigérant

Mettez un glaçon, dans un verre d’eau : qu’est-ce que ça fait ? Ca rafraichit l’eau. C’est bon l’eau fraîche. Mais ça dépend des moments !

Ils sont douze, réunis au bout d’une table, tout au bout. A l’autre bout, sur une table reculée, il y a les journalistes. La distance empêche de bien entendre.

Ils sont douze. Et un glaçon. Un glaçon gelant toute discussion. Retenez la technique : elle est imparable !

Ils sont douze. C’est mardi 24 mars 2009, réunion du SMPC (syndicat mixte du Pays de Châteaubriant  ). C’est important : cela concerne plus de 50 000 personnes, trois Com’Com’   et 33 communes.

Ils sont douze, le Président fait l’appel et passe la parole au technicien. Le pauvre technicien a bien travaillé, il a fait des dossiers les plus complets possibles. Et il est condamné à les lire. C’est ça la réunion du Syndicat de Pays. L’atmosphère est oppressante. On sent les élus condamnés à tenir cette réunion. Et à finir au plus vite.

Et le pauvre technicien (Michel Evain) lit ce qu’il a préparé.On apprend ainsi que le compte administratif de l’année 2008 présente un déficit de 10 000 euros environ (on vous fait grâce des détails). Mais comme il y avait l’an dernier un excédent de 17 000 euros, ouf, on n’est pas dans le rouge. Mais avec 7000 euros en caisse on ne va pas loin. Et il n’y a aucun bas de laine à traîner dans un tiroir !

 Un DOB sans débat

Passons donc au DOB … « débat » d’orientation budgétaire. Le pauvre technicien lit les trois pages de la note de synthèse qu’il a préparée. Oh, c’est beau ! On y parle de « poursuivre le partenariat avec les associations de Pays », de « poursuivre la mise en œuvre du Pôle technologique de l’Environnement labellisé « Pôle d’excellence Rurale. Et en particulier de soutenir la plateforme technologique d’essais et de prototypage ». C’est beau, c’est beau ! Mais ça ne veut pas dire grand chose. On sait même, en pratique, qu’il n’existe ni dialogue, ni concertation dans ce foutu Pays de Châteaubriant   !

C’est alors que des élus de la Com’Com’   de Nozay se risquent à parler. Que risquent-ils à parler ? Rien. Mais ils osent, c’est déjà ça. Leurs questions tombent souvent dans le vide sidéral qui règne dans cette réunion. Le Président n’a pas d’opinion et ne connaît pas les dossiers : il évite donc de répondre. Le technicien, lui, connaît bien ses dossiers et c’est lui qui doit endosser les responsabilités à la place des élus. Triste !

On apprend ainsi que trois des six associations de Pays sont en déficit pour l’année 2008 :
– Le Conseil de Développement, 25 000 euros, qui s’en tire en prélevant sur ses fonds propres.
– L’ADT   (Tourisme  ) pour 23 000 €
– Le CLIC   (personnes âgées), 22 000 euros.

Que faire ? On les laisse prendre sur leurs fonds propres ou on augmente la subvention ? Le Président du CLIC  , Bernard Douaud, défend le (bon) travail de son association, mais reconnaît le déficit. Il semble que le Syndicat de Pays se décidera à soutenir le CLIC   mais pas les autres. Quelques questions sont posées par François Favry : « Pourquoi soutient-on une association et pas les autres ? » - « Qu’est-ce qui explique le déficit de ces associations ? Vous ne nous donnez aucun élément d’explication. Nous avions dit qu’il serait bon de recevoir chaque association pour parler de sa situation mais rien n’a été fait ».

Jean Louër ne comprend pas qu’une association sorte du cadre de son budget. Le Président promet que … l’année prochaine … les différentes associations seront entendues.

 Doctes études !

Et à part ça, que va faire le Syndicat de Pays en 2009 ? Ah oui, il va financer l’animation « de la plateforme technologique d’essais et de prototypage » pour 20 000 euros, avec une « aide aux porteurs de projets, doctorants et post-doctorants ». Il n’y a pas à dire, ça sonne bien quand on dit ça ! Reste à voir le résultat.

Et puis on va faire des « études d’opportunité de faisabilité » de nouveaux services, pour 10 000 €. Voyez comme c’est bien dit.

Et aussi une étude pour savoir s’il faut mettre en place une ORAC (opération de restructuration de l’artisanat et du commerce) : elle coûte cher celle-là : 50 000 euros. Wouah !

Et puis on va faire de la prévention pour lutter contre l’alcool, le tabac, la drogue, les souffrances psychiques, le mal-être, l’isolement, sensibiliser à la qualité de l’alimentation et renforcer les activités physiques (marche à pied, vélo, piscine). Pour 10 000 euros. Ca va pas loin. Et on peut se demander si c’est de la responsabilité du « Pays ».

Et quand on aura fait tout cela on pensera aux pauvres salariés licenciés, dont il faut soutenir la reconversion industrielle. En mars 2006 la Com’Com’   du Castelbriantais s’était engagée à 500 € par salarié. . Il paraît qu’en réalité cela a coûté moins de 300 € car cette action vient en complément de ce que fait la Région Pays de Loire. Bon ; Mais dans son budget 2009 le SMPC prévoit seulement 20 000 euros ce qui corespondrait à 70 salariés. Or, rien que chez RBL+FMGC on dépasse les 80 ! Sans compter tous les licenciements individuels ici ou là !

Enfin, détail rigolo, les 140 000 € de dépenses prévues pour les « actions de Pays » seront financés ainsi : 23 000 € par les 3 Com’Com’   et 117 000 € par le Contrat de Territoire (CTU) signé avec la Région Pays-de-Loire. Sauf que ce Contrat de Territoire Unique n’est ni signé ni même négocié. Le sera-t-il en juin ? C’est même pas sûr. Mais l’engagement des crédits est déjà fixé. C’est ce qui s’appelle « compter les œufs dans le cul de la poule ».

Viens poupoule, viens poupoule, viens ….


Ecrit le 8 avril 2009

 31 mars 2009 : Pays : vite fait, mal fait

La semaine du 30 mars au 4 avril a été riche en réunions institutionnelles :
– Pays de Châteaubriant   le 31 mars 14 h
– Conseil Municipal de Châteaubriant le même soir 18h15
– Com’Com’   du Castelbriantais le 1er avril à 18h15

Tout liquidé en une semaine : comme ça « on » en est débarrassé et la presse sera obligée de limiter ses commentaires.

Pour le Pays de Châteaubriant  , la réunion du 31 mars a été un peu plus animée que d’hab. Sauf qu’on y a pratiquement relu ce qu’on avait déjà lu huit jours avant. Le technicien, Michel Evain, qui, lorsqu’il est arrivé à Châteaubriant, expliquait les choses, a chopé le virus endémique : il lit les délib’ qu’il a préparées !

François Favry s’insurge : « nous avons eu le débat d’orientation budgétaire il y a une semaine seulement ! Il faut nous laisser le temps de réfléchir aux chiffres que vous nous avez donnés ». Mais non, mais non, monsieur Favry, c’est pas comme ça que ça fonctionne : « on donne des chiffres le 24 mars et on ressert la même soupe huit jours après. Et si vous n’êtes pas content …. ». . Bien sûr cela n’a pas été dit, mais cela était très fortement sous-entendu ! Avec ce complément : s’il y a des choses à discuter, c’est entre nous, en réunion de bureau et pour le reste je ne veux entendre qu’une voix !

François Favry a fait une observation sur les 5 actions (sur 15) où rien n’a été fait. Par exemple la structuration de la vie associative. Et alors c’est le secrétaire général de la Com’Com’   du Castelbriantais qui a répondu. « Ce n’est pas entre techniciens que le débat doit avoir lieu, mais entre élus » a répondu F.Favry. L’impudent ! Oser ainsi provoquer le Président qui, à son habitude, se tait, se tait, se tait !
Du coup le Président Alain Hunault a répondu « ces actions seront reportées dans un nouveau contrat avec la Région ». Sauf que le contrat précédent n’a été réalisé qu’à 64 % et que, de ce fait, des subventions ont été perdues. Ils ne seront pas reportés sur le contrat suivant.

Les 5 actions non faites :
– Structuration vie associative (21 000 €)
– Promotion économique (50 000 €),
– Signalétique touristique (50 000 €)
– Etude pour une piscine (30 000 €)
– Recherche site d’enfouissement des déchets (32 000 €)

François Favry et Yves Daniel ont vivement regretté que l’accompagnement de la vie associative n’ait été qu’ébauché.

Par ailleurs Yves Daniel a insisté sur le soutien à l’action Mobil’Actif (prêt de véhicules) et la prise en compte de cette action naissante . Il lui a été répondu que ce serait pris en charge par la Maison de l’Emploi sur la dotation Etat. Et s’il n’y a pas une dotation suffisante ??

 Démocrassie

A Châteaubriant la démocratie vire à la démocrassie.. Il est pourtant écrit que « Le second Contrat Territorial Unique, qui sera signé avec la Région Pays de Loire, sera préparé en concertation étroite des trois Communautés de Communes et de leurs Communes membres ». François Favry interroge : « Quelle concertation avons-nous eue ? A 8 ou 9, est-ce une concertation ? Nous n’avons eu le projet de budget qu’il y a huit jours, il serait plus logique de se concerter avant de fixer un budget. Cette concertation est-elle un vœu pieux ou un objectif à atteindre ? » . Yves Daniel a parlé d’une cohérence avec les orientations du Département. Ce sont des empêcheurs de tourner en rond !

Compte-rendus officiels : http://www.pays-chateaubriant.fr/chateaubriant/les_acteurs_du_pays/syndicat_mixte/comptes_rendus_du_comite_syndical_du_pays