Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Démocratie locale > Ville aux Roses ... et des épines

Ville aux Roses ... et des épines

Ecrit le 22 avril 2009

Lors de la réunion de quartier de mars 2009, une habitante a signalé que le quartier de la Ville aux Roses est sale et mal entretenu.

La Mée a mené l’enquête et voilà :

La Ville aux Roses ... et des épines

Suite à l’intervention d’une personne se plaignant du mauvais entretien du quartier de la Ville aux Roses, le directeur de l’Office HLM s’est fendu d’un communiqué disant qu’il y a une rénovation prévue. Quand ? Entre 2010 et 2013 … Ca laisse du temps ! Cela fera même plus de temps encore si ça traine, comme dans les HLM de la rue Anna de Noailles, jamais réhabilités depuis 1974 où les travaux sont annoncés depuis longtemps. Ils devaient commencer fin 2008 mais on les attend maintenant pour fin 2009, au plus tôt.

En attendant le dégel (des crédits), les habitants de la Ville aux Roses se plaignent ! « Nous avions obtenu la mise en place de trois agents de proximité. On nous a même prélevé 5 €/mois sur les loyers, pour un forfait-entretien. Ces agents devaient entretenir les halls d’immeubles, parfois les escaliers, et être à notre écoute. Mais le premier a été vite remercié. Le deuxième , intérimaire, n’a pas été renouvelé alors qu’il donnait beaucoup de lui-même au service des locataires. Une pétition en sa faveur avait même été envoyée à la Direction, qui a feint de ne pas comprendre. (peut-être gênait-il une personne en place ?)

JPEG - 34.1 ko
Nids de poules après la p

Aujourd’hui il ne reste plus qu’un agent de proximité, pas facile à joindre. C’est maintenant une société qui fait le nettoyage, sans que cela donne satisfaction : certaines fois le sol reste collant après son passage. D’autres fois les sols sont si mouillés qu’ils mettent du temps à sécher. De plus c’est glissant donc dangereux. La CSF a signalé cela à la direction des HLM Mais en vain. « Une fois nous avons dit qu’il restait des toiles d’araignée. On nous a répondu que ce n’était pas dans le contrat ». La propreté générale du quartier laisse à désirer, tout comme l’état des chaussées où l’on remarque, après la pluie, des nids de poule reflétant le bleu du ciel. C’est du joli !