Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Syndicat mixte du Pays de Châteaubriant - après 2003 > Déchets ménagers, SMPC, SMICTOM, SICTOM > SICTOM 2008 - rapport d’activité

SICTOM 2008 - rapport d’activité

Ecrit le 29 avril 2009

 Ordures ménagères : questions

Comme chaque année la Com’Com’   du Castelbriantais a présenté le bilan du SICTOM (collecte des déchets ménagers).

Tonnage ordures ménagères :

2005		7432 tonnes
2006		7402 tonnes
2007		7270 tonnes
2008		7118 tonnes 

Parallèlement la collecte sélective des emballages (bacs jaunes) progresse régulièrement :

2005		393 tonnes
2006		443 tonnes
2007		499 tonnes.
2008		535 tonnes 

Globalement le total en 2008 représente 7653 tonnes soit 236 kg/habitant/an - alors que la moyenne est 291 kg pour les territoires semi-ruraux au niveau national.C’est donc bien.

Fonctionnement :

Fonctionnement 2007 2008 Evolution
Dépenses 2 609 625 2 653 167 + 1,67 %
Recettes 2 995 688 3 381 790 + 12.89 %

Le total des dépenses a peu augmenté (1.67 %) malgré l’augmentation du carburant (+ 27 %) - et les remboursements à divers organismes (+ 34 %). Ce qui a diminué : les frais d’entretien du matériel roulant (- 41 %) et les frais de personnel ( - 1 %) . Cela pose question !

Le total des recettes a augmenté de presque 13 %, cela est dû notamment à la hausse de la redevance payée par les contribuables (+ 5 %) et à la hausse des dotations et participations. En revanche la redevance spéciale payée par certains clients, rapporte 3 % de moins qu’en 2007

Globalement le compte administratif « déchets ménagers » (fonctionnement + investissement) connaît un excédent.

 Refus de tri

Réglette tri séle

La qualité du tri est contrôlée, 18 fois par an, sur des échantillons d’au moins 35 kg provenant de la collecte des bacs jaunes. En 2007 les erreurs de tri étaient de 22 %. En 2008 elles sont toujours de 22 % alors que la moyenne en France est de 15 % environ. Il y aurait donc du travail à donner à des ambassadeurs du tri.

Les erreurs de tri sont des déchets que les habitants croient recyclables mais qui ne le sont pas :
– polystyrène de pots de yaourt,
– emballages de pâtisseries...
– papiers peints,
– mouchoirs en papier, essuie-tout...
– poêles, casseroles…
– Verres
– Sacs en plastique
– Couches culottes, etc.

Il y a même des gens qui croient pouvoir mettre dans les bacs jaunes des vêtements et des chaussures en bon état, croyant que cela va être récupéré à l’arrivée !
S’il est vrai qu’il ne faut laver les déchets qu’on met dans les poubelles jaunes, il est nécessaire cependant de respecter certaines règles : ne pas mettre des boites de conserve non vides, ni des bouteilles d’huile et encore moins des bidons d’huile pour la voiture. Eviter absolument tous les produits qui polluent la benne de ramassage et risquent d’empêcher le recyclage de son contenu.

 Ambassadeurs

Avec des refus de tri à hauteur de 22 % depuis deux ans : il y a de l’information à faire. La Com’Com’   pourrait embaucher des ambassadeurs du tri, sachant que Eco-Emballages et la Région Pays de Loire en financeraient une partie ! En 2008, Eco-emballages assurait même leur formation.

Car chaque tonne de « refus de tri » coûte cher car elle est traitée deux fois : d’une part elle passe sur la chaîne de tri, et d’autre part elle doit être évacuée comme déchet ménager. C’est de l’argent jeté par les fenêtres : environ 30 000 euros par an. Mais on se demande si les responsables du service s’inquiètent bien de cette question … qui n’est pas tape à l’œil !

 Compostage

Un autre moyen de réduire le coût des ordures ménagères : réduire le volume grâce au compostage individuel. Des syndicats voisins (Bain de Bretagne par exemple) ont offert des composteurs à des prix très intéressants : cela permet de réduire de 20 à 30 % la quantité des déchets et notamment les déchets verts.

 Voyage

Nos ordures voyagent : elles s’en vont à Changé en Mayenne … au prix où est le carburant ! Le Syndicat Mixte se refuse à faire une étude pouvant aboutir à la création d’un centre d’enfouissement technique à proximité. Cela viendra sûrement un jour mais les élus traînent les pieds !

De même qu’ils traînent les pieds sur le choix de facturation : nous avons actuellement la Taxe TEOM - il faudra arriver un jour à la Redevance REOM : redevance pour l’élimination des ordures ménagères, comme à Derval, parce que cela incite davantage au tri.

Mais à une condition : que la pression soit mise sur les industriels et les commerces pour réduire les déchets à la source (et notamment les emballages superflus) sinon c’est encore sur les plus pauvres que l’effort est rejeté.

 Chaudière-bois

On nous rebat les oreilles avec la future chaudière-bois de la Ville aux Roses, où le dossier n’avance guère. Il y aurait dès maintenant du travail à faire pour récupérer le bois dans le tout-venant des déchetteries : palettes, meubles. Une benne réservée au bois sera un premier pas. La récupération pourrait être confiée à des structures d’insertion.

Bien sûr il faudrait arriver à mettre en place une éco-recyclerie comme à Bain de Bretagne. Il y en a une en projet sur le territoire de Nozay. Mais là encore, ça traîne sur le territoire du Castelbriantais.

Deux ou une ?

Une réflexion est à mener sur le nombre de collectes à faire à Châteaubriant. Deux par semaine, comme maintenant ? C’est justifié dans l’hyper-centre. Mais ne pourrait-on réduire à une seule, en zone pavillonnaire, surtout si des composteurs sont mis en place ? Cela éviterait de voir, comme maintenant, des poubelles à moitié vides. Or le ramassage d’une poubelle coûte, en temps, et en frais d’essence. Mettre des poubelles pleines c’est faire des économies.

 Déchets EEE

Les déchets EEE sont les déchets d’Equipements Electriques et Electroniques. Il existe des entreprises capables de les collecter et de les traiter (Eco-systèmes par exemple) mais il faudrait pour cela que la Com’Com’   s’engage à bien collecter et à stocker ces matérels à l’abri des intempéries en attendant qu’ils soient démantelés et traités selon leur nature. On n’en est pas encore là !

Et c’est bien dommage. D’une part parce qu’il existe des appareils facilement récupérables. Les connaisseurs savent qu’il y en déchetterie des micro-ordinateurs qui fonctionnent très bien, qui pourraient être équipés de logiciels libres et donnés à des familles.

Actuellement les DEEE sont récupérés en vrac dans des bennes et la Com’Com’   paie pour les faire enlever alors qu’Eco-systèmes pourrait les collecter quasi gratuitement et les traiter elle-même.

 Personnel

Enfin il y a nécessité de mieux prendre soin du personnel de collecte des déchets. Il n’est pas normal que certains arrivent à bosser 12 voire 15 heures par jour certaines fois. Il n’est pas normal qu’ils ne bénéficient pas de prime de panier. On en arrive à un degré de fatigue qui accroît les tensions entre ces salariés. Ce n’est jamais bon pour personne !

Le mois de mai, en particulier, va être très pénible pour le personnel des collectes. En effet le 1er mai (et le 8 mai) sont fériés. Les collectes de Châteaubriant, Soudan, Villepôt, St Julien et d’autres, ne seront pas faites. Les lundi-mardi suivants, les équipes devront donc faire la tournée normale, et récupérer la tournée pas faite ! Sans compter que les périodes de fête génèrent plus de déchets que les autres, car on invite les amis, on fait des réunions de famille.

Toutes ces questions mériteraient d’être discutées au sein de la Com’Com’   du Castelbriantais. A propos, pourquoi donc n’y a-t-il pas eu une seule réunion du Comité consultatif SICTOM, en un an ? Y aurait-il des chasses gardées ?

 Détails

A part ça, le rapport 2008 sur le service « Déchets ménagers » de la Com’Com’   du Castelbriantais fait 11 feuilles (18 pages) : Waouh ! C’est qu’il y a plein d’infos ? Même pas ! C’est juste que c’est écrit TRES gros ! Une page moyenne compte 85 mots ! A titre de comparaison cette page de la Mée fait 1040 mots (en dehors des dessins et photos).

En 2007 le même rapport faisait 6 feuilles (11 pages). Ecrit plus petit, il donnait davantage d’infos. Renseignements pris auprès de la Com’Com’   : le document qui a été remis à la presse est la reproduction du montage diapos passé aux élus. Cela veut dire que les élus n’ont pas eu beaucoup d’infos et surtout pas d’éléments de comparaison avec les années précédentes.

 Six fois plus

Il y a pourtant des questions à se poser. Par exemple, le rapport 2007 signalait que la Com’ Com’ du Castelbriantais collectait, en tri sélectif : 16,1 kg par habitant et par an…. Et puis, tout à coup, le rapport 2008 dit : « les résultats annuels concernant le tri sélectif font état d’une collecte de 103 kg/hab » …. Merveille ! Sommes-nous passés de 16 à 103 ??

Question a été posée au chef de service, M. Dusautois qui explique … qu’il ne peut expliquer ce chiffre. « Nous envoyons tout à Eco-Emballage et c’est eux qui font les calculs ». Ah bon ! Mais ils font les calculs à partir des chiffres qu’on leur envoie, donc il y aurait moyen de contrôler…. Mais non, on n’peut point !

De même, nos calculs donnent 236 kg de déchets ménagers par habitant et par an. La Com’Com’   dit 232. Pourquoi cette différence ? Question a été posée au chef de service, M. Dusautois qui explique … qu’il ne peut expliquer ce chiffre. « Nous envoyons tout à Eco-Emballage et c’est eux qui font les calculs ». Encore ?

 

B.Poiraud

 


Lu dans Planète-terre du 15 avril 2009

 Emballages

Plus besoin d’encombrer son frigo. Dans les supermarchés Tesco, en Angleterre, en bout de caisse, les habitants de Guildford et d’Ilminster peuvent, depuis le 1er avril, se débarrasser des emballages qu’ils jugent inutiles. Période d’essai : six semaines. L’initiative   est lancée par Tesco pour évaluer de quels emballages les clients sont prêts à se passer. Les cartons de dentifrice ou les plastiques qui entourent les fruits et légumes risquent très certainement de finir dans la benne à recycler. Tesco mène de front 3500 projets de recyclage et de réduction d’emballage. Son but ? Réduire de 25% les emballages de ses propres produits mais aussi des produits des autres d’ici à la fin 2010.

Mais comme dit Denis Prod’homme : « Nous avons parlé de cela en comité consultatif environnement, à la Com’Com’   du Castelbriantais, on nous a dit que ce n’est pas aux élus de s’en occuper ! Nous, nous en parlons, mais d’autres le font ! ».