Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Chômage, emploi > maison de l’emploi > Maison de l’emploi - AG avril 2009

Maison de l’emploi - AG avril 2009

Ecrit le 6 mai 2009

 Bilan 2008 et interrogations

Pôle Emp
à Châteaubriant

La Maison de l’Emploi de Châteaubriant a tenu son assemblée générale le 22 avril 2009. Comme la dernière fois la presse n’était pas invitée mais … s’y est rendue quand même !

Le bilan d’activités a montré que la Maison de l’Emploi (MDE  ) travaille avec une vingtaine de partenaires (presque tous représentés autour de la table de réunion), pour « plus d’emploi, plus de création d’entreprise, pour une baisse du chômage ». Son action se déploie sur trois axes :
– Observation, anticipation et adaptation aux besoins du territoire
– Accès et retour à l’emploi
– Développement de l’emploi et création reprise d’entreprise

 Observatoire

En ce qui concerne l’observatoire, la Maison de l’Emploi reprend, purement et simplement, le travail (et la salariée !) du Conseil de Développement. Donc rien de nouveau. Sur le site de la MDE   on trouve en particulier le diagnostic territorial de 2007 et 2008 et le BMO 2007 (mais pas ceux de 2008 et 2009).

Source : http://www.mde-paysdechateaubriant.fr/

 Accès et retour à l’emploi

A ce sujet le rapport d’activité est étonnant car il indique pour Châteaubriant : :
– Plus de 25.000 accueils (MDE  , ASSEDIC, PROJET EMPLOI , CNAM …)
– 329 entretiens conseil dont 29% pour des salariés
– 3660 accès au Cyberbase Emploi (dont 176 participants aux ateliers)
– 5883 accompagnements vers les outils ASSEDIC
– 98 offres d’emploi réceptionnées, soit 879 postes
– 4793 utilisation espaces documentaires, prise de rendez-vous partenaires.

En somme c’est la politique des bâtons : un visiteur, un bâton, on compte les bâtons ! C’est original. Reste à savoir si c’est important !

Quatre films ont été réalisés grâce à Pulceo : salarié agricole, fonderie, soudeuse, travailleur handicapé.

Plus important : des actions de diversification des choix professionnels féminins ont été réalisées à Nozay et Derval (pour combien de personnes ?)

Des FORMATIONS adaptées aux besoins de l’entreprise ont été mises en place pour les ABRFI : 13 personnes formées en soudure , et KUHN-Huard : 12 personnes formées en montage-assemblage et soudure. Là on a un résultat : 25 chercheurs d’emploi formés = 22 personnes employées dont 11 femmes

Des forums ont été organisés : forum des métiers, jobs d’été, emplois saisonniers. Le nombre de personnes embauchées n’a pas été donné. Les résultats de la MDE   en matière d’accès et retour à l’emploi sont flous flous flous !

 Création-reprise d’entreprise

200 jeunes ont été sensibilisés à la création d’entreprise, dans 5 lycées castelbriantais. Par ailleurs la Maison de l’Emploi se réjouit : augmentation de + 20% du nombre de prêts accordés par Pays-de-Châteaubriant-Initiative   (PCI  ). On a nettement l’impression que la Maison de l’Emploi récupère le travail de PCI   !

 Finances

La MDE   a connu un exercice excédentaire de 2711 €. En ce qui concerne le financement ultérieur, la dotation d’Etat est assurée jusqu’en juin 2010. Après ? C’est le flou ! La MDE   cherche donc à prouver son utilité et à récupérer ainsi les moyens de fonctionner. C’est pourquoi elle a « piqué » le Comité de Bassin d’Emploi et l’Observatoire Economique au Conseil de Développement. C’est pourquoi, aussi, elle tente de récupérer l’activité « Look et bien-être » en éliminant les associations co-organisatrices.

Françoise Gentil, Conseillère Régionale, a demandé quelles sont les sources de financement actuelles. Sa question a provoqué un profond silence et … on est passé à autre chose. La question était-elle gênante ?

 Questions diverses

Le Conseil Général est partenaire actif dans de nombreuses maisons de l’emploi, en France. Mais à Châteaubriant la MDE   refuse ! Gilles Philippot a pourtant réclamé à nouveau la signature d’une convention entre la MDE   et le Conseil Général, celui-ci souhaitant être considéré comme partenaire actif. Il a demandé aussi de clarifier le rôle des partenaires associés.
Demande sans réponse !

Jean-Charles Hernot, pour Mobil’Actif, a signalé qu’il y a eu 3000 journées de location de véhicules au cours de l’année 2008. « aussi bien que des structures plus anciennes ». Il a annoncé une présence renforcée sur Châteaubriant, des permanences sur Derval, et l’ouverture éventuelle d’un garage-dépannage social.

A noter enfin la réalisation, par la MDE  , d’un répertoire des offres de formation sur le Pays, avec les adresses, le contact, le financement. Intéressant ! Mais il est paru le 22 avril et … n’est déjà plus à jour !

 

BP  

 


Quel avenir ?

« Alors que l’économie française et donc l’emploi sont gravement affectés par l’actuelle crise mondiale, il convient de pérenniser les maisons de l’emploi qui ont démontré la cohérence et l’efficacité de leur action. Ce signal fort qui doit être envoyé à tous les dirigeants et partenaires pleinement investis dans la mise en œuvre des objectifs de leur maison, doit néanmoins s’accompagner d’une politique plus directive et plus ferme » : c’est ce qu’affirme le rapport de Mme Marie-Christine Dalloz enregistré à l’Assemblée Nationale le 11 mars 2009.

Mme Dalloz propose notamment la fusion des Maisons de l’Emploi et des Missions Locales et subordonne le versement de subventions à la réalisation de cet objectif. Mais rien n’est décidé à ce sujet.

Pour Jean-Claude Mathis (UMP), « Quand les maisons de l’emploi ont été lancées, Pôle emploi n’existait pas et on peut penser que, demain, le Gouvernement lui donnera la priorité. Or, si cela devait entraîner un désengagement financier de l’État dans les maisons de l’emploi, les collectivités locales seraient obligées de mettre la main à la poche, alors que la situation financière de notre pays ne leur permet pas de tout faire. Il serait donc prudent que les élus ne considèrent pas que les maisons de l’emploi, qu’ils ont contribué à créer, sont leur propriété »

Pour Francis Vercamer (Nouveau Centre), les maisons de l’emploi obéissent à trois logiques : « une logique de territorialité, car elles rassemblent les différents acteurs concernés par la politique de l’emploi d’un territoire donné ; une logique de proximité, les maisons de l’emploi devant apporter des réponses concrètes aux problèmes rencontrés sur le terrain ; enfin une logique de réactivité : les maisons de l’emploi ont pour vocation de réagir rapidement aux baisses d’activité constatées sur leur territoire et la crise qui s’installe va constituer, pour elles, une sorte de test grandeur nature ».

Ce sont là des éléments de réflexion …...


Un jour, un jeune, un chef d’entreprise