Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Personnes en difficulté > Le RSA pour quelques jeunes

Le RSA pour quelques jeunes

Ecrit le 7 octobre 2009

 Le RSA   et le bizutage

Nicolas Sarkozy a annoncé le 29 septembre lors d’un discours sur la jeunesse à Avignon sa décision d’étendre le bénéfice du Revenu de Solidarité Active aux jeunes de 18 à 25 ans ayant au préalable travaillé deux ans à temps plein sur les trois dernières années. (1)

Il a également précisé qu’en 2010 une enveloppe budgétaire de 250 millions d’euros serait prévue pour financer cette extension du RSA   aux jeunes.

Karima Delli, députée « Europe écologie » au Parlement Européen, commente :

« 250 millions ? Des cacahuètes comparées aux 2,4 milliards donnés aux restaurateurs selon une bonne vieille pratique de clientélisme électoral. Des miettes comparées aux 15 milliards du paquet fiscal concocté par la majorité et qui favorise les foyers français les plus aisés ! »

 Près d’un pauvre sur deux a moins de 25 ans

 
« Avec 160.000 bénéficiaires annoncés, ce RSA  -jeune exclut énormément de jeunes galériens : 98% des 6,5 millions de 18-25 ans Resteront Sans Argent, alors qu’ils sont de plus en plus nombreux à commencer leur vie active par un chômage subi. Le Président n’a donc pas retenu la proposition initiale du Haut Commissaire aux Solidarités actives et à la jeunesse, Martin Hirsch, qui suggérait d’étendre le RSA   à tous dès 18 ans.

Alors que dans la plupart des pays européens, les minima sociaux sont accessibles dès l’âge de la majorité, le gouvernement a fait le choix de continuer le « bizutage social » de la jeunesse au nom du vieux fantasme de la prétendue oisiveté des jeunes.

Alors qu’en France près d’un pauvre sur deux a moins de 25 ans, le gouvernement ne répond à la misère des 18-25 ans que par de la poudre aux yeux.

Plutôt qu’une mesure au rabais pour les jeunes, proposons le revenu universel pour tous ! »

 

 

(communiqué)

 

(1) voir aussi l’enquête de l’APEC sur le chômage des jeunes diplômés :

Yzonkabosser

La dernière enquête de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) sur la situation professionnelle des jeunes diplômés (promotion 2008) dresse un tableau plutôt sombre d’une cohorte qui s’est trouvée sur le marché du travail au début de la crise économique. Rendue publique vendredi 2 octobre, l’étude a été réalisée entre avril et mai 2009 auprès de 4 040 jeunes de niveau bac + 4.

Huit mois après leur sortie du système éducatif, seuls 68 % occupaient un poste contre 82 %, un an auparavant. Une tendance liée à l’effondrement du volume d’offres publiées par l’APEC et ouvertes aux débutants : entre janvier et août 2009, elles ont chuté de 38 %.

La rentrée 2009 ne s’est pas présentée sous de meilleurs auspices, puisque le nombre d’offres s’est établi à 5 000 en septembre contre 7 220 en 2008. Selon l’APEC, on peut craindre que les effets de la crise se fassent encore plus durement sentir pour la promotion qui arrive sur le marché du travail.

Alors pas d’boulot, pas de RSA   ! Na !


Note du 1er octobre 2009

 RSA  -Jeunes

Nicolas Sarkozy a confirmé, mardi 29 septembre, à l’occasion d’un discours à Avignon, que le Revenu de solidarité active (RSA  ) sera étendu aux jeunes de moins de 25 ans ayant travaillé au moins deux ans.

Actuellement ouvert aux seules personnes de moins de 25 ans ayant des enfants, le revenu de solidarité active (RSA  ) sera étendu aux jeunes sans charge de famille. à la condition qu’ils puissent justifier de deux ans de travail dans les trois dernières années.

Un dixième mois de bourse sera accordé aux étudiants dont le cursus s’étale de septembre à juin.

Le statut des apprentis sera revalorisé en le rapprochant de celui des étudiants et l’apprentissage en fin de cursus universitaire sera développé.

Il est également prévu la création d’un service de l’orientation doté d’une plateforme téléphonique et d’un site internet.

Concernant les jeunes déscolarisés (« les décrocheurs »), un droit à la formation pour les 16-18 ans sera institué et le dispositif des contrats d’insertion dans la vie sociale (Civis) sera renforcé.

Inspirées du Livre vert publié par le haut-commissaire à la jeunesse, M. Martin Hirsch, ces mesures complètent celles annoncées en avril (aide à l’embauche en contrat de professionnalisation, prime à l’embauche de stagiaires en CDI, etc.).

Pour la plupart des syndicats étudiants et des partis politiques d’opposition, ce plan ne comporte que des aménagements et des annonces d’expérimentation peu à même de répondre aux difficultés d’insertion professionnelle des jeunes.

Pour des détails supplémentaires,cliquez ici