Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Condition ouvrière et/ou salariale > Force ouvrière en congrès

Force ouvrière en congrès

Ecrit le 17 février 2010

Force ouvr

Le syndicat Force Ouvrière a réuni ses adhérents le 5 février à Châteaubriant autour de Franck Allain (secrétaire local), Thierry Martin (secrétaire de l’Union Départementale) et Patrick Hébert (secrétaire général). Pour eux : « Châteaubriant n’échappe pas à la crise, elle est sans doute moins visible qu’ailleurs mais aussi plus violente » : crise de la métallurgie, crise de l’intérim.

La situation des villes proches rejaillit également sur Châteaubriant.

 Manitou, STX et la FMGC

A Ancenis, le spécialiste des chariots tout terrain, Manitou, a publié un chiffre d’affaires de 684 millions d’euros au titre de l’exercice 2009, en baisse de 54% par rapport à l’année précédente. « Nous faisions 20 000 chariots par an, nous n’en avons fait que 4500 en 2009 ». L’année 2010 sera mauvaise aussi.

La mauvaise santé de Manitou a des retombées sur la FMGC. « Nous produisions 72 000 t de contrepoids, ce chiffre est tombé à 45-46 000 t en 2009. Actuellement tous les vendredis sont chômés, indemnisés à 34 % ». L’entreprise voisine, Euromécanique, a placé des ouvriers à la FMGC, pour les garder « au chaud » c’est à-dire pour ne pas perdre les usineurs qualifiés dont elle aura besoin lorsque la reprise sera là.

A St Nazaire, depuis plusieurs mois, les salariés subissent le chômage partiel. Pour les mois de Mars, Avril et Mai 2010, la Direction vient d’annoncer 480.000 heures de chômage, touchant plus de 50% des salariés. Certains secteurs vont fermer totalement pendant ces 3 mois (ateliers de fabrication de la coque métallique, bureau d’étude coque), s’ajoutant au plan de 351 départs volontaires décidé par la Direction. Ceci aura des retombées directes sur les salariés de la région castelbriantaise qui travaillent à St Nazaire.

Les responsables de Force Ouvrière multiplient les entretiens avec les responsables politiques régionaux et demandent à être reçus par le premier ministre. Face à la situation très délicate que traverse actuellement STX France, qui manque cruellement de commandes, FO réclame que l’entreprise soit nationalisée. « L’Etat est actionnaire à 33,34 %, Alstom à 16.65 %, STX (Corée) possède le reste. L’Etat est intervenu pour sauver les banques et l’automobile, il peut bien intervenir sur les chantiers navals pour sauver l’emploi et les compétences » et de citer l’entreprise italienne Fincantieri, détenue à 100% par l’Etat italien « Or cette entreprise, a un carnet de commandes bien mieux rempli que celui de Saint-Nazaire, et construit des navires civils et des navires militaires. Avec cette double caractéristique, l’Etat italien a conservé les moyens de protéger et aider, y compris financièrement, son industrie navale » .

En ce qui concerne le statut d’auto-entrepreneur, Force Ouvrière considère que « c’est un retour à la pratique des tâcherons, une façon de briser la solidarité ouvrière. Et, de plus, le taux d’échec est important ».

Quant aux attaques répétées sur les fonctionnaires, FO y voit la volonté de remettre en cause leur statut, et leur indépendance par rapport aux Pouvoirs Politiques

 Retraites

La question des retraites inquiète aussi Force Ouvrière qui ne veut pas se laisser aller à l’alarmisme ambiant : « En 1945, au sortir de la guerre, alors que le pays était exsangue, comment a-t-il été possible de créer la Sécu et les retraites, alors que ce ne serait pas possible en 2010 ? Le volume des richesses créées a été important depuis 60 ans. Nous refusons de rentrer dans la logique du gouvernement. La question des retraites est une simple question de répartition des richesses ».


Actuellement le gouvernement pousse à l’emploi des seniors. La loi prévoit que les entreprises d’au moins 50 salariés qui ne sont pas couvertes par un accord entre l’entreprise et les syndicats ou un plan d’action relatif à l’emploi des salariés âgés, s’acquittent d’une pénalité s’élevant à 1 % de leur masse salariale à compter du 1er janvier 2010. « Nous nous demandons la mise en place de dispositifs de pré retraite partout, avec remplacements 1 pour 1 ». FO manifeste aussi son hostilité aux propositions de « comptes notionnels » : « S’il était en vigueur actuellement, ce mécanisme conduirait à réduire le montant des pensions de 4.5 % en 2009 et de 40 % en 5 ans »

Quelles actions ?

Pour faire aboutir ces revendications, FO est prête à une première journée de grève de 24 h. « Mais pas des journées à répétition. Il faut créer un rapport de forces, bloquer le pays ».

Contact : Force Ouvrière
5 Place Charles de Gaulle
à Châteaubriant - 02 40 28 14 52