Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Usines : un peu, beaucoup ... pas du tout ?

Usines : un peu, beaucoup ... pas du tout ?

Ecrit le 24 février 2010

L’INSEE vient de publier un document sur les créations d’entreprises effectuées aux mois de novembre 2009, décembre 2009 et janvier 2010, montrant une forte hausse (+89,3 %) par rapport aux mêmes mois un an auparavant

Explication
Total des créations 50 809 55 634 51 362
Auto-entrepreneurs 28 615 28 413 31605
Autres entreprises 22 194 27 221 19 757

C’est net, c’est le système des auto-entrepreneurs qui a « boosté » les créations d’emploi (voir tableau, ligne 2). Les autres sont en baisse en janvier.

Un auto-entrepreneur de plus, cela ne fait pas un chômeur de moins. Et on ne sait pas grand chose sur leur activité réelle et le chiffre d’affaire que ces auto-entrepreneurs réalisent. Selon le ministère du travail : les 147 000 auto-entrepreneurs inscrits au cours du 1er semestre 2009 ont généré 499 millions d’euros de CA entre janvier et octobre 2009 - ce qui fait 3990 €uros par an, soit 283 €/mois. La fortune !

 Région de Châteaubriant

Dessin de Moonb
contact : 06 87 32 77 47

En ce qui concerne la région de Châteaubriant, il est difficile d’avoir des chiffres précis. En particulier l’URSSAF ne communique pas le nombre d’auto-entrepreneurs ! La situation présentée ci-après est donc forcément trop partielle.

L’association PCI   (Pays de Châteaubriant   Initiative  ) est un appui important pour la création d’entreprises. En 2009, elle a accordé des prêts, sur notre territoire, à 32 entrepreneurs (au lieu de 48 en 2008).

Toujours sur le territoire du Pays de Châteaubriant   il y a eu, dans le domaine des commerces et services :
– En 2008 : 113 créations (118 emplois) et 118 radiations

– En 2009 : 128 créations (95 emplois) et 93 radiations

Ainsi, en 2008, une entreprise créait un emploi de salarié. En 2009 une entreprise créait 0.75 salarié.

Pour l’artisanat, il y a eu 91 créations ou reprises en 2008 et seulement 73 en 2009. Mais on ne sait pas le nombre de radiations ! Et pour celles qu’on connaît, on ne sait pas le nombre d’emplois supprimés. Le registre du commerce et des services n’est pas à jour

Sur le territoire de la Com’Com’   du Castelbriantais, il y a un espoir d’implantation sur la zone de la Bergerie. Les bâtiments de l’ex-usine UFM à Châteaubriant peuvent accueillir trois entreprises. Une seule est actuellement implantée : Corbin-et-fils. L’imprimerie Planchenault a signé un bail précaire de 23 mois. Le temps de voir venir (a)(b).

Globalement le suivi économique dans la Com’Com’   du Castelbriantais est plutôt dans le flou. Un jour on nous promet des « ateliers blancs » (c’était en décembre 2005. Comme le temps passe ! En quatre ans il y en a eu ...un) - Un autre jour on nous promet trois zones d’activités intercommunales à vocation artisanale dans les chefs lieux de canton. Cela fait un an et …on ne sait rien de plus.

 Sur Derval et Nozay

Sur la Com’Com’   de Derval, quatre implantations ont été annoncées en 2009 :
– Implantation de DLE, filiale d’Eiffage. Permis de construire délivré à la SAS EFFI le 25 janvier 2010, pour une base logistique comprenant bureaux, ateliers et une plateforme de stockage.
– Implantation de Brétéché SAS, permis en cours d’instruction, pour une activité de stockage de carburant avec construction de magasins et de bureaux.
– Un permis de construire, en cours d’instruction, a été déposé par la société EURIVIM, pour l’implantation d’ateliers relais.
– Dépôt de permis en cours par la société FASHEA IMMO pour implanter une activité d’achat et vente de matériel roulant avec construction de bureaux et d’une plateforme de stockage.

Dans la Com’Com’   de Nozay, trois nouvelles entreprises se sont installées en 2009 sur la zone de l’Oseraye à Puceul :

– Deux au sein de l’hôtel d’entreprises, à compter du 1er août 2009 :
– CFC « Chauffage Froid et Climatisation » . Activité : production de froid, climatisation, géothermie, plomberie et électricité.
– PROTHEA. Activité : conception, fabrication et commercialisation de matériels de géothermie.

– et une au sein de l’atelier-relais, arrivée depuis le 1er mai 2009 : WEST MODULAIRE. Activité : production de locaux modulaires.

La société ELVEO (plomberie-chauffage) s’installe sur la zone de l’Oseraye - Une entreprise de découpe de porc s’installe sur la zone de la Boulardière.

Ces infos sont données par les Com’Com’   mais il manque toujours le nombre de salariés. C’est pas important les salariés ?

 Artisans

La Com’Com’   de Nozay a aussi deux zones artisanales :
– celle du Chatelet à Nozay va être remplie très rapidement : six lots sur sept sont retenus.
– celle de « La Croix Blanche » à Abbaretz : les travaux vont commencer le 15 mars. Déjà quatre artisans se sont manifestés.

 Diagnostic territorial

Selon le diagnostic territorial, figurant dans la rubrique « Observatoire » du site internet de la Maison de l’Emploi de Châteaubriant, on voit que 253 salariés ont connu un licenciement économique sur le Pays de Châteaubriant   entre janvier et septembre 2009 contre 68 entre janvier et septembre 2008, soit un nombre de licenciements économiques multiplié par 3 en un an.

Les licenciements collectifs concernent l’industrie (IAA et métallurgie) tandis que les licenciements individuels sont majoritairement dans le secteur de la construction.

Avec 5 393 missions Intérim entre janvier et juin 2009, le territoire enregistre une baisse de 25 % par rapport au premier semestre 2008.

Sur la même période, le nombre d’équivalents temps plein a lui diminué de 32 %, passant de 266 à 180 ETP.

 Déshydratation du fourrage

L’association Quali’fourrages a tenu son assemblée générale le 22 décembre 2009 à Treffieux, et a entendu les premiers résultats de l’étude de faisabilité menée avec l’appui de l’Ecole Supérieure d’Agriculture d’Angers (ESA), dans le cadre du Pôle Technologique de l’Environnement du Pays de Châteaubriant  . Il est question d’une unité industrielle de déshydratation des fourrages, pour permettre aux éleveurs de produire avec moins d’intrants (herbe de qualité), de développer l’autonomie en protéines (moins de soja importé), et de dégager de la valeur ajoutée en améliorant le potentiel fourrager des exploitations d’élevage.

Des unités de ce genre fonctionnent déjà à Changé (540 agriculteurs sur un rayon de moins de 20 km produisent 18 000 tonnes de fourrages déshydratés) et à Domagné (700 adhérents sur un rayon de moins de 30 km, produisent 37 000 tonnes de fourrages séchés).

Dans la région de Châteaubriant seuls 96 agriculteurs se sont déclarés intéressés. Mais c’est loin de suffire ! Contact : Christophe Grandière, Président de Quali’fourrages, 06 69 52 69 76

Par ailleurs le projet d’unité de méthanisation VAL’DIS à Issé semble insuffisant pour répondre aux besoins, une partie de la chaleur produite allant être réutilisée en cogénération par l’entreprise SARIA.

Derval : la réussite du Champ Jubin

Présentation de Quali’fourrages à la Com’Com’ de Nozay


NOTES:

(a). L’artisan « France Pare brise » a quitté les lieux pour s’installer un peu plus loin avec Lav-Auto.

(b) L’imprimerie Rondeau, située Rue Gutenberg à Châteaubriant a fermé depuis le 23 décembre 2009. Les 5 salariés étaient déjà en congé maladie pour harcèlement moral ...

Lu dans « Graffiligne » : Imprimerie de labeur feuille de 5 salariés, 2667e entreprise de la branche selon le GraphoRama 2008, l’imprimerie Rondeau a été placée en liquidation judiciaire à la fin du mois de décembre dernier.

Son rideau est depuis lors définitivement baissé.

Fondée à la fin du XIXe siècle, cette entreprise aura traversé les différentes guerres et soubressauts économiques avant de définitivement caler sur la crise actuelle.

Très représentative des PME familiales du secteur de l’imprimerie, implantée en centre ville, cette entreprise aura également su s’adapter aux différentes évolutions technologiques, de la typographie à l’offset, du caractère en plomb à la PAO, mais pas eu la capacitéde franchir le cap de l’évolution vers des services globaux, notamment dans le domaine de la relation clients et du web to print.

Pas plus grosse qu’une autre imprimerie, pas moins représentative qu’une autre, l’imprimerie Rondeau était l’achétype de l’imprimerie traditionnelle française, l’image d’Epinal de la filière.

Une image qui n’est plus.

Source : http://www.graphiline.com/article/12801/L-imprimerie-Rondeau-%2844%29-liquidee