Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Emploi, zone de Châteaubriant > 2010 > Emploi - zone de Châteaubriant- janvier-février 2010

Emploi - zone de Châteaubriant- janvier-février 2010

Ecrit le 10 mars 2010

 Emploi : deuxième !

Les chiffres de l’emploi pour la zone d’emploi de Châteaubriant pour janvier 2010 sont parus début mars

Sur les 16 zones d’emploi des Pays de Loire, Châteaubriant connaît une hausse du chômage de 28,2 % en catégorie A, (en un an) derrière St Nazaire qui est à 30.3 %

Em

La dégradation, sur la zone de Châteaubriant, est très nette
+ 270 chômeurs en catégorie A et
+ 91 en catégorie A,B,C

 Evolution en un an (janv 2010 / janv 2009)

Evolution en un an
Zone Catégorie A Catégories ABC
France + 16,1 % + 16,4 %
Pays de Loire + 18,1 % + 18,7 %
Zone de Chbt + 28,2 % + 23,2 %

 Chiffres-emploi février 2010

Voici les chiffres concernant les demandeurs d’emploi, en fin de mois de février 2010 (DEFM)

Chômage février
Zone d’emploi de Châteaubriant

On voit ainsi que l’évolution du chômage est très forte dans la zone de Châteaubriant
- Châteaubriant est ainsi 1er sur 16 pour la catégorie A
- et 2e sur 16 pour l’ensemble des catégories ABC
par exemple (catégories ABC) :

Nantes			+ 15,9 % en un an
		St Nazaire			+ 22,8 % en un an
		Châteaubriant 	+ 21,6 % en un an

Ecrit le 31 mars 2010

 Diagnostic emploi de la zone de Châteaubriant

Dignostic

Le dernier diagnostic territorial de la zone d’emploi de Châteaubriant (1) a été fait entre juin et novembre 2009 avec un objectif : analyser les incidences de la crise économique sur le territoire. Ce travail a été fait par une équipe locale : Maison de l’Emploi, Chambre d’Agriculture, Mission Locale, Pôle Emploi et d’autres structures. (2)

Il en ressort les éléments suivants :

Sur la zone d’emploi de Châteaubriant, on compte 92 017 habitants, en progression de 1.4 % par an depuis 1999. Ceci est évidemment une moyenne car la commune de Châteaubriant croît, elle, beaucoup moins vite.

Sur la zone d’emploi de Châteaubriant on compte 28 898 emplois, dont 80 % de salariés. La progression est de 1.2 % par an … donc moins rapide que la progression de la population. Ceci explique en partie la progression du chômage.

1868 entreprises existent sur ce territoire dont 85 % ont moins de 10 salariés. On comptait

2332 chômeurs en sept 2008
	3423 chômeurs en sept 2009
	3838 en janvier 2010 
		Forte augmentation !

 Structure des emplois

L’agriculture a un poids important dans la zone d’emploi de Châteaubriant. Inversement les services sont moins représentés que dans le département (malgré leur progression)

Zone de Châteaubr

 Menaces multipliées par 5

Entre 2000 et 2007 la zone d’emploi de Châteaubriant a connu une progression des emplois, surtout dans l’intérim. Depuis septembre 2008 les effectifs de l’intérim ont considérablement diminué et le nombre de licenciements économiques a été multiplié par 5 .

Nombre d’emplois perdus ou menacés :

143 en 2008
	607 en 2009

Par exemple, le secteur mécanique-métallurgie a connu 23 salariés licenciés ou menacés en 2008 et 197 en 2009.

 Jeunes et vieux

Entre septembre 2008 et septembre 2009, le taux de chômage des jeunes a augmenté de 25 % sur la zone d’emploi de Châteaubriant (et même de 84 % pour les jeunes hommes et de 31 % pour les jeunes femmes). Naguère les jeunes trouvaient à s’embaucher dans le secteur de l’intérim. Mais celui-ci a chuté. « De ce fait il y a moitié moins de jeunes mineurs à quitter prématurément le système scolaire »

 Groupes de métiers

Agriculture :
Selon les résultats du diagnostic, l’agriculture est peu touchée par la crise actuelle (sauf crise du lait). Le secteur recrute des personnes ayant de fortes compétences techniques. Le recrutement se fait le plus souvent par le bouche à oreille.

L’industrie agro-alimentaire est ouvert à l’emploi féminin. Les entreprises forment en interne aux métiers de la viande (12 stagiaires vont commencer fin mars).. Mais ces derniers sont peu attractifs en raison des conditions de travail : le sang, le froid et les bas salaires. En revanche le lait, soumis au froid également, apparaît comme plus noble.

Mécanique-Métallurgie-Plasturgie :
Le secteur a été très touché par la crise en 2009 : 27 % des licenciements et 85 % des heures de chômage partiel [même si, comme dit le Sous-Préfet, toutes les heures demandées n’ont pas été consommées]. Un problème se pose : comment conserver des savoir-faire sur le territoire. C’est pour cela que la FMGC a conservé ses seniors : pour qu’ils puissent servir de tuteurs pour les nouveaux embauchés quand la crise sera finie. En attendant la totalité des licenciés de la FMGC cherche du travail … ailleurs.

L’outil de formation existe sur le territoire en mécanique et en chaudronnerie mais pas en fonderie.

Construction :
Le secteur a progressé pendant quelques années et des formations ont été mises en place localement. Mais le secteur a été durement touché :
35 licenciements en 2008
80 licenciements en 2008
Les entreprises, qui ne s’intéressaient plus aux petits chantiers, ont recommencé à les effectuer, pour pouvoir occuper leur personnel. Mais de ce fait les jeunes entreprises souffrent. Par ailleurs on voit sur le marché des maçons et des menuisiers alors que ces métiers sont traditionnellement tendus. Parallèlement les jeunes ont du mal à trouver une place d’apprenti.

Commerce de détail :
Depuis septembre 2008, les petits commerces ont des soucis de trésorerie et n’embauchent plus, voire licencient.

Transports :

Diminution des recrutements en 2009. Difficultés à vivre pour les personnes embauchées à temps partiel (par exemple conducteurs de cars scolaires)

Services à la personne :
Métiers peu impactés par la crise. Ouverture d’un BEP « Carrières sanitaires et sociales » à Châteaubriant en 2009. Et, là aussi, difficultés de vie pour les personnes à temps partiel.

 Globalement

Négatif - Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus d’un an ne cesse d’augmenter.

Négatif - les entreprises d’intérim broient du noir.

Positif - les carnets de commande sont en légère hausse au dernier trimestre 2009

Positif - les entreprises industrielles sont un peu plus optimistes. Et elles ont changé leurs façons de faire : elles font appel davantage aux entreprises voisines.

Cette étude a été présentée à Derval le 23 mars 2010. M. Garnier vice-président de la Com’Com’   du Castelbriantais, chargé de l’économie, était absent. De même que le Président Alain Hunault. Sans doute parce que les chiffres contredisent ses dires : il n’a pas hésité, lors d’une réunion de quartiers, de dire que notre région est moins touchée que d’autres ! Inconscience ou volonté de manipulation ?


NOTES:

(1) Ne pas confondre : le Pays de Châteaubriant (33 communes) et la zone d’emploi de Châteaubriant ( 47 communes, c’est-à-dire Pays + CC région de Blain + cantons de Guémené et de St Nicolas de Redon).

(2) On peut trouver cette étude ici : http://www.mde-paysdechateaubriant.fr
(en cliquant sur Observatoire)