Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Démocratie locale > Réunion de secteurs - mars 2010

Réunion de secteurs - mars 2010

Ecrit le 17 mars 2010

 Soudain quelqu’un demanda ...

Soudain quelqu’un demanda : « Qu’en est-il de la Maison de la Justice et du Droit ? ». Il y eut comme un frémissement dans la salle. La question qui fâche ? Eh bien oui ! l’homme poursuivit : « Je trouve que les fenêtres sont en mauvais état ». Renseignements pris, il s’avère que ce ne sont pas les fenêtres de la MJD …

On apprit alors que cette fameuse MJD ouvrirait en avril prochain, 4 mois après le départ du Tribunal. Mais on ne sait rien de plus.

Tout ceci se passait les 9-10 mars 2010, lors des « réunions de secteur » qui ne déplacent pas les foules. On a parlé ….

… des voitures qui klaxonnent à l’heure de la sieste. « Ne pourrait-on pas mettre un panneau d’interdiction ? »

… des coussins berlinois pas assez nombreux. A la demande d’une personne nous aurons un passage surélevé.

… de la sécurité à la sortie du collège Ville aux Roses. « Cela fait 40 ans que je vis là, je ne vois pas de danger particulier » a rétorqué un voisin.

… des bancs dans un espace vert. « Il en faudrait un troisième » dit l’un. « Mais non, il n’y a pas souvent du monde » répond un autre.

Un citoyen inquiet a demandé un coussin berlinois dans le lotissement de la Garenne. Mais les autres habitants du lotissement s’y sont opposés. La même personne a signalé la nécessité, pour elle, d’aller suivre une formation loin de Châteaubriant . Mais un adjoint est intervenu pour dire qu’il n’y a pas besoin d’aller ailleurs car il y a tout à Châteaubriant en ce domaine, avec Pôle Emploi, l’organisme Pro-formation et les permanences du CNAM (Conservatoire   National des Arts et Métiers). Et tant pis si ce n’est pas vrai !

On a parlé un peu de chômage aussi. Mais le maire a expliqué qu’à Châteaubriant la situation est bien meilleure qu’ailleurs. Et tant pis si ce n’est pas vrai ! Les chiffres, il les lance comme ça, sans aucune preuve ! La Mée, elle, donne ses sources et chacun peut s’y reporter et voir que dans la zone d’emploi de Châteaubriant la situation est parmi les pires !

 Devenir du Pôle de Santé

Une menace pèse sur l’hôpital de Châteaubriant au point que le député Michel Hunault est intervenu au Parlement le 16 février dernier en disant : « l’activité de soins du traitement du cancer serait aujourd’hui menacée. Dans sa séance du 20 octobre 2009 la commission exécutive de l’agence régionale de l’hospitalisation des Pays-de la Loire a rejeté la demande d’autorisation d’exercice d’activité des soins de traitement du cancer relevant des pathologies mammaires et gynécologiques et de la chimiothérapie ».

Des personnes s’inquiètent du « Forum St Aubin », ces beaux bâtiments construits et vides, après les différents recours d’un commerçant castelbriantais. Le maire explique que ces magasins n’ont rien coûté à la ville, sauf les 40 emplois qui auraient pu être créés. 40 emplois ?? Faudra voir à l’usage !

Dans l’ancienne clinique Ste Marie, le maire a dit qu’il devrait y avoir une maison de retraite avec unité Alzheimer   et Accueil de jour. Pour 80 personnes. Avec 60 emplois en prévision. Attendons pour voir ! Pour l’instant le financement n’est pas accordé.

 Chaufferie-bois

On a appris que les locataire HLM de la Ville aux Roses, ceux qui ont un chauffage individuel au gaz, seraient reliés aussi au réseau de chaleur de la chaufferie-bois. Il est question de baisses de charges allant de 8 % à 28 % avec péréquation entre tous les locataires. C’est du moins ce que le maire a dit, en expliquant de plus que Habitat 44 va faire une rénovation lourde des HLM de la Ville aux Roses, et que tout sera fini dans 3 ans.

 Et puis il faudrait …

… un trottoir, rue Vieille Voie pour protéger les piétons à l’approche de la Voie verte
… ramasser tous les papiers qui traînent dans les fossés de la zone industrielle
… surélever les chemins qui font le tour de l’étang de Choisel, pour éviter que, l’hiver, ils soient pleins d’eau
… revoir la sécurité dans la traversée du village de La Bruère

Vers 9h30, tout est fini. Dans la salle une personne fait un geste éloquent en direction des élus : « il est temps d’aller boire un coup »

 Dans l’ancien foirail

Le 11 mars, surprise : il y a 40 personnes lors de la réunion de « secteur » dans l’ancien foirail. Il est question de coussin berlinois au lotissement de la Garenne (les personnes présentes y sont hostiles), et d’arbres à couper ou à ne pas couper. Il est question de la Rue des Lilas : y aura-t-il un tout à l’égout un jour ? Et des trottoirs goudronnés ? Double réponse : c’est oui, mais dans quelques années.

Il est question d’un camping-car qui stationne dans la rue, bouchant les fenêtres des riverains. « C’est un véhicule comme les autres, il a le droit de stationner » répond la police municipale en promettant d’aller voir le propriétaire de l’engin.

Et voici le Bois de Tugny : « il faudrait ramasser le bois mort » - « Non, pas trop, car ce serait mauvais pour la biodiversité » - « Il faudrait empêcher les vélos d’y rouler car cela crée des ornières » - Si l’on écoute les gens, il faudrait des interdictions partout !

Une discussion s’engage autour de l’école des Terrasses : « La chute d’une corniche a entraîné la délimitation d’un périmètre de sécurité. L’accès handicapé est condamné. On se pose des questions sur cette école » a dit une participante. On a appris, ainsi que toutes les fenêtres ont été changées (sauf pour deux classes au rez de chaussée) et que d’importants travaux sont programmés pour 2010.

Observation générale : ces réunions sont animées si deux ou trois personnes ont jeté un œil autour d’elles et préparé leurs questions. Les autres viennent là pour ne rien dire. L’atmosphère est souvent assez lourde.

(NB, faute de temps je n’ai pu faire que 3 réunions sur six)


Ecrit le 12 janvier 2011

Des coussins-sauteurs

Selon l’Eclaireur du 7 janvier 2011 il y a toujours des « coussins berlinois », encore appelés « ralentisseurs », que la municipalité déplace de plusieurs mètres, parfois la même semaine, proportionnellement aux protestations des riverains « excédés par le bruit et les vibrations des véhicules qui passent dessus ».

Il y a aussi des aménagements provisoires, par exemple rue Montherlant, qui ont, depuis des mois, une tête d’aménagements définitifs sans être installés !

Ecrit le 12 janvier 2011