Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enfance, jeunesse > Mission locale (jeunes) > Mission Locale : les jeunes n’ont pas le moral

Mission Locale : les jeunes n’ont pas le moral

Ecrit le 14 août 2010

 Les 16-25 ans n’ont pas le moral

Une étude sur la santé mentale des jeunes en insertion a été conduite par les Missions locales et les Centres d’examens de santé de l’Assurance Maladie, entre mai et juillet 2008, donc avant la crise. On peut la trouver ici :

http://www.cnml.gouv.fr/IMG/pdf_20100325_RE_SAME.pdf

 Perturbés

L’analyse statistique montre que la plupart des indicateurs étudiés sont significativement plus perturbés chez les jeunes en insertion comparés aux jeunes actifs : situation familiale, événements graves de l’enfance, niveau d’étude, vulnérabilité sociale, discriminations subies, violences subies (psychologiques, physiques et sexuelles), tentatives de suicide, mauvaise santé perçue, etc.

En revanche, il n’apparait pas de différence statistiquement significative entre les groupes pour les consommations de tabac, de médicaments psychotropes, de cannabis et d’autres drogues. De plus, les prévalences de la consommation d’alcool observées dans les groupes de jeunes en insertion sont nettement inférieures à celles observées chez les jeunes actifs.

Alors que la jeunesse est la période de la vie d’où, habituellement, la pathologie est absente, les conditions familiales, de logement, de gain de l’autonomie, de constitution de leur propre famille, d’accès à l’emploi, ont tellement évolué que les jeunes de 16-25 ans en recherche d’insertion sont confrontés à des difficultés plus importantes que pour les autres jeunes du même âge. Aux difficultés d’accès à l’emploi s’ajoutent des difficultés particulières d’accès aux droits et d’accès aux soins

 Quatre fois plus de suicides

La souffrance psychologique des jeunes constitue un des principaux freins à l’insertion ou la ré-insertion professionnelle des jeunes en situation de précarité et explique qu’il y a, parmi ces jeunes, quatre fois plus de tentatives de suicide, que chez les jeunes ayant un emploi.

 Punir

Le gouvernement axe toute son action sur la répression : punir les rassemblements de bandes, punir la consommation de cannabis, punir le bruit, punir la violence. C’est d’ailleurs le rôle des caméras de vidéo-surveillance : rattraper les délinquants.

Quand on entend parler de chômage, de CDD, d’intérim, de retraites … quand on n’offre pas aux jeunes la possibilité d’avoir un vrai travail, un vrai salaire … quand on ne leur ouvre pas un avenir enthousiasmant : celui d’être maîtres de leur avenir .. il ne faut pas s’étonner de voir se développer les attitudes de colère (donc de violence), d’ennui (donc d’addictions), de frustrations (donc de dégradations).

La France a peur de sa jeunesse. C’est très inquiétant.