Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Régional > Conseil Régional, juin 2010 aides aux élèves

Conseil Régional, juin 2010 aides aux élèves

Ecrit le 11 août 2010

La nouvelle majorité régionale, élue en mars 2010, a pris ses premières mesures au service des solidarités et du développement économique. Voici celles qui peuvent intéresser la région de Châteaubriant .

 Populations fragilisées

Le Conseil Régional des Pays de la Loire soutient, de sa propre initiative  , des actions dans les domaines de la santé et des solidarités humaines et sociales. Ces interventions visent notamment à favoriser le développement des manifestations associatives sur le territoire, à soutenir les grandes associations caritatives (les Restos du Cœur, le Secours Populaire  , Emmaüs  , SOS Amitiés), à lutter contre les discriminations et à favoriser l’intégration dans la société des personnes fragilisées.

La Région a notamment attribué une subvention de 100 000 € au Secours populaire   français des Pays de la Loire pour son projet de création d’une nouvelle plateforme Grand Ouest de collecte, de stockage et d’acheminement des denrées alimentaires au profit des publics défavorisés.

 Aides aux élèves

Le Conseil Régional doit faire face à une demande croissante d’aides de la part des familles ou de lycéens majeurs, des établissements publics et privés, en raison de difficultés liées au contexte de crise économique.

Afin d’éviter que les lycéens socialement démunis n’aient une scolarité perturbée par la difficulté d’assumer les charges financières liées à leur formation, un fonds régional apporte des aides pour couvrir les dépenses de restauration, d’hébergement et de transport.

 Expérimentation informatique

La Région des Pays de la Loire, s’est engagée en 2006 dans un vaste programme d’informatisation, visant à contribuer à élever le niveau de formation et de culture scolaire de tous les lycéens. Elle désire maintenant se préoccuper de l’accession au numérique hors du lycée, et plus précisément par les familles les plus démunies, dont les enfants en sont les premiers exclus.

C’est pourquoi, à titre expérimental, le Conseil Régional mettra en place, à partir de septembre 2010, un dispositif d’équipement numérique pour les élèves les plus démunis. Cette expérimentation sera conduite auprès de lycées publics ou privés volontaires. Espérons que les lycées de Châteaubriant se porteront candidats.

 Lycéens malades

La Région soutient l’action du Service d’Assistance Pédagogique à Domicile (S.A.P.A.D.) dont les missions sont coordonnées par l’Union Régionale des Pupilles de l’Enseignement Public des Pays de la Loire (U.R.P.E.P.). Le S.A.P.A.D. intervient auprès des lycéens malades ou accidentés dont la scolarité est interrompue pour une durée d’au moins 15 jours et dont la situation nécessite un soutien scolaire particulier.

 Autonomie des jeunes

La France a peur de ses jeunes. Dans la Région des Pays de la Loire, beaucoup de jeunes sont confrontés à des difficultés d’accès au logement, à la santé, à la mobilité, à la culture et aux loisirs du fait de leurs faibles ressources financières. Le constat de précarisation est d’autant plus accru dans le contexte actuel de crise économique, face à laquelle les jeunes apparaissent comme les premières victimes.

Aider les jeunes à acquérir de l’autonomie, à se former, à développer leur personnalité permet de faire d’eux des acteurs à part entière de la vie de la cité et ainsi de renforcer le vivre ensemble.

Au-delà de l’apprentissage et de la formation professionnelle, la Région entend renforcer particulièrement l’égalité des chances entre les jeunes dans tous les domaines de la vie sociale, quels que soient les milieux d’origine et les soutiens financiers familiaux. Pour cela elle souhaite mettre rapidement en place un « pack pour l’autonomie des jeunes » qui prendrait la forme d’une carte disposant d’un crédit pouvant être utilisé par un jeune en fonction de ses besoins :
– l’installation dans le premier logement,
– la souscription à la première mutuelle complémentaire santé,
– le passage du code de la route,
– l’accès à tarifs réduits aux activités culturelles et de loisirs.

Une étude de faisabilité est engagée.

 Formation professionnelle : le hold up

Dans un document budgétaire 2011-2013, l’Etat prévoit une ponction dans le FPSPP - Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels - destiné aux salariés et demandeurs d’emplois, issu des contributions des entreprises et géré paritairement par l’ensemble des partenaires sociaux et l’Etat.
 
Pour Jean-Philippe Magnen, Vice-président du Conseil régional des Pays de la Loire « Il s’agit d’une décision scandaleuse qui s’appuie sur de prétendus excédents dus en réalité aux retards et à l’inertie voulus par l’Etat lui-même dans la mise en œuvre du FPSPP et qui met surtout en péril l’avenir de la formation professionnelle, dans un contexte social particulièrement difficile ».
 
Pour Jean-Philippe Magnen, « C’est un hold up en bonne et due forme à l’heure où les besoins en formation n’ont jamais été aussi importants. S’il ne s’agit pas d’une première (cela avait déjà été le cas en 2008 avec l’ancêtre du FPSPP), la Région des Pays de la Loire entend soutenir dans leurs démarches les partenaires sociaux avec lesquels elle travaille quotidiennement au service de la formation professionnelle des actifs, salariés et demandeurs d’emplois ».

 Filières sanitaires et sociales

Il existe des bourses régionales sur critères sociaux pour les élèves et étudiants en formation initiale en travail social ou en formation paramédicale ou de sages-femmes.

Le droit à la bourse est calculé en fonction de deux critères :
les ressources de la famille ou de l’étudiant ou de l’élève,
les charges de la famille ou de l’étudiant ou de l’élève.

Un simulateur de calcul du droit à la bourse est mis à leur disposition. Voir ici :
http://www.paysdelaloire.fr/politiques-regionales/formation-apprentissage/

Les personnes remplissant les conditions pour bénéficier d’une bourse peuvent ensuite déposer leur demande en ligne, à partir du 23 août, et ce, jusqu’au 17 septembre 2010, en cliquant sur le lien : http://www.paysdelaloire.fr/politiques-regionales/formation-apprentissage/actu-detaillee/nb/199/n/formations-sanitaires-et-sociales-demande-de-bourses-en-ligne/

Le code permettant de remplir la demande en ligne est communiqué par l’institut de formation, après confirmation de l’inscription.


Ecrit le 11 août 2010

 Aéroport NDDL

Le groupe de BTP, Vinci, a été choisi pour construire et exploiter le futur aéroport de Notre Dame des Landes. Il est associé avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes, actuel exploitant de l’aéroport de Nantes Atlantique, et les entreprises CIFE et ETPO. Le groupe Vinci investira entre 400 et 500 millions d’euros, l’État contribuera à hauteur de 138,5 millions d’euros et les collectivités 115,5 millions d’euros (la participation des collectivités locales pourrait être en partie remboursée ultérieurement, en fonction des résultats de l’aéroport). La mise en service de l’aéroport de Notre Dame des Landes est prévue pour 2016-2017. Cela permettra d’accueillir 4 millions de passagers par an alors que l’actuel aéroport de Nantes parvient difficilement à 2 millions de passagers en 2009

Le ministre de l’Ecologie et des Transports, Jean-Louis Borloo, annonce par ailleurs que l’aéroport sera relié au tram-train mais Jacques Auxiette lui répond que « il est inenvisageable que seules les trois collectivités locales supportent le financement de la desserte »

L’ACIPA, association d’opposants à cet aéroport se dit « plus que jamais convaincue du gaspillage financier et du désastre environnemental de ce projet inutile, néfaste, résolument archaïque et si représentatif des renoncements à la bonne politique de gestion de la part des grands élus locaux de Nantes Métropole, Département et Région ».