Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Pays de Châteaubriant > Emploi, zone de Châteaubriant > 2010 > Emploi - zone de Châteaubriant- mai-juin-juillet-août 2010

Emploi - zone de Châteaubriant- mai-juin-juillet-août 2010

Ecrit le 22 septembre 2010 (cliquer pour agrandir)

Emploi zone de Châteaubr

Source :
http://www.drtefp-paysdelaloire.travail.gouv.fr/gallery/file/4310.pdf


Ecrit le 13 octobre 2010 (cliquer pour agrandir)

Emploi fin août
Emploi fin août
Chô

Source :
http://www.drtefp-paysdelaloire.travail.gouv.fr/gallery/file/4339.pdf


Ecrit le 27 octobre 2010

Remplaçante dans l’enseignement : deux mois sans salaire

Ya plus d’sous, papa, Ya plus d’sous, maman

Travaillez, travaillez, vous gagnerez plus. Voici le cas d’une jeune femme de la région de Châteaubriant.

En mai 2010, la situation du marché du travail étant depuis plus d’un an particulièrement tendue, elle s’est proposée de faire des suppléances dans l’Education nationale.

Formateur en entreprise auprès de techniciens et ingénieurs (cadres sup) depuis de nombreuses années, trilingue à 13 ans et titulaire de licence de langues, elle n’a été inscrite que comme suppléante du primaire. « J’ai mis mon mouchoir par dessus et accepté le premier remplacement du 6 mai au 3 juillet à l’école de R.... (nord-ouest de Châteaubriant) tout en décidant de préparer un master 2 dans le but d’obtenir éventuellement un poste en collège ou lycée, si le marché du travail continuait à être aussi tendu dans le domaine de la formation continue ».

Tout s’est bien passé, équipe soudée, aide concertée pour permettre aux enfants d’avancer dans la continuité. Kermesse, vacances scolaires... Mais pas de contrat de travail et pas de salaire pour ses deux mois de remplacement !

Finalement, elle réclame, à partir du 27 juillet. Mais les services sont en vacances, et puis il y a un déménagement. On lui promet, à titre exceptionnel, une avance sur salaire en retard. Pas mal ! Mais au 30 septembre, toujours rien. On lui demande cependant d’être disponible pour des suppléances éventuelles.

8 octobre : une assistante sociale lui propose de l’aider à obtenir une aide pécuniaire sous forme d’un prêt remboursable et on lui promet un paiement partiel fin octobre et le solde fin novembre. Pour une suppléance qui a pris fin le 6 juillet. Cinq mois de délai. Qui dit mieux ?

La jeune femme a saisi les Prud’hommes.