Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Libertés, justice, Droits Homme > Libertés > Fellation, lapsus et garde à vue

Fellation, lapsus et garde à vue

Ecrit le 3 novembre 2010

Les mots ont de l’importance

Les mots vivent, les mots se chargent de sens. Les mots se dévoient. Sans même parler du mot « collaborateur » qui fait penser à « collabo », on sait que les lapsus ministériels produisent de drôles d’effets. Par exemple « les Auvergnats » de Brice Hortefeux désignent des Arabes.

Mais le temps passe et les lapsus restent.

Hervé Morin « il est difficile d’expliquer à des c…, à des c..., à des hommes et des femmes »,

Luc Chatel « l’Etat doit emprunter de l’argent pour péter, heu, pour payer les retraites ». Nos ministres révèlent ainsi les pensées profondes qu’ils cherchent à cacher.

Brice Hortefeux, encore lui, a parlé « d’empreintes génitales » au lieu d’empreintes digitales. La pauvre Rachida Dati a utilisé le mot « fellation » au lieu de « inflation ».

Mais gare à qui joue avec les mots ! un habitant de Bourg-de-Péage, dans la Drôme, a envoyé un courrier électronique à Rachida Dati, sur sa boîte du Parlement européen, lui demandant “une petite inflation”. Blague de mauvais goût, sans doute, avec des relents de sexisme, certainement. Mais une blague avant tout. Eh bien ce monsieur s’est retrouvé placé en garde à vue, 48 h, par la police judiciaire de Lyon, pour outrage envers une personne chargée d’une mission de service public. Comme quoi le mot « inflation » a changé de sens !

Vous voulez rire du lapsus d’une élue ? Il vous en cuira : deux jours dans les geôles de la République. D’autres citoyens ont été condamnés, l’un pour avoir répété le « Casse-toi Pauv’Con » du Président, un autre pour avoir répété « Sarkozy, je te vois ». Mais dans quel pays sommes-nous ?

En savoir plus : http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/10/29/Pourquoi-je-veux-un-habeas-corpus-en-France