Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enfance, jeunesse > Mission locale (jeunes) > Nozay LaMano : dix jeunes en service civique

Nozay LaMano : dix jeunes en service civique

Ecrit le 23 mars 2011

 Service civique volontaire

Ils étaient dix au départ : une jeune femme a dû arrêter pour une « mission-bébé ». Les neuf autres sont engagés dans un « service civique volontaire » depuis le 14 octobre dernier, jusqu’au 13 juillet prochain. Le service civique, imaginé par Martin Hirsch, s’adresse à des volontaires (filles et garçons) âgés de 16 à 25 ans, de nationalité française ou résidant en France depuis plus d’un an. Les volontaires bénéficient de droits à congé et à formation. Ils disposent également de garanties en matière de couverture sociale et de validation de trimestres pour la retraite.

Les missions concernées doivent posséder un caractère philanthropique, éducatif, environnemental, social, humanitaire, ou autre, avec des notions de citoyenneté française et européenne.

Jeunes en mission civique

Quatre projets de ce type existent en Loire Atlantique, deux en milieu urbain (Nantes, St Nazaire), deux en milieu rural (Machecoul et Nozay). Celui de Nozay est porté par LaMano avec mise à disposition d’une animatrice : Florence Joulain.

Emilie, Noëlla, David, Nabil, Simon, Kévin, Jennifer, Lewys, Alexandre, Emmanuelle ont commencé leur service par un week-end d’intégration au Cabaret des Oiseaux à Treffieux. Rien d’un bizutage ! Mais plutôt la découverte des autres, et les premières réflexions communes, ici sur l’écologie, la construction en matériaux sains, et sur la notion d’accueil des autres.

Les jeunes se retrouvent dans un vaste garage-local pour 26 heures par semaine à Nozay. Certains viennent de Nort sur Erdre, Abbaretz ou Châteaubriant et se débrouillent avec les transports collectifs. Et ils organisent, ensemble, le planning de leurs activités : cela peut être une aide ponctuelle à la collecte des Restos du Cœur de Nozay, ou une opération « emballage-cadeaux » dans un magasin pour Noël, ou une animation maquillage pour les enfants. Ce qui les a occupés le plus : la préparation d’un tournoi de foot solidaire, qui leur a permis d’accueillir 8 équipes de 6 joueurs et de récolter 380 €. « Si on m’avait dit que je serais un jour capable d’organiser cela, je ne l’aurais pas cru » dit une jeune fille.

 Frapper à la porte

Une rencontre de ce type ne se prépare pas en un claquement de doigts et comporte de multiples tâches parfois rebutantes, comme d’aller quérir des lots auprès des commerces et des entreprises.

« Ca, c’était difficile. Il fallait oser demander un rendez-vous, frapper à la porte, présenter notre projet ». Ces jeunes que l’on pense être, à les voir, très à l’aise dans leurs baskets, sont finalement des timides.

« En fait, nous sommes ravis : nous avons été très bien reçus partout. Et s’il nous faut, plus tard, nous présenter pour du travail, nous le ferons plus facilement ». Car, parmi les objectifs du service civique, il y a l’intégration dans la société et la recherche d’un travail.

 Des briques

Projet d’envergure du groupe : un voyage-travail en Guinée, à Mambiya dans le district de Kindia. « Nous serons sur place du 12 avril au 3 mai. Nous partons là-bas pour aider les jeunes à construire leur local. Ils ont déjà fait les fondations, nous allons fabriquer les briques avec eux et monter les murs ». Pour s’y préparer les jeunes de Nozay ont eu chacun huit demi-journées de formation auprès de l’étang de Gruellau, avec Ludo, encadrant au chantier Aire, notamment pour apprendre à fabriquer des briques de terre crue. « Nous avons fabriqué des toilettes sèches, aussi ».

« Et surtout, nous allons à Mambiya pour découvrir un autre mode de vie, sans mobylette, sans téléphone portable, sans télévision dans la chambre, sans électricité à gogo. Nous ne savons pas bien ce que nous allons découvrir, mais nous savons déjà que nous rencontrerons des hommes et des femmes accueillants et joyeux ».

Parmi les découvertes : travail du coton, tissage, menuisiers, métalliers, fabricants de savon, artisans aux pieds nus, fabricants de leurs outils, réalisateurs de leur vie. « Nous logerons dans un petit local, nous comptons bien participer à toutes les activités sur place et notamment à la cuisine. Et puis nous vous raconterons : nous avons déjà ouvert un blog :
aventuresolidairelamanonozay.blogspot.com.

 Rencontres  

Le groupe « Aventure Solidaire ici et ailleurs » s’est beaucoup investi dans la découverte du tissu social. « Nous sommes allés voir les associations : savoir pourquoi des gens se mettent ensemble, comment ça fonctionne, le conseil d’administration, le bureau et tout ».

Mobil’actif à Nozay (mobilité), Le Wagon à Pannecé (agriculture bio), l’Asphan   à Nozay (patrimoine industriel), la Maison Familiale de Riaillé …

Le groupe a suivi aussi les ateliers proposés par la Mission Locale : santé, mobilité, logement. Et puis il est allé rencontrer les élus locaux. Mme Theveniau (maire d’une petite commune), Mme Segalen (Présidente de Com’Com’  ), Mme Avril (maire de Nozay), MM. Philippot et Mareschal (Conseil Général) et bientôt le député Michel Hunault. « Là aussi nous avons voulu savoir comment ça fonctionne, et comprendre pourquoi ça ne va pas plus vite ! ».

Au retour de Guinée, les jeunes aideront à la préparation de la fête des 40 ans de LaMano en réalisant une expo photo (avec l’aide de JeanLouis Klefize) et un montage vidéo (avec l’aide de Pulceo). Et puis ils s’occuperont de leur projet personnel : formation ou emploi. « Nous n’allons pas les lâcher dans la nature, nous allons mettre en place des relais » dit l’animatrice.

 Changer

Cette période de service civique a changé beaucoup de choses chez ces jeunes. « Les grands timides ne le sont plus. On se connaît mieux personnellement. Des fraternités sont nées entre nous. Nous allons mieux savoir nous diriger, organiser quelque chose nous-mêmes sans tout attendre des autres » disent les jeunes en reconnaissant qu’ils ne mesurent encore pas l’ampleur des changements qui se sont produits en eux.

« Ils ont acquis des compétences transférables, ils ont appris à travailler dans la durée » dit Florence Joulain. Et, en point d’orgue, Canal + s’intéressant à ce projet, est venu faire un reportage à Nozay et accompagnera le groupe en Guinée.

Rendez-vous … plus tard, peut-être pour un livre. Et dans l’immédiat sur le blog :
aventuresolidairelamanonozay.blogspot.com


Ecrit le 23 mars 2011

 Objectif atteint à 5 %

En février 2010, le gouvernement avait claironné qu’il allait autoriser le versement du RSA   aux jeunes de moins de 25 ans, sous certaines conditions (très restrictives). Il estimait que 160 000 jeunes seraient concernés. Mise en place : 1er septembre 2010.

Les chiffres de fin Janvier sont parus : 8 130 jeunes de moins de 25 ans touchaient le revenu de solidarité active (RSA  ) soit en moyenne 130 €/mois. 78 % de ces jeunes étaient en emploi.

Nous atteignons ainsi, cinq mois après la mise en place de ce RSA  , 5% de l’objectif annoncé, 160 000 bénéficiaires. A ce rythme l’objectif sera atteint dans huit ans !

Merci aux jeunes de contribuer, par le nombre modeste de bénéficiaires, au retour à l’équilibre des finances publiques et de manifester ainsi leur solidarité active pour sortir de la situation créée par les pratiques de financiers aventureux.

Comme dit Michel Abhervé avec un humour noir : « Heureusement que des mesures ont été prises pour que de tels errements ne se reproduisent pas et que les primes invraisemblables des traders sont supprimées, sinon les jeunes qui sont restés sans aucune ressource en raison des critères très restrictifs fixés pour l’attribution du RSA   Jeunes pourraient avoir l’impression désagréable qu’ils sont les cocus de l’affaire ! ».

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/